Extension Factory Builder

Centrafrique : Catherine Bokassa, les confidences d'une ancienne impératrice

20/11/2012 à 16:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Catherine Bokassa chez elle, à Bangui. Catherine Bokassa chez elle, à Bangui. © Vincent Fournier/J.A.

Catherine Bokassa, ex-première dame de Centrafrique, revient sur sa vie après le décès de son ex-mari, Jean-Bedel Bokassa.

Jeune Afrique : Si vous aviez à dresser votre autoportrait, que diriez-vous ?

Catherine Bokassa : Je suis née au Tchad d'un père centrafricain et d'une mère tchadienne. Je suis la troisième d'une fratrie de quinze enfants (de même père et de même mère). J'ai fait mes études primaires au Tchad et obtenu une bourse pour continuer mes études secondaires au lycée Pie-XII à Bangui. Je suis une simple grand-mère encore en bonne santé et qui revendique le droit à l'anonymat.

Et si vous deviez écrire vos Mémoires ?

Je décrirais ma vie de femme au foyer. J'ai beaucoup appris aux côtés du père de mes enfants car je me suis mariée très jeune, à 14 ans et demi. J'ai toujours apprécié le respect que m'accordait chaque Centrafricain malgré mon jeune âge. Et puis j'ai des souvenirs précis de toutes mes visites officielles.

Qu'avez-vous fait après le décès de votre époux ?

Mon principal soutien a été le président Omar Bongo Ondimba jusqu'à son décès, paix à son âme.

Je me suis retrouvée seule, malgré sa position d'homme d'État. J'ai rapidement pris la décision de rentrer vivre dans mon pays, la République centrafricaine. Je me suis lancée dans la culture des fleurs, ma passion, puis j'ai commencé une activité agricole. Depuis trois ans, j'ai une plantation de manioc de 15 ha et je vends les produits de l'exploitation aux particuliers. Mon principal soutien a été le président Omar Bongo Ondimba jusqu'à son décès, paix à son âme.

Les autres premières dames vous ont-elles manifesté leur solidarité ?

Je veux surtout évoquer la figure de Marie-Thérèse Houphouët-Boigny, qui est ma mère, ma soeur et qui a beaucoup fait pour mes enfants et moi. Aujourd'hui encore, si on est loin l'une de l'autre, de temps en temps on se téléphone. Je n'ai jamais voulu en parler, mais je le fais aujourd'hui pour lui rendre hommage.

Décrivez-nous votre vie quotidienne...

Je fais du jardinage, je vais au village le week-end et j'adore faire la cuisine pour ma famille. Quand l'occasion se présente, je vais à Genève rendre visite à mes enfants et petits-enfants. Parfois je vais au Tchad pour voir mes oncles et mes tantes. J'ai aussi un projet qui me tient à coeur : la Fondation Catherine-Bokassa, que j'espère pouvoir mettre en oeuvre l'année prochaine. Je lance d'ailleurs un appel aux femmes et aux hommes de bonne volonté...

Qu'est-ce qui vous manque le plus ?

Voir ma famille réunie. Cela dit, je suis heureuse de voir que mes enfants commencent à découvrir leur pays, la République centrafricaine. Comme vous le savez, ils l'ont quitté très jeunes et ont grandi à l'étranger. Je regrette aussi qu'il n'y ait plus, dans le monde d'aujourd'hui, de grands hommes comme autrefois.

Vous tenez un journal intime depuis votre enfance. Allez-vous le publier ?

Pas pour le moment. 

________

Propos recueillis par Clarisse Juompan-Yakam

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Centrafrique

Centrafrique : Luanda annonce la participation des troupes angolaises à la Minusca

Centrafrique : Luanda annonce la participation des troupes angolaises à la Minusca

Un officiel de la diplomatie angolaise a annoncé lundi que Luanda enverra ses troupes en Centrafrique pour prendre part à la Minusca. Ce sera la première participation de l'Angola dans une opération de [...]

Centrafrique : des militaires tchadiens pour la sécurité de Catherine Samba-Panza ?

La présidente centrafricaine par intérim, Catherine Samba-Panza, souhaiterait que sa sécurité soit assurée par un contingent de militaires tchadiens.[...]

Centrafrique : à la Séléka, c'est chacun pour soi

Elle contrôle encore plus de la moitié du territoire, mais jamais l'ancienne rébellion Séléka n'a été aussi divisée. Ses chefs historiques, Michel Djotodia et Noureddine[...]

Centrafrique : la communauté internationale promet son aide mais veut des avancées

La présidente de transition centrafricaine Catherine Samba Panza est venue s'assurer vendredi à l'ONU du soutien de la communauté internationale, qui laisse percer quelques signes d'impatience face à la[...]

Centrafrique : la Séléka et les anti-balaka dans le viseur de la CPI

La Cour pénale internationale (CPI) a annoncé mercredi son intention d'ouvrir une deuxième enquête sur les crimes commis en Centrafrique depuis août 2012.[...]

Crises : CMI, DRC, Carter Center... les diplomates de l'ombre

Ils agissent en coulisses, quand les organismes officiels peinent à résoudre un conflit armé. Mais les méthodes et les résultats de ces négociateurs privés ne font pas[...]

Tchad - Centrafrique : normalisation en cours

Les signes de la normalisation des relations entre la Centrafrique de Catherine Samba-Panza et le Tchad de Idriss Déby Itno se multiplient.[...]

Centrafrique : la Minusca prend officiellement le relais de la Misca

La Minusca commence à se déployer officiellement en Centrafrique ce lundi. La mission onusienne remplace la mission africaine dans le pays et devra compter à terme quelque 12 000 hommes.[...]

Centrafrique : le pape demande que la violence cède le pas au dialogue

Le pape François a demandé dimanche que "la violence cède le pas au dialogue" en Centrafrique afin de protéger les populations civiles, à la veille du déploiement de la mission[...]

Photojournalistes : à leurs risques et périls

Comment témoigner du drame centrafricain ? À l'occasion du festival Visa pour l'image, à Perpignan, trois expositions illustrent un quotidien secoué par les violences interreligieuses. Et[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers