Extension Factory Builder
14/01/2013 à 16:06
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Ce que la France de François Hollande ne veut surtout plus faire en Afrique - « défendre un régime », selon les mots du président socialiste -, l'Afrique du Sud de Jacob Zuma le fait, sans états d'âme. L'envoi, il y a quelques jours, d'un contingent de quatre cents hommes à Bangui, dont la feuille de mission est clairement de protéger le chef de l'État François Bozizé et de sécuriser sa capitale, marque à cet égard un précédent dont il faudra désormais tenir compte. L'Afrique du Sud se sent fondée à intervenir unilatéralement et où bon lui semble dans ce qu'elle considère comme son pré carré élargi, sans avoir à s'en expliquer et avec la légitimité que lui confère son statut de puissance africaine. Ce que Thabo Mbeki avait été tenté de réaliser en Côte d'Ivoire avant d'y renoncer, tant l'opération de sauvetage du soldat Gbagbo paraissait risquée, son successeur n'éprouve donc aucune gêne à se l'approprier sur un théâtre il est vrai moins complexe. Et que Paris ne s'avise pas de lui en faire le reproche : son label d'ex-colonisateur lui sera illico renvoyé au visage.

Ne soyons pas naïfs. Le pays de Jacob Zuma agit aussi en fonction de ses intérêts. En l'occurrence, l'uranium, l'or et les probabilités pétrolières de la Centrafrique sont loin de laisser indifférents les hommes d'affaires sud-africains, lesquels ne sont ni plus ni moins prédateurs que les Français, les Canadiens, les Chinois ou les autres. Mais ce néo-interventionnisme s'appuie aussi sur une vision à la fois nationaliste et panafricaniste de la politique étrangère, très ancrée au sein de l'ANC. Vue de Pretoria, l'Afrique francophone est encore largement un territoire à décoloniser, et tout chef d'État en délicatesse avec la France est quasiment assuré d'y trouver des oreilles attentives. Même s'il ne l'applique pas chez lui, la conception restrictive qu'a Jacob Zuma de la démocratie importée d'Occident, contraire selon lui aux valeurs traditionnelles, rejoint ainsi celle de la plupart de ses pairs africains rétifs aux diktats venus du Nord. En concluant en 2007 un accord militaire avec Bangui, le ministre sud-africain de la Défense de l'époque, Patrick « Terror » Lekota, avait confié que, contrairement à la France, l'Afrique du Sud était un « pays frère », donc sûr. Une douzaine de spécialistes avaient suivi, chargés de reconfigurer la sécurité rapprochée de François Bozizé. Et quand ce dernier s'est tourné vers Jacob Zuma pour qu'il lui envoie des troupes, auxquelles il fait manifestement plus confiance qu'à celles de ses voisins d'Afrique centrale (sans parler des six cents Français, venus en simples observateurs de sa chute annoncée), le « frère » a aussitôt dit oui.

Qu'on se le dise, donc, dans les palais : Jacob Zuma est un ami sur lequel on peut compter. Sans doute est-ce là une part importante du message que Pretoria a voulu délivrer en envoyant ses boys sur les rives de l'Oubangui. Et sans doute peut-on faire confiance à son ex-épouse, Nkosazana Dlamini-Zuma, dont l'allergie à l'égard de la CPI est notoire, pour le relayer sur les cimes de l'Union africaine. Depuis la chute de Kadhafi, le syndicat des chefs d'État menacés de disparition se cherchait un parrain, ou à tout le moins un « tonton » compréhensif. Il l'a trouvé, en plus fiable et nettement plus présentable. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Editorial suivant :
Bourgeons et fleurs fanées

Editorial précédent :
Mali : "La guerre, c'est pas bon"*

Réagir à cet article

Afrique du sud

Tortures au Zimbabwe : la police sud-africaine appelée à ouvrir des nouvelles enquêtes

Tortures au Zimbabwe : la police sud-africaine appelée à ouvrir des nouvelles enquêtes

À la suite d'une requête d'association des droits humains, la Cour constitutionnelle sud-africaine a ordonné jeudi pour la troisième fois à la police nationale d'ouvrir une enquête sur des c[...]

Doing Business 2015 : l'Afrique bat le record des réformes

 Selon le rapport "Doing Business" 2015 de la Banque mondiale, deux tiers des économies africaines ont connu une amélioration du climat des affaires. Le Sénégal et la RD Congo, qui[...]

Afrique du Sud : la famille d'Oscar Pistorius accepte la perspective d'un nouveau procès

Alors que le ministère public a annoncé vouloir faire appel du verdict requis contre Oscar Pistorius, la famille de l'athlète a accepté mardi la perspective d'un nouveau procès. Reconnu coupable[...]

Minée par la violence, l'Afrique du Sud pleure la mort du capitaine des Bafana

Lundi, la chef de la police nationale a donné le signalement de deux hommes âgés d'une petite trentaine d'années soupçonnés d'être les meurtriers de Senzo Meyiwa, gardien de but et[...]

Afrique du Sud - Procès Pistorius : le ministère public va faire appel du verdict

Le ministère public a annoncé lundi qu'il allait faire appel du verdict requis contre Oscar Pistorius. Le champion sud-africain avait été condamné le 21 octobre à cinq ans de prison ferme[...]

Accord QNB-Ecobank : Mike Brown ne décolère pas

 Mike Brown, le dirigeant du sudafricain Nedbank, n'a pas apprécié que Qatar National Bank soit devenu le premier actionnaire d'Ecobank.[...]

Football : Senzo Meyiwa, le capitaine de l'équipe sud-africaine, tué dans une fusillade

Le capitaine de l'équipe d'Afrique du Sud de football, Senzo Meyiwa, âgé de 27 ans, a été tué dimanche dans une fusillade à son domicile de Johannesburg.[...]

Pistorius : Reeva "avait décidé de le quitter cette nuit-là"

La mère de Reeva Steenkamp, tuée en 2013 par le champion paralympique Oscar Pistorius, s'est déclarée certaine, dans une interview exclusive au Times Magazine, que sa fille "avait[...]

Lesotho : un accord trouvé par les négociateurs sud-africains

Fin août, un coup d’État contre le Premier ministre Tom Thabane avait échoué. Hier, les négociateurs sud-africains ont annoncé être parvenus à mettre d’accord les[...]

Afrique du Sud : Oscar Pistorius condamné à cinq ans de prison ferme

La justice sud-africaine a condamné le champion d'athlétisme de 27 ans, Oscar Pistorius, à cinq ans de prison ferme pour le meurtre de sa petite amie en 2013. Il a également écopé de trois[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers