Extension Factory Builder

Booba : ego, argot, cash-flow

03/01/2013 à 09:14
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
À 36 ans, Booba a sorti son sixième album solo, Futur, en 2012. À 36 ans, Booba a sorti son sixième album solo, Futur, en 2012. © David Benoliel/AZ/Universal

Poids lourd du rap hexagonal, le chanteur d'origine sénégalaise a su se diversifier...

« J'ai mené une guerre pour être où je suis. » Attablé dans un café de Boulogne, sa ville natale, Booba se prête pourtant volontiers aux questions à l'occasion de la sortie de Futur, son sixième album solo. On est loin de l'image qu'il s'est construite de rappeur sulfureux, montagne de muscles tatoués, amateur de grosses voitures et de belles femmes. Imposant physiquement, le Duc de Boulogne l'est aussi dans le paysage moribond de la musique urbaine en France, où il fait figure de poids lourd. À 36 ans, il tient toujours la dragée haute à la concurrence, collectionnant les records de ventes. « On ne m'a jamais aidé, bien au contraire, tient-il à rappeler. J'ai dû casser des portes et m'imposer. J'ai été le premier à avoir un label indépendant et à être disque d'or sans passer en radio. »

"Lunatic", extrait de l'album "Lunatic" (2010, Tallac Records/Because Music)

Sa success-story, entamée dans les années 1990 avec le duo culte Lunatic, Élie Yaffa la doit avant tout à sa plume - argotique, ciselée, mal élevée et arrogante - et à son flow nonchalant servi par une voix rocailleuse. « Je suis le bitume avec une plume », chantait-il il y a quelques années.

S'il a ses détracteurs, qui voient en lui un apôtre de la violence et du matérialisme, il peut aussi compter sur des amis du milieu comme Oxmo Puccino. « C'est énorme qu'après tout ce temps il soit encore tant attendu. Avant de lui reprocher ses textes, avec lesquels il remplit Bercy, on devrait se poser des questions sur son impact. C'est un phénomène social à part entière, un personnage complexe », commente l'artiste. Des soutiens, Booba en trouve aussi chez des écrivains comme Thomas Ravier, qui, en 2003, lui a consacré un article dans La Nouvelle Revue française. Il y analyse la prose du rappeur à la lumière de Céline et de Genet, évacuant les critiques trop faciles pour se concentrer sur la richesse de la narration. « [...] Qui est Booba ? écrit-il. Musicien, chanteur, rappeur, poète, gangster, troubadour, sociologue, pamphlétaire, imprécateur, chroniqueur, journaliste ? Quel est le genre ? Mais celui qui les regroupe tous, écrivain bien sûr. »

"Strass et paillettes" (feat. Ali), extrait du premier album solo de Booba, "Temps mort" (45 scientific/BMG)

Booba, qui confie sans complexe ni fierté ne pas lire et ne pas avoir fait d'études - il est titulaire d'un brevet d'études professionnelles (BEP) en vente -, ne boude pas ce succès d'estime, mais le commente peu. « Au quotidien, j'amasse les punchlines [rimes percutantes, NDLR], et lorsque l'inspiration me vient, j'écris pendant de longues heures. Je pose les briques une à une. »

Sur sa famille, Booba ne confie rien. En revanche une porte s'ouvre lorsqu'on évoque l'Afrique, qui se dessine en creux dans ses textes. S'il arbore fièrement ses origines sénégalaises - l'un de ses nouveaux titres s'intitule « Macki Sall Music » -, il y a chez lui une colère profonde. « Chevaux noirs dans moteur allemand / Ma rage est coloniale », lâche-t-il dans un autre titre.

Se mélanger ? Comme si, à Neuilly, ils voulaient avoir une famille de Maliens sur leur palier. C'est de l'hypocrisie !

Cette colère remonte à son premier voyage au Sénégal, quand il avait 10 ans. « Quand ma mère m'a emmené visiter la Maison des esclaves sur l'île de Gorée, ça a été un vrai traumatisme. D'autant que ma mère, que j'aime, est blanche. La cruauté de l'esclavage, en tant que métis, tu l'acceptes encore moins, tu te dis que c'est possible d'aimer de la même manière Blancs et Noirs. Alors quand tu découvres l'histoire et la pauvreté du pays quatre cents ans après, tu te demandes : "Pourquoi ?" Ils nous ont bien niqués ! »

"Caramel", extrait de l'album "Futur" (2012, Tallac records/Universal)

À cela s'ajoute le choc du racisme, en France. Il se souvient amèrement des questions sibyllines posées par les passants à sa mère, divorcée, sur les origines de son père. En échange linguistique dans une famille africaine-américaine de Détroit, aux États-Unis, il a étudié l'histoire de la lutte pour les droits civiques. « Le jour où le film Malcolm X est sorti, toute l'école est allée au cinéma. Là tu sens enfin que tu existes en tant que Noir ! En France, le communautarisme nous protégerait, on obligerait les gens à prendre l'histoire au sérieux. Se mélanger ? Comme si, à Neuilly, ils voulaient avoir une famille de Maliens sur leur palier. C'est de l'hypocrisie ! »

Booba vit désormais entre Paris, où il emploie 50 personnes pour sa marque de vêtements Ünkut, et Miami, « ce morceau de monde où il y a tout le monde, Blancs, Noirs, Haïtiens, Russes... ». Mais ce qui pourrait être assimilé à un combat pour l'égalité, le businessman, qui ne recrute pas « selon les diplômes », l'a transposé sur le terrain du néolibéralisme, au risque d'en faire oublier ses talents artistiques. « Aux USA, on s'en fout que tu sois noir ou blanc pour louer un appartement, du moment que tu paies. Ici, tu ne peux même pas virer un mec qui ne paie pas son loyer ! » Mais il a prévenu : « La politique ? Jamais, ça n'est pas mon métier. » 

___

Jean-Sébastien Josset (@jsjosset)

- Booba sera en concert au Zénith de Paris, le 12 avril 2013.

- Voir les webisodes de la tournée de Booba au Congo

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Ebola : l'UE va débloquer 500 millions d'euros pour 'endiguer' l'épidémie en Afrique

Ebola : l'UE va débloquer 500 millions d'euros pour "endiguer" l'épidémie en Afrique

L'Union européenne a annoncé lundi son engagement à débloquer 500 millions d'euros d'aide pour "endiguer" Ebola dans les pays africains touchés.[...]

L'OIF aux Africains !

Moins de six semaines nous séparent de l'élection du nouveau secrétaire général de l'Organisation internationale de la francophonie (OIF). Les 57 chefs d'État ou de gouvernement[...]

Terrorisme : les autorités françaises ont-elles encore commis une bourde ?

Après l'affaire des trois présumés jihadistes français de retour de Turquie attendus par la police à l'aéroport d'Orly et finalement descendus sans être[...]

Vatican : le débat continue sur le divorce et l'homosexualité avec le pape François

Le synode de la famille s'est achevé dimanche au Vatican. Deux semaines de travaux à huis clos pendant lesquelles les évêques ont largement évoqué les thèmes du divorce et de[...]

Syrie : à Kobané, l'armée américaine largue des armes aux Kurdes

L'armée américaine a annoncé dimanche soir avoir largué pour la première fois des armes aux combattants kurdes qui défendent la ville syrienne de Kobané, assiégée[...]

Orrick s'installe officiellement à Abidjan

Exclusif - Dans une interview accordée à Jeune Afrique, le président et le patron Afrique d'Orrick expliquent pourquoi ce géant mondial du droit avec 1100 avocats dans 25 pays a choisi la capitale[...]

Vatican : vote très attendu à l'issue d'un synode sur la famille et l'homosexualité

Les participants au synode sur la famille, réunis depuis deux semaines au Vatican, devaient voter samedi un document final, concluant des débats mouvementés sur des sujets de société[...]

La bataille contre Ebola en passe d'être "perdue", faute de solidarité

L'ONU et la Banque mondiale s'alarment du manque de solidarité internationale envers les pays africains touchés par Ebola, qui a tué 4.555 personnes, et appellent à convertir en actes les promesses[...]

France : après plus dix années passées en prison, deux Marocains tentent d'obtenir une indemnisation

Injustement condamnés pour meurtre, les Marocains Kader Azzimani et Brahim El Jabri ont respectivement passé onze et treize ans en prison. Finalement relaxés le 3 juillet, ils s'efforcent[...]

On vous aura prévenus

La liberté d'expression ne s'est jamais aussi mal portée en Afrique qu'aujourd'hui. Je ne parle pas de celle qui autorise les médias à naître, à diffuser, à paraître et[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers