Extension Factory Builder

Sénégal : Abdou Latif Coulibaly, le journaliste anti-corruption devenu ministre

21/11/2012 à 16:35
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Abdou Latif Coulibaly en 2010. Abdou Latif Coulibaly en 2010. © AFP

Ancien journaliste de renom, pourfendeur des années Wade, Abdou Latif Coulibaly a fait son entrée au gouvernement sénégalais. Le voici désormais ministre de la Bonne Gouvernance.

Dans le pavillon de banlieue parisienne qui lui sert de retraite, l'ex-président du Sénégal, Abdoulaye Wade, a dû laisser échapper un soupir de dépit. Peut-être même a-t-il juré, fin octobre, lorsqu'il a appris l'entrée d'Abdou Latif Coulibaly au gouvernement. Son pourfendeur le plus virulent. Un empêcheur de tourner en rond qui a fini par prendre les traits d'un don Quichotte de la bonne gouvernance tant il s'est échiné, parfois avec un acharnement débordant, à dénoncer la corruption de l'entourage présidentiel.

Coup de com'

La lecture des titres des nombreux essais que le journaliste a publiés ces dix dernières années s'apparente à un réquisitoire. Il y est question d'« alternance piégée », de « pillage organisé », de « démocratie prise en otage », de « contes » et de « mécomptes »... Dans sa dernière enquête publiée en 2011, Coulibaly, un quinquagénaire affable et passionné dont le visage, tout en rondeurs, tranche avec le ton inquisiteur de ses prises de position, dressait le portrait d'une « République abîmée ». Charge lui est donnée, désormais, de veiller à son rétablissement. Depuis le 29 octobre, il est à la tête d'un ministère inédit et pour le moins curieux : celui de la Bonne Gouvernance, qui, une semaine après sa naissance, n'avait ni cabinet ni adresse. Coulibaly est aussi le nouveau porte-parole du gouvernement. Si Macky Sall voulait marquer une rupture avec son prédécesseur, il n'aurait pas pu trouver meilleur symbole.

Ses essais sont autant de réquisitoires... L'homme a toujours aimé chercher la petite bête.

Simple coup de com' ? Il y a un peu de cela. Un conseiller du président en convient : « Il est plus facile de mettre en place une gouvernance efficace et rationnelle que de créer des emplois et de baisser le coût de la vie. La nomination de Coulibaly est une réponse aux Sénégalais qui ont besoin de voir les choses évoluer. » À dire vrai, Coulibaly s'occupait déjà des questions de bonne gouvernance depuis six mois, mais c'était à la présidence, en tant que conseiller de Sall. Son entrée au gouvernement marque, selon le nouveau ministre, « la volonté du président de traduire en une réalité institutionnelle ce qui n'était encore qu'un concept ». Bref, de passer de la parole (la bonne gouvernance fut un des refrains de sa campagne) aux actes. La mission de Coulibaly, outre dompter l'impatience des Sénégalais, sera de « recenser les bonnes pratiques et les diffuser au sein du gouvernement et de l'administration ». En aucun cas il ne sera un gendarme, dit-il. Lui préfère le terme de « vigie ».

Ephémère candidat

Après tout, c'est ce qu'il était quand il maniait la plume. Journaliste de renom jusqu'à ce qu'il se lance en politique, en 2011, à l'approche de l'élection présidentielle (éphémère candidat, il a finalement soutenu Moustapha Niasse), fondateur (avec d'autres) du premier groupe de presse privé (Sud Communication) puis d'un hebdomadaire poil à gratter (La Gazette), directeur pendant des années d'un des principaux instituts de formation de journalistes (l'Institut supérieur des sciences de l'information et de la communication, ISSIC), Coulibaly a toujours cherché la petite bête. Des journalistes d'investigation, « on en a besoin sur cette terre d'Afrique, où nos dirigeants [...] se comportent souvent avec le bien public comme de véritables brigands », écrivait-il dans un texte consacré à son confrère et ami burkinabè assassiné en 1998, Norbert Zongo. Le voilà désormais dans le camp d'en face.

Sera-t-il capable de rester fidèle à ses principes ? Ses (rares) détracteurs, qui raillent son opportunisme, en doutent. Mais nombre de ses ex-confrères sont prêts à lui signer un chèque en blanc. « Tant qu'il ne trahit pas ses convictions, c'est une caution pour Macky. Et je ne crois pas qu'il trahira ses convictions », parie Fadel Barro. Le porte-parole du mouvement citoyen Y'en a marre, un « pur produit » de l'école Coulibaly, ne croit pas qu'un homme « qui a résisté aux tentatives de corruption de Wade » succombera aux délices du pouvoir.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Sénégal

Sénégal : le PDS désignera son candidat à la présidentielle le 20 mars

Sénégal : le PDS désignera son candidat à la présidentielle le 20 mars

Initialement annoncée pour le mois d'août, la désignation du candidat du PDS (opposition) à la prochaine présidentielle aura finalement lieu le 20 mars. Trois jours avant le jugement de la CREI co[...]

Après le Sénégal, le "JT rappé" débarque en Côte d'Ivoire

Véritable succès populaire au Sénégal depuis bientôt deux ans, le "JT rappé" s'est exporté en Côte d'Ivoire. Aux manettes de ce nouveau programme d'information tout[...]

Sénégal : l'ancien joueur du PSG Aliou Cissé nommé sélectionneur

On le pressentait, la Fédération Sénégalaise l'a officialisé ce jeudi matin : Aliou Cissé a été nommé au poste de sélectionneur des Lions de la Teranga.[...]

Maroc : les galères de Rokhaya, jeune nounou sénégalaise sans papiers à Tanger

Rokhaya, jeune nounou sénégalaise sans papiers, vivote depuis des mois à Tanger et tente d'oublier une expérience récente dans une famille aisée de la ville, faite d'exploitation et de[...]

Sénégal : Macky Sall, Karim Wade et Idrissa Seck... récit d'une guerre fratricide

Bien sûr, Macky Sall, Karim Wade et Idrissa Seck n'ont pas une goutte de sang en commun. Mais tous ont grandi dans l'ombre du "Vieux", rêvant de lui succéder. Abdoulaye Wade les a[...]

Giresse : "Pourquoi le Sénégal n'a-t-il jamais rien gagné ?"

Alain Giresse, l’ancien sélectionneur du Sénégal, n’a pas été épargné par une partie de la presse locale. S’estimant victime d’attaques excessivement[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Après les délestages, la Senelec voit enfin le bout du tunnel

Avec le redressement de la Senelec, le pays sort de sa crise énergétique. Et mise désormais sur le privé pour augmenter sa production.[...]

Sénégal : Abdoulaye Wade, égaré entre "esclaves" et "anthropophages"

Abdoulaye Wade a publiquement taxé Macky Sall, mardi, de "descendant d'esclaves" et d'"anthropophages" dont les parents "mangeaient les bébés". Une sortie unanimement[...]

Afrique francophone : chef de l'opposition, un statut à double tranchant

Plusieurs pays d'Afrique francophone ont adopté un statut officiel de "chef de file de l'opposition". D'autres ont voté des textes mais attendent toujours la désignation de leur opposant en chef.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces