Extension Factory Builder

États-Unis : Tim Scott, le Black Senator

07/01/2013 à 09:17
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Tim Scott (47 ans) : un ex adolescent fâché avec l'école. Tim Scott (47 ans) : un ex adolescent fâché avec l'école. © SIPA

Aucun Noir originaire d'un État du Sud n'avait siégé dans l'auguste assemblée depuis... 1881. Grâce à l'ultraconservateur Tim Scott, cette lacune est désormais réparée.

Retenez bien son nom. Le 3 janvier, le républicain Tim Scott a fait son entrée au Sénat américain, où il représente la Caroline du Sud. C'est la première fois qu'un Noir natif d'un État du sud des États-Unis devient sénateur depuis... la fin du XIXe siècle et un certain Blanche Bruce, élu du Mississippi de 1875 à 1881.

Proche du Tea Party, Scott, 47 ans, qui siégeait jusqu'ici à la Chambre des représentants de ce même État, n'a pas été élu, mais nommé par la gouverneure Nikki Haley, elle-même issue d'une minorité, indienne en l'occurrence. La raison ? La démission soudaine du sénateur Jim DeMint, un républicain parmi les plus réactionnaires parti diriger la Heritage Foundation, un think-tank ultraconservateur, à Washington, où ses émoluments sont sans nul doute nettement supérieurs. Comme Haley, DeMint a reconnu dans Scott l'un des siens. « Je m'en vais en sachant que mon remplaçant portera haut et fort la voix du conservatisme à travers tout le pays », a-t-il annoncé à la Chambre des représentants de Columbia, capitale de la Caroline du Sud.

Élevé par une mère célibataire, Scott se décrit lui-même comme un ex-adolescent à problèmes, fâché avec l'école et qui ne dut son salut qu'à la rencontre du propriétaire d'une chaîne de fast-food très populaire dans le Sud. Celui-ci lui inculqua les valeurs conservatrices que Scott s'est aujourd'hui juré de défendre au Sénat. Que ce soit en ce qui concerne le contrôle des armes, le budget, l'avortement ou le mariage gay.

Tea Party

Premier sénateur noir de toute l'histoire de la Caroline du Sud - État qui fut le premier à faire sécession après l'élection d'Abraham Lincoln, en 1860 -, Scott gagna ses premiers galons en politique en 1996, quand il dirigea la dernière campagne du sénateur Strom Thurmond, un ancien champion de la ségrégation ! En 2010, Scott entra à la Chambre des représentants de la Caroline du Sud en battant le propre fils de Thurmond, Paul, et en surfant sur la vague, alors à son apogée, du Tea Party.

Si cette nomination est historique, elle permet aussi au Parti républicain d'améliorer un peu son image - qui, certes, en a bien besoin - au sein des minorités, puisque Scott sera le seul sénateur noir. Au moins jusqu'en 2014, date à laquelle il devra remettre son siège en jeu et, cette fois, remporter les suffrages des électeurs. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

France - RDC : Raphaël Mobutu reste introuvable, une semaine après sa chute dans la Garonne

France - RDC : Raphaël Mobutu reste introuvable, une semaine après sa chute dans la Garonne

Plus d'une semaine après avoir sauté dans la Garonne, la nuit du 15 au 16 avril, Raphaël Mobutu, un des enfants de l'ancien président de la RDC (ex-Zaïre) est toujours introuvable. À en croire[...]

Brésil : Rousseff dans le piège Petrobras

À six mois de la présidentielle, la sortante est engluée dans une sombre histoire de rachat d'une raffinerie au Texas en 2006. Elle est en baisse dans les sondages mais devrait quand même[...]

Chine : bébés en boîte

En Chine, où n'existent ni protection sociale ni accouchement sous X, des structures d'accueil pour enfants abandonnés - et souvent handicapés - sont mises en place.[...]

Une histoire du génocide rwandais (#4) : les écoutes bidons et le mythe de la guerre éclair du FPR

Dans ce quatrième billet consacré au déclenchement du génocide des Tutsis de 1994, Laurent Touchard* poursuit l'analyse des éléments brandis par les ex-partisans des Forces armées[...]

Mali : le Mujao annonce la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal

Le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) a annoncé mardi la mort du Français Gilberto Rodrigues Leal, enlevé en novembre 2012 dans l'ouest du Mali. [...]

Inde : qui brisera la vague safran ?

Personne, sans doute. Face à un parti du Congrès à bout de souffle, les nationalistes hindous du BJP, qui ont choisi cette couleur pour emblème, ont toutes les chances de remporter les[...]

Le propos raciste qui fait du bien

Peut-on utiliser les clichés pour mieux les dynamiter ? Des étudiants français répètent les saillies caractéristiques du racisme ordinaire pour en souligner[...]

Justice : après Simbikangwa, qui ?

Patrick Baudouin est président d'honneur de la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH).[...]

Birmanie: Win Tin, figure de la lutte pour la démocratie, est décédé

Win Tin, emprisonné pendant 19 ans pour son combat contre l'ancienne junte birmane, est décédé lundi à l'âge de 84 ans, a indiqué la Ligue nationale pour la démocratie[...]

Les quatre journalistes otages en Syrie sont de retour en France

Libérés le 19 avril, les quatre journalistes qui avaient été faits otages en Syrie dix mois auparavant ont regagné la France dimanche. Ils ont décrit des conditions de détention[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces