Extension Factory Builder
14/01/2013 à 16:06
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Ce que la France de François Hollande ne veut surtout plus faire en Afrique - « défendre un régime », selon les mots du président socialiste -, l'Afrique du Sud de Jacob Zuma le fait, sans états d'âme. L'envoi, il y a quelques jours, d'un contingent de quatre cents hommes à Bangui, dont la feuille de mission est clairement de protéger le chef de l'État François Bozizé et de sécuriser sa capitale, marque à cet égard un précédent dont il faudra désormais tenir compte. L'Afrique du Sud se sent fondée à intervenir unilatéralement et où bon lui semble dans ce qu'elle considère comme son pré carré élargi, sans avoir à s'en expliquer et avec la légitimité que lui confère son statut de puissance africaine. Ce que Thabo Mbeki avait été tenté de réaliser en Côte d'Ivoire avant d'y renoncer, tant l'opération de sauvetage du soldat Gbagbo paraissait risquée, son successeur n'éprouve donc aucune gêne à se l'approprier sur un théâtre il est vrai moins complexe. Et que Paris ne s'avise pas de lui en faire le reproche : son label d'ex-colonisateur lui sera illico renvoyé au visage.

Ne soyons pas naïfs. Le pays de Jacob Zuma agit aussi en fonction de ses intérêts. En l'occurrence, l'uranium, l'or et les probabilités pétrolières de la Centrafrique sont loin de laisser indifférents les hommes d'affaires sud-africains, lesquels ne sont ni plus ni moins prédateurs que les Français, les Canadiens, les Chinois ou les autres. Mais ce néo-interventionnisme s'appuie aussi sur une vision à la fois nationaliste et panafricaniste de la politique étrangère, très ancrée au sein de l'ANC. Vue de Pretoria, l'Afrique francophone est encore largement un territoire à décoloniser, et tout chef d'État en délicatesse avec la France est quasiment assuré d'y trouver des oreilles attentives. Même s'il ne l'applique pas chez lui, la conception restrictive qu'a Jacob Zuma de la démocratie importée d'Occident, contraire selon lui aux valeurs traditionnelles, rejoint ainsi celle de la plupart de ses pairs africains rétifs aux diktats venus du Nord. En concluant en 2007 un accord militaire avec Bangui, le ministre sud-africain de la Défense de l'époque, Patrick « Terror » Lekota, avait confié que, contrairement à la France, l'Afrique du Sud était un « pays frère », donc sûr. Une douzaine de spécialistes avaient suivi, chargés de reconfigurer la sécurité rapprochée de François Bozizé. Et quand ce dernier s'est tourné vers Jacob Zuma pour qu'il lui envoie des troupes, auxquelles il fait manifestement plus confiance qu'à celles de ses voisins d'Afrique centrale (sans parler des six cents Français, venus en simples observateurs de sa chute annoncée), le « frère » a aussitôt dit oui.

Qu'on se le dise, donc, dans les palais : Jacob Zuma est un ami sur lequel on peut compter. Sans doute est-ce là une part importante du message que Pretoria a voulu délivrer en envoyant ses boys sur les rives de l'Oubangui. Et sans doute peut-on faire confiance à son ex-épouse, Nkosazana Dlamini-Zuma, dont l'allergie à l'égard de la CPI est notoire, pour le relayer sur les cimes de l'Union africaine. Depuis la chute de Kadhafi, le syndicat des chefs d'État menacés de disparition se cherchait un parrain, ou à tout le moins un « tonton » compréhensif. Il l'a trouvé, en plus fiable et nettement plus présentable. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Editorial suivant :
Bourgeons et fleurs fanées

Editorial précédent :
Mali : "La guerre, c'est pas bon"*

Réagir à cet article

Afrique du sud

Afrique du Sud : Twitter fustige la fille Zuma, devenue 'dircab' de ministère à 25 ans

Afrique du Sud : Twitter fustige la fille Zuma, devenue "dircab" de ministère à 25 ans

Depuis les révélations du "Mail and Guardian" le week-end dernier sur le parachutage de Thuthukile Zuma, la fille du président sud-africain, au poste de directrice de cabinet au ministère des [...]

Sida : la circoncision réduit aussi le risque de contamination des femmes

Recommandée par l'OMS dans 14 pays africains, la circoncision réduit les risques de contamination par le VIH pour les hommes. Une étude vient de démontrer que ce constat est également valable[...]

Nadine Gordimer l'Africaine

Décédée à l'âge de 90 ans le 13 juillet, la Prix Nobel de littérature aura été une militante antiapartheid de la première heure. Elle laisse une[...]

Nadine Gordimer : disparition d'une voyante

Cette femme déterminée représentait une face de l'Afrique du Sud dont elle donnait une vision sans concession. Tout en défendant une conception exigeante de l'écrivain.[...]

Nadine Gordimer : un si long chemin

L'auteure du Conservateur, Booker Prize 1974, a porté jusqu'au bout un rêve : celui du premier jour après le racisme.[...]

Nadine Gordimer, celle qui tient tête

Frêle mais jamais fragile, l'écrivaine engagée aura affiché une volonté à toute épreuve, refusant les faux-fuyants. Portrait.[...]

Omedeto Fugard, l'Afrique et la Fondation Zinsou !

Ou "bravo", en japonais... Pour la première fois, un créateur du continent, Athol Fugard, reçoit le "prix Nobel des arts". La Fondation Zinsou, au Bénin, est elle aussi[...]

Quand Nadine Gordimer invitait Jeune Afrique à dénoncer la pauvreté

Prix Nobel de littérature en 1991, la romancière sud-africaine Nadine Gordimer est décédée le 13 juillet à l'âge de 90 ans. Une figure de l'engagement contre l'appartheid dont[...]

L'Afrique du Sud honore son premier Mandela Day depuis la mort de l'icône

L’Afrique du sud fêtait vendredi l’anniversaire de Nelson Mandela, qui aurait eu 96 ans. Comme c’est désormais la tradition depuis 2010, chaque citoyen était invité à donner 67[...]

Afrique du Sud : Nadine Gordimer et la transition postapartheid

Prix Nobel de littérature en 1991, la romancière sud-africaine Nadine Gordimer est décédée le 13 juillet à l'âge de 90 ans. "Jeune Afrique" réedite une interview de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers