Extension Factory Builder

Nkosazana Dlamini-Zuma : "Il faut négocier jusqu'à la dernière limite au Mali"

27/11/2012 à 09:11
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Nkosazana Dlamini-Zuma à l'Unesco, à Paris, le 15 novembre. Nkosazana Dlamini-Zuma à l'Unesco, à Paris, le 15 novembre. © Vincent Fournier/J.A

La présidente de la Commission de l'Union africaine (UA), Nkosazana Dlamini-Zuma, s'exprime sur le dossier malien, dont elle s'est entretenue avec François Hollande lors de sa visite à Paris, à la mi-novembre. Interview.

Le Mali lui laisse peu de répit. À peine était-elle investie à la tête de la Commission de l'Union africaine (UA), le 15 octobre, que Nkosazana Dlamini-Zuma se rendait deux jours plus tard à Bamako pour y rencontrer Dioncounda Traoré, le président, et Cheick Modibo Diarra, le Premier ministre. Preuve, selon l'ancienne ministre sud-africaine de l'Intérieur, que l'UA n'est pas en retrait sur le dossier malien. Sujet qu'elle a également évoqué avec François Hollande lors de sa visite à Paris, les 14 et 15 novembre - l'occasion pour elle d'insister sur la nécessité d'essayer de négocier avec les groupes armés maliens actifs dans le nord du pays.

Jeune Afrique : Deux puissances occidentales, la France et les États-Unis, appuient ouvertement une intervention au Nord-Mali. Cela vous gêne-t-il ?

Nkosazana Dlamini-Zuma : L'important est de faire le nécessaire. La situation au Mali est extrêmement complexe. Il y a eu un coup d'État, l'intégrité territoriale du pays est menacée, il va falloir organiser des élections de manière que le gouvernement ait l'autorité et la légitimité nécessaires, il y a des problèmes humanitaires... C'est un dossier qui demande beaucoup d'attention.

Pourtant, votre pays, l'Afrique du Sud, est traditionnellement réticent quand des pays tiers se mêlent des affaires africaines...

Je suis la présidente de la Commission de l'Union africaine. Que je sois née en Afrique du Sud n'influence en rien mon action à la tête de l'UA.

Êtes-vous favorable à une intervention ?

L'UA a proposé une feuille de route qui dit clairement qu'il faut suivre deux pistes en même temps : l'option militaire et la négociation. Il faut faire le maximum pour amener les groupes armés maliens à prendre leurs distances avec les bandits et avec les combattants d'Aqmi [Al-Qaïda au Maghreb islamique, NDLR]. Il faut que ces groupes renoncent à la sécession, qu'ils acceptent que le Mali soit une République.

Il n'est jamais trop tard quand il s'agit d'éviter la guerre.

N'est-il pas trop tard ?

Il n'est jamais trop tard quand il s'agit d'éviter la guerre.

Et s'il apparaît qu'une intervention est la seule manière de ramener la paix ?

Si c'est la seule solution, alors...

Ces derniers mois, l'UA a paru en retrait sur le dossier, déléguant sa gestion à la Cedeao...

L'UA n'est pas en retrait. Nous avons élaboré une feuille de route, qui a été validée par le Conseil de paix et de sécurité de l'UA et qui a ensuite été transmise au Conseil de sécurité de l'ONU. Nous avons également nommé un haut représentant pour le Mali, l'ancien président burundais Pierre Buyoya. La Cedeao n'est pas seule à gérer la situation : il y a aussi l'UA et toute la communauté internationale. Le dossier est désormais entre les mains de l'ONU. C'est un processus qui prendra du temps et pour lequel nous devrons ensuite trouver les financements nécessaires.

Fin octobre, l'UA a appelé à la tenue d'élections libres et transparentes au cours du premier trimestre 2013. Est-ce réaliste ?

Il est bien évident qu'il ne peut pas y avoir des élections que dans le Sud : ce serait entériner une partition dont nous ne voulons pas.

Ce sont les Maliens qui nous ont dit, lorsque nous nous sommes rendus à Bamako, que des élections pourraient être organisées en avril, mais selon toute vraisemblance ce pourrait plutôt être vers la fin 2013. Il est bien évident qu'il ne peut pas y avoir des élections que dans le Sud : ce serait entériner une partition dont nous ne voulons pas.

La situation au Mali est-elle à vos yeux une conséquence directe de la chute du régime de Kadhafi ?

Il est clair que cette situation découle, au moins en partie, de ce qui s'est passé en Libye. Elle est toutefois plus complexe que cela. On ne peut pas, par exemple, minimiser le problème du trafic de drogue, dont l'épicentre se trouve sans doute en Guinée-Bissau, mais qui a des ramifications dans toute la sous-région et qui aide les groupes armés à se financer dans le Nord-Mali.

Vous vous êtes rendue à Bamako mi-octobre. Avez-vous eu l'impression que le président Traoré et le Premier ministre Diarra parlaient d'une seule voix ?

Le président et le Premier ministre travaillent en étroite collaboration. Ils vont dans le bon sens et nous avons eu avec eux des discussions très constructives. C'est la raison pour laquelle l'UA a décidé de lever ses sanctions [le Mali, suspendu après le coup d'État, a réintégré l'UA le 24 octobre]. 

_________

Propos recueillis par Anne Kappès-Grangé

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Mali : IBK assume la libération de quatre jihadistes

Mali : IBK assume la libération de quatre jihadistes

Très critiqué dans son pays pour avoir ordonné la libération de quatre jihadistes afin d’obtenir celle de l’otage français Serge Lazarevic le 9 décembre, Ibrahim Boubacar Ke&[...]

Mali - France : Lazarevic et Sofara

Un Français vaut-il plus qu'un Malien ? Certains jugeront la question déplacée. Elle mérite pourtant qu'on s'y arrête au vu des circonstances qui ont mené à la[...]

Jean-Yves Le Drian : "Au Mali comme en Centrafrique, l'heure de vérité approche"

Un an après le déclenchement de l'opération Sangaris, et deux ans après celui de l'opération Barkhane, le ministre français de la Défense affiche ses objectifs : des[...]

Paris veut un accord de paix au Mali en janvier

Paris souhaite que les négociations de paix maliennes entre Bamako et les groupes armés du Nord, sous médiation algérienne, aboutissent en janvier, a déclaré le ministre français de[...]

Sahel : Lazarevic pense avoir été capturé pour une rançon et nie être un mercenaire

L'ex-otage français Serge Lazarevic, libéré mardi après plus de trois ans de captivité au Sahel, a estimé dimanche, dans le journal de 20 heures de France 2, que ses ravisseurs l'avaient[...]

Mali : le Tunisien Mongi Hamdi nommé à la tête de la Minusma

Le ministre tunisien des Affaires étrangères, Mongi Hamdi, remplace le Néerlandais Bert Koenders à la tête de la Minusma, a annoncé vendredi un communiqué des Nations unies.  [...]

Le Mali confirme que des jihadistes ont été libérés en échange de l'ex-otage français Lazarevic

Plusieurs prisonniers détenus à Bamako ont bien été libérés en échange de l'ex-otage français Serge Lazarevic, a confirmé vendredi le ministre malien de la Justice,[...]

Mali : vers un accord de paix définitif ?

Le Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA) paraît peu enclin à signer le projet d'accord de paix proposé par la médiation algérienne. Bamako compte sur Rabat pour convaincre le[...]

Mali : la mort d'Ahmed el-Tilemsi, un coup dur pour le Mujao et Belmokhtar

Ahmed el-Tilemsi, l'un des principaux chefs jihadistes de la bande sahélo-saharienne, a été tué dans un raid mené par les militaires français dans le nord du Mali. Pour Paris, il s'agit[...]

Mali : l'armée française annonce avoir tué Ahmed Tilemsi, ex-chef militaire du Mujao

L'armée française a annoncé jeudi avoir tué Ahmed Tilemsi, ex-chef militaire du Mujao, dans une opération près de Gao, au nord du Mali. Proche de Mokhtar Belmokhtar, avec lequel il a[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers