Extension Factory Builder

États-Unis : la longue marche de John Kerry

08/01/2013 à 08:55
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
John Kerry le 21 décembre à Washington. John Kerry le 21 décembre à Washington. © AFP

Challengeur de Bush lors de la présidentielle de 2004, il a été battu. Candidat au secrétariat d'État en 2008, il a dû s'effacer devant Hillary Clinton. Cette fois, enfin, il touche au but !

Susan Rice ayant jeté l'éponge, c'est lui qui sera le prochain secrétaire d'État de Barack Obama. Et c'est tout sauf une erreur de casting. Avec ses manières policées, ses trente ans passés à la commission des affaires étrangères du Sénat et son père diplomate, John Forbes Kerry, qui est aussi un ancien de la guerre du Vietnam, a le profil idéal pour le rôle. Sa désignation n'en est pas moins une revanche pour cet homme ambitieux et très conscient de sa valeur, qui ne perdit que de justesse la présidentielle de 2004 et qui, quatre ans plus tard, se vit préférer Hillary Clinton pour le secrétariat d'État, alors qu'il avait soutenu Obama contre cette dernière lors de la primaire démocrate. « Toute sa vie, John s'est préparé pour cette fonction », a commenté le président en annonçant son choix.

Les destins des deux hommes sont intimement liés. Personne n'a oublié qu'en 2004, lors de la convention qui investit le candidat Kerry, Obama, alors jeune sénateur de l'Illinois, prononça un discours brillantissime qui lança aussitôt sa carrière nationale. Et que, pendant la campagne de 2012, c'est Kerry, 69 ans, qui servit de sparring-partner au candidat-président pour préparer ses trois débats contre Mitt Romney.

Le très loyal sénateur du Massachusetts est un spécialiste des opérations de déminage. Il n'a par exemple pas ménagé ses efforts pour faire ratifier par le Sénat un traité très controversé avec la Russie concernant la réduction des armements (Start). En octobre 2009, il fut également chargé par Obama d'arrondir les angles avec Hamid Karzaï. À Kaboul, au terme de trois jours de discussions, il parvint à convaincre l'imprévisible président afghan d'organiser de nouvelles élections (après celles de 2004). Et c'est encore lui qui, après l'élimination d'Oussama Ben Laden, en mai 2011, fut envoyé à Islamabad pour apaiser la fureur des responsables pakistanais. À ses interlocuteurs, il expliqua avec franchise que les États-Unis ne pouvaient plus se permettre de confier à d'autres la mission de tuer ou de capturer le chef d'Al-Qaïda. Qu'ils s'étaient aventurés à le faire à la fin de 2001 à Tora Bora, en Afghanistan, et que l'opération avait abouti à un échec cinglant. Tout n'a pas été réglé pour autant, mais il est certain que les Pakistanais ont confiance en lui. Ils n'ont pas oublié qu'il fut l'un des promoteurs de l'octroi par le Sénat d'une aide civile à leur pays de 7,5 milliards de dollars sur cinq ans. Comme le confiait récemment au New York Times l'ambassadeur à Washington, Kerry est l'un des rares hauts responsables américains à ne pas se comporter au Pakistan comme un vice-roi. Cette confiance peut se révéler cruciale en vue du rétablissement de relations étroites entre les deux pays.

Naïveté

S'il s'est acquitté avec brio de la plupart des missions qui lui ont été confiées par Obama, son action en Syrie, où il s'est rendu plusieurs fois en 2009 et 2010, est plus discutable et lui a valu d'être accusé de naïveté. Avant le déclenchement de la guerre civile, Kerry a beaucoup plaidé à Washington pour l'instauration d'un dialogue avec Bachar al-Assad, censé détenir l'une des clés du règlement du conflit israélo-palestinien...

Quoi qu'il en soit, sa nomination - qui devrait être confirmée sans problème par ses pairs au Sénat - ne fera sans doute que renforcer la centralisation de la politique étrangère américaine autour du président Obama. Si Kerry devrait être chargé de discuter avec les responsables étrangers, les grandes décisions seront plus que jamais du ressort exclusif de la Maison Blanche, explique un spécialiste. Son bilan au Sénat en matière d'environnement étant excellent, les associations écologistes se sont réjouies de sa nomination. Sans doute vont-elles bien vite en besogne : Obama n'a pas caché que la priorité pour son second mandat serait le redressement économique, et nullement la lutte contre le réchauffement climatique. Et au Moyen-Orient ? Fin 2011, Kerry affichait encore son optimisme : il estimait qu'une solution était encore possible au terme de négociations « laborieuses et très largement secrètes ». Depuis, Israël a annoncé en décembre le lancement de nouvelles constructions dans les territoires palestiniens occupés. Et n'a provoqué que de molles condamnations américaines.

Aux yeux d'Obama, qui, on le sait, aurait préféré pouvoir nommer Susan Rice, l'ambassadrice auprès des Nations unies, la désignation de John Kerry présente deux inconvénients. 1. Elle remet en jeu son siège de sénateur du Massachusetts, que les républicains ont des chances raisonnables de remporter. 2. Elle n'est guère dans l'air du temps : après Madeleine Albright, Colin Powell, Condoleezza Rice et Hillary Clinton, Kerry est le premier homme Blanc d'âge mûr à s'installer au département d'État depuis quinze ans (Warren Christopher, en 1997) !

Obama apprécie le style sans fioriture de sa vieille amie Susan Rice. Mais, surtout, la nomination de cette dernière aurait permis d'apporter une touche de diversité à une équipe présidentielle qui risque d'en manquer singulièrement (elle n'est pas encore connue dans le détail). Ancienne sous-secrétaire à la Défense, Michèle Flournoy est, elle, favorite pour le Pentagone - elle serait la première femme à occuper ce poste. Également pressenti, Chuck Hagel, ancien sénateur républicain du Nebraska, souffre de certaines déclarations récentes jugées insuffisamment pro-israéliennes.

Quant à Rice, on murmure qu'elle pourrait dans quelques mois remplacer Thomas Donilon en tant que conseiller à la sécurité nationale. Ce qui en ferait une rivale directe du secrétaire d'État dans la conduite de la diplomatie américaine. Et si le match Kerry-Rice ne faisait que commencer ?

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

AUTRES

Internet en accès libre en Afrique, bientôt une réalité ?

Internet en accès libre en Afrique, bientôt une réalité ?

Facebook a lancé jeudi l'application mobile Internet.org destinée à permettre un accès gratuit à quelques services de base sur internet. Pour l'instant, elle n'est accessible qu'en Zambie.[...]

RDC - Congo : Birori ou Etekiama ? Un footballeur rwandais soupçonné de double identité

Le Congo a posé une réclamation auprès de la CAF après sa victoire face au Rwanda (2-0, le 20 juillet) à propos du Rwandais Dady Birori. Lequel possèderait une autre identité en R[...]

Niger : de si précieux services de renseignement

Consacré aux services de renseignement (SR) du Niger, ce billet de Laurent Touchard* présente quels sont leurs organismes, leur rôle, les défis auxquels ils aujourd'hui confrontés, alors que l[...]

Soudan du Sud : la reprise des négociations entre Kiir et Machar reportée au 4 août

Initialement prévue pour cette semaine, la reprise des négociations pour mettre fin à la guerre civile au Soudan du Sud aura finalement lieu le 4 août.[...]

Michelle Obama : "Le sang de l'Afrique coule dans mes veines"

La First Lady américaine Michelle Obama a fièrement rappelé mercredi ses "racines africaines" dans un discours devant les futurs leaders du continent, réunis dans le cadre d'une bourse d'&eacu[...]

Gastronomie sud-africaine : Kobus Botha, captain Barbecue !

Ogre sympathique et farceur, le Sud-Africain Kobus Botha fait découvrir aux Français la gastronomie populaire de son pays. Sa spécialité ? Le braai.[...]

Gaza : "La guerre de vingt jours"

Nous avons senti, en juin dernier, que le Hamas, qui règne sur Gaza depuis 2007, et l'Israël de Benyamin Netanyahou - premier ministre depuis mars 2009 -, voulaient en découdre. Les décl[...]

"L'ombre d'une différence" : et il est comment le dernier Sefi Atta ?

Dans la même veine que son best-seller Le meilleur reste à venir, couronné par le prix Wole-Soyinka en 2006, le dernier livre de Sefi Atta nous fait vivre les questionnements d'une trentenaire nig&eacut[...]

Sommet États-Unis-Afrique : guest-stars et liste noire

À quelques jours du sommet, les délégations du sommet États-Unis-Afrique, qui se tient à Washington du 4 au 6 août, peaufinent leurs dossiers. Surtout celles des invités de derni[...]

Gaza : Égypte, Qatar, Iran, Turquie... un trafic d'influence meurtrier

Qui tire les ficelles du théâtre de la guerre ? Ultranationalistes israéliens, islamistes palestiniens, mais aussi Égypte, Qatar, Iran et même Turquie... Autant d'acteurs qui poussent leurs[...]

France : Benjamin Stora nommé à la tête de la Cité de l'histoire de l'immigration

L'historien spécialiste du Maghreb Benjamin Stora a été nommé vendredi par le Premier ministre français Manuel Valls à la tête de la Cité nationale de l'histoire de l'immigrat[...]

Côte d'Ivoire : payez (mieux) ceux que vous publiez !

Le Conseil national de la presse exige des éditeurs qu’ils appliquent la convention collective et augmentent le salaire des journalistes. OK, disent les patrons, mais pas avant 2015.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers