Extension Factory Builder

Guillaume Pierre : "Bien organisé, le passage à la TNT rapportera beaucoup"

13/11/2012 à 15:54
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le producteur et réalisateur de télévision est à la tête de la direction Afrique de CFI depuis Le producteur et réalisateur de télévision est à la tête de la direction Afrique de CFI depuis © DR

Mi-2015, les chaînes africaines devront passer à la diffusion numérique. Le directeur Afrique de Canal France International en décrypte les enjeux.

En Afrique, l'Union internationale des télécommunications (UIT) a fixé le passage des télévisions à la diffusion numérique au 18 juin 2015. À partir de cette date, l'audiovisuel africain est censé abandonner la diffusion analogique pour s'organiser autour de la nouvelle norme numérique, laquelle régira les relations entre États sur le plan des fréquences, par exemple pour régler les éventuels conflits concernant les zones frontalières. Cette migration va marquer une évolution sans précédent puisqu'elle permettra à chaque pays de disposer de plusieurs dizaines de canaux au lieu de cinq ou six actuellement. Guillaume Pierre, directeur Afrique de Canal France International (CFI), l'organisme de coopération média de l'État français, aborde les enjeux de l'adoption du numérique, de la création de chaînes locales à la protection des consommateurs.

Jeune Afrique : Que va apporter la digitalisation ?

Guillaume Pierre : Après le temps des grands offices publics puis celui de l'arrivée de la concurrence privée, une troisième phase va s'ouvrir. Les pays vont passer de cinq ou six chaînes à plusieurs dizaines de chaînes, dans un paysage incluant différents moyens de diffusion : le satellite, la téléphonie mobile et la télévision numérique. Le paysage audiovisuel va être complètement révolutionné. Maîtriser cette ouverture est essentiel. En Afrique, les populations regardent en moyenne la télévision quatre heures par jour. C'est la troisième activité humaine derrière le travail et le sommeil, c'est aussi un accès à l'information et à l'éducation.

Chaînes africaines ou internationales, qui va en profiter ?

Il y aura la possibilité d'ouvrir les fréquences à des chaînes internationales, mais aussi de créer des bouquets de chaînes publiques, d'ouvrir à des investisseurs privés ou à des chaînes de pays voisins. Le choix reviendra à chaque État. C'est une question de souveraineté.

Selon moi, l'offre de télévision doit être adaptée aux besoins de la population. Les pouvoirs publics doivent intervenir pour favoriser l'émergence de contenus locaux sans pour autant négliger une certaine ouverture sur le monde. Cette réflexion-là est importante et cette création de contenus sera d'autant plus facilitée que le passage au numérique va générer des revenus pour les États.

Chaque pays pourra disposer de dizaines de chaînes, contre cinq ou six actuellement.

C'est-à-dire ?

Bien organisé, le passage à la TNT [télévision numérique terrestre, NDLR] rapportera de l'argent aux pays. Demain, grâce aux technologies numériques, la télévision n'utilisera plus qu'une petite partie des fréquences actuellement accaparées. Les autres pourront être vendues ou louées. Elles intéressent particulièrement les opérateurs télécoms. En France, leur concession sur quinze ans a rapporté 3,5 milliards d'euros. En Afrique, sur un pays de taille moyenne, cela pourra générer plusieurs dizaines de millions d'euros de revenus. Plutôt qu'une vente, nous préconisons une location des canaux, car il n'est pas certain que les opérateurs souhaitent s'engager sur quinze ans dans des pays où le risque politique n'est pas négligeable.

Comment les acteurs du satellite, comme Canal+, regardent-ils cette évolution ?

Le groupe Canal+ est dans une position similaire à celle de TF1 avant le passage à la TNT en France. Aujourd'hui, il propose une offre de qualité et hésite à aller vers un nouveau mode de diffusion dont le succès est probable mais pas garanti.

Le passage à la TNT peut-il être un échec ?

Oui, si les offres de contenus ne sont pas à la hauteur. Sur ce point, les réflexions débutent à peine. En revanche, les États se sont mis d'accord sur une norme commune et ils commencent à se faire une idée plus précise de la gestion des multiplex [fréquences autorisant la diffusion de plusieurs chaînes]. Ainsi, beaucoup de pays sont en train de séparer les rôles de diffuseur et d'éditeur. C'est par exemple le cas en Mauritanie, où le patron de la société de diffusion est l'ancien directeur général de la télévision publique.

L'utilisation du numérique va aboutir à la création de nouvelles chaînes. Ces dernières pourront-elles trouver assez d'annonceurs pour assurer leur développement, sur un marché publicitaire limité ?

Premièrement, il y a une forte montée en puissance du marché publicitaire à mesure que les économies se développent et que les populations s'urbanisent. Par ailleurs, les chaînes africaines accusent un grand retard dans la captation des ressources publicitaires. En Europe, les chaînes s'arrogent 80 % du total des ressources publicitaires, alors qu'en Afrique elles n'en ont encore qu'entre 40 % et 50 %. Elles vont donc à la fois profiter de la croissance naturelle du marché publicitaire et conserver de belles marges de manoeuvre si elles professionnalisent leurs régies.

A-t-on prévu d'accompagner les populations ?

Sur ce point aussi, la réflexion est en cours. En France, des aides avaient été prévues pour permettre à certains foyers d'acquérir des décodeurs. Le dispositif a bien fonctionné. L'autre point sur lequel les gouvernements doivent agir est celui de la protection des consommateurs, en empêchant l'importation de téléviseurs qui ne seront pas compatibles avec la norme numérique.

Quels sont les pays les plus avancés ?

Le Kenya, le Cameroun ou la Guinée expérimentent la diffusion numérique, mais cela reste très marginal. En Afrique de l'Ouest, l'UEMOA [Union économique et monétaire ouest-africaine] a pris conscience de l'enjeu. Elle a favorisé l'adoption d'une norme technique commune, elle mutualise les formations et, demain, peut-être, l'achat d'émetteurs pour les réseaux. En revanche, un pays comme la RD Congo, qui commence à peine à s'intéresser à la question, a deux ans de retard sur le Sénégal.

___

Propos recueillis par Julien Clémençot

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Continental

Corruption à la Fifa : Blatter soutenu par la CAF, Platini demande sa démission

Corruption à la Fifa : Blatter soutenu par la CAF, Platini demande sa démission

La Confédération africaine de football (CAF) a maintenu jeudi son soutien à Sepp Blatter, qui brigue un cinquième mandat à la présidence de la Fifa. Mais de nombreuses personnalités[...]

Élection à la présidence de la BAD : les candidats du Cap-Vert, du Nigeria et du Tchad dans le trio final

Après cinq tours de vote, Akinwumi Adesina, le candidat nigérian, reste en tête. Le Tchadien Bédoumra Kordjé s'est emparé du deuxième rang, devant la Capverdienne Crisitina Duarte.[...]

"O Ka" : Souleymane Cissé le justicier

À partir de l'expulsion de ses soeurs de sa maison natale, le réalisateur malien revient sur l'histoire de sa famille. Un film engagé, tourné vers l'avenir.[...]

Élection du président de la BAD : Akinwumi Adesina, le candidat nigérian, en tête au premier tour

Le Nigérian Akinwumi Adesina a obtenu près de 26% des voix, devançant la Cap-Verdienne Cristina Duarte, qui décroche 24,5% des voix grâce au soutien massif des électeurs non-continentaux.[...]

Ecobank face à son avenir

Un peu plus d'un an après la crise qui l'a ébranlé, le groupe panafricain renoue avec les performances. Mais il doit encore régler plusieurs problèmes pour se développer[...]

Akinwumi Adesina : "Je suis un maillon essentiel entre anglophones et francophones"

Cet agroéconomiste pragmatique a été élu, jeudi 28 mai, nouveau président de la Banque africaine de développement (BAD), succédant ainsi au Rwandais Donald Kaberuka. Voici[...]

Le Nigérian Akinwumi Adesina élu président de la Banque africaine de développement

Les 80 gouverneurs de la Banque africaine de développement, réunis ce jeudi 28 mai à Abidjan, ont choisi le Nigérian Akinwumi Adesina pour succéder au Rwandais Donald Kaberuka à la[...]

Mode d'emploi et favoris : l'élection du président de la BAD en 5 questions

Le 28 mai, la Banque africaine de développement élira un nouveau président. "Jeune Afrique" décrypte pour vous tous les ressorts de cette élection et livre une analyse exclusive des[...]

Abidjan : plus de 4 500 personnes aux Assemblées de la Banque africaine de développement

Six chefs d'État, un vice-président et deux Premiers ministres ont participé à l'ouverture officielle des Assemblées annuelles de la Banque africaine de développement, le 26 mai. Avec deux[...]

Technologies : quand WhatsApp bouscule les codes de la communication politique en Afrique

Lancée depuis bientôt cinq ans, l’application de messagerie internet WhatsApp a conquis les smartphones de millions d’utilisateurs dans le monde. Très utilisé en Afrique, l’outil[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers