Extension Factory Builder

Michel Foucher : "Obama met le cap sur l'Asie-Pacifique"

16/11/2012 à 17:23
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Michel Foucher, directeur de la recherche à l'Institut des hautes études de la défense nationale. Michel Foucher, directeur de la recherche à l'Institut des hautes études de la défense nationale. © Vincent Fournier / J.A

Directeur de la formation, des études et de la recherche à l'Institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) à Paris, Michel Foucher est diplomate et géographe. Il est notamment l'auteur de L'Obsession des frontières (éd. Perrin, 2007, réédité en 2012) et de La Bataille des cartes (éd. François Bourin, 2011).

Jeune Afrique : Quel bilan peut-on tirer du premier mandat de Barack Obama en matière de politique étrangère ?

Michel Foucher : Son mandat suivait les huit années de présidence de George W. Bush, qui s'était lancé dans des expéditions militaires désastreuses. Obama a désengagé les troupes d'Irak et parachève leur retrait d'Afghanistan. Il a mis fin à ce que certains ont appelé les « distractions moyen-orientales » pour se consacrer aux zones qui présentent un intérêt plus direct pour les États-Unis, comme l'Asie-Pacifique.

Ensuite, la politique de la main tendue à l'Iran n'a pas donné de résultats, pas plus que les pressions sur Israël. Il a aussi - et c'est un élément majeur - engagé son pays sur la voie d'une réduction très nette de sa dépendance pétrolière à l'égard de la région du Golfe. Contrairement à Hillary Clinton, Obama a peu voyagé. Il a fait la moitié de ses 47 déplacements à l'étranger la première année de son mandat. La politique étrangère n'est pas sa priorité.

Ce second mandat va-t-il lui donner une plus grande marge de manoeuvre ?

Oui, dans la mesure où il y a une continuité. Grâce à sa réélection, les États-Unis gagnent un an et demi, le temps d'adaptation qui aurait été nécessaire à une nouvelle administration. D'autre part, la crédibilité et la popularité d'Obama sont renforcées. Le fait qu'il s'installe dans une cohabitation, la Chambre des représentants ne lui étant pas favorable, ne pose pas trop de problèmes en matière de politique étrangère car il a le Sénat avec lui. En revanche, la marge de manoeuvre d'un président américain est plus limitée qu'autrefois : il doit composer avec d'autres pays. L'avantage d'Obama, c'est qu'il sait que le reste du monde existe, que l'Amérique est interdépendante, ce qui n'était pas le cas de Romney. Il referme la parenthèse de l'ère Bush au Moyen-Orient, et met l'accent sur le Pacifique.

Il doit maintenant redéfinir une politique avec les nouveaux dirigeants chinois.

Pourquoi cette zone redevient-elle une priorité dans la diplomatie américaine ?

Les États-Unis y sont actifs depuis la fin du XIXe siècle, il n'y a là rien de nouveau. Ils ont signé des accords de défense avec une dizaine de pays et mené plus de guerres dans cette région que sur le continent européen. Disons qu'après une parenthèse « moyen-orientale » les Américains retournent à leurs fondamentaux, à la fois en termes d'intérêts économiques, de sécurité des voies maritimes, mais aussi de rapports à la Chine. Depuis quelques mois, on était dans une logique d'accentuation de la présence militaire américaine. Les États-Unis ont trouvé avec la Chine un rival à leur mesure. Et ils en ont probablement besoin pour exister et renforcer leur leadership. Mais en raison de l'importance des intérêts économiques, Washington doit maintenant redéfinir une politique avec les nouveaux dirigeants chinois.

Obama peut-il prendre une initiative dans le conflit israélo-palestinien ?

Personne n'a de prise sur ce dossier, pas même le président des États-Unis. Surtout, la dégradation de la relation personnelle entre Obama et Netanyahou n'aidera pas à apaiser les tensions. Le Premier ministre israélien a fait le mauvais choix pendant la campagne américaine en misant sur Romney. Ses opposants, Ehoud Olmert et Tzipi Livni, l'attaqueront probablement sur ce thème lors des élections législatives de janvier. Israël redoute que les Américains n'exercent une plus forte pression sur eux au sujet de la colonisation. Et puis la Palestine va revenir à la charge pour obtenir un statut d'observateur à l'ONU. Cependant, des convergences sont possibles, notamment sur la Syrie, où Obama veut aider à structurer une opposition crédible et respectable. Après s'être longtemps accommodés de Bachar al-Assad, les Israéliens ont finalement conclu qu'il est aussi de leur intérêt qu'il tombe pour priver l'Iran d'un allié.

___

Propos recueillis par Marie Villacèque

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Ebola : Washington va déployer 3 000 militaires américains en Afrique de l'Ouest

Ebola : Washington va déployer 3 000 militaires américains en Afrique de l'Ouest

Le président américain, Barack Obama, va annoncer, mardi, le déploiement de quelque 3 000 militaires en Afrique de l'Ouest pour "faire reculer" l'épidémie d'Ebola.[...]

Najat Vallaud-Belkacem : Bulldozer de charme

Depuis son arrivée au ministère de l'Éducation nationale, cette icône de la gauche d'origine marocaine suscite la haine de l'extrême droite. Mais Najat Vallaud-Belkacem n'en a cure : elle[...]

Francophonie - Philippe Suinen : "Voir émerger de nouvelles idées grâce au français"

Philippe Suinen, l'actuel Commissaire général du Forum mondial de la langue française, organisé par l'Organisation internationale de la francophonie, a répondu aux questions de "Jeune[...]

Racisme : un homme politique mexicain compare Ronaldinho à un singe

À peine arrivé au Querétaro FC, un club mexicain, l'emblématique joueur brésilien Ronaldinho a reçu un accueil bien singulier de la part d'un membre du "Partido Acción[...]

Cinéma : my name is Bond, Denzel Bond

Un James Bond noir ? Pourquoi pas ? D'ailleurs, l'acteur américain Denzel Washington se verrait bien dans le rôle.[...]

Ebola : Barack Obama souhaite lancer un plan d'action estimé à 88 millions de dollars

Le président Barack Obama va demander au Congrès américain une enveloppe de 88 millions de dollars pour lutter contre le virus Ebola en Afrique de l'ouest, a rapporté lundi le Wall Street Journal.[...]

France : le militant radical Kemi Seba incarcéré à Paris

Kémi Séba, militant controversé de la cause noire et proche du polémiste Dieudonné, a été incarcéré dimanche à Paris pour exécuter une vieille[...]

Méditerranée : selon l'OIM, un naufrage pourrait avoir causé la mort de 500 migrants

Jusqu'à 500 migrants sont portés disparus depuis le naufrage de leur embarcation de fortune, la semaine dernière, au large de l'île de Malte.[...]

L'État islamique revendique la décapitation de l'otage britannique Haines

L'État islamique (EI) a revendiqué la décapitation d'un nouvel otage, le travailleur humanitaire britannique David Haines, au moment où les Etats-Unis mènent une vaste offensive diplomatique[...]

Francophonie : qui succédera à Abdou Diouf ?

À deux mois du sommet de Dakar, prévu les 29 et 30 novembre, cinq candidats se sont déclarés : le Mauricien Jean-Claude de l'Estrac ; le Congolais Henri Lopes ; le Burundais Pierre Buyoya ;[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex