Extension Factory Builder

Splendeurs et misères des journalistes

15/11/2012 à 10:24
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

N'en déplaise à Henri Guaino, l'Afrique a depuis longtemps dépassé l'ère du tam-tam et de l'oralité pour entrer de plain-pied dans celle du zapping, de l'urgence et des émotions cathodiques. Pourtant, plus le continent se développe, s'ouvre aux nouvelles technologies de l'information et bat des records de croissance, plus le regard que portent sur lui les médias occidentaux semble se rétrécir.

Certes, le degré de myopie varie selon les pays. Si les journaux et les télévisions anglo-saxons dits de qualité observent avec attention l'évolution économique et politique de l'Afrique anglophone, les sections « Afrique » ont disparu des quotidiens et hebdomadaires français, l'actualité du continent, tout au moins de sa partie subsaharienne, étant l'apanage de quelques spécialistes multicartes aux espaces d'expression forcément réduits. Radios et télévisions généralistes se contentant, elles, de dépêcher des grands reporters mondialisés sur des « coups » ponctuels et sans lendemain, aujourd'hui à Bamako, demain à Bogotá. Et si une bonne partie de l'audiovisuel extérieur de la France - le triptyque RFI, France 24, TV5 - demeure tournée vers l'Afrique, ces médias d'État, par ailleurs très suivis et de qualité reconnue, souffrent d'un tabou congénital : la quasi-impossibilité de critiquer la politique extérieure (africaine en l'occurrence) de leur autorité de tutelle, qui est aussi leur principal bailleur de fonds.

Il faut avoir la vocation chevillée au corps pour exercer honnêtement ce métier à Yaoundé, Kinshasa ou Lomé.

Le désintérêt des uns et les limites des autres offrent donc un boulevard aux médias francophones désireux de faire entendre leur voix de façon crédible, suivant en cela une évolution déjà largement amorcée en Afrique anglophone.

Comme le démontre cette enquête que nous vous donnons à lire, cet effort est palpable, mais il est inégalement réparti. La qualité et le professionnalisme de la presse écrite, des radios et des journaux télévisés sont en effet très variables selon que l'on se situe au Maghreb, en Afrique de l'Ouest (tout particulièrement au Sénégal, pays pionnier en la matière) ou en Afrique centrale, largement à la traîne.

Si les bons journalistes trouvent aisément un employeur à Casablanca, Alger ou Dakar, avec un revenu correct et un statut social respecté, il faut avoir la vocation chevillée au corps pour pratiquer honnêtement ce métier à Yaoundé, Brazzaville, Kinshasa ou Lomé, tant les rémunérations y sont faibles, l'accès à l'information verrouillé et les supports disponibles de qualité très aléatoire.

Nul ne s'étonnera que, dans ces conditions, les portes soient toujours ouvertes aux dérives récurrentes et maintes fois constatées du journalisme dit alimentaire : petite corruption, pressions permanentes, reportages rétribués, voire chantage à la petite semaine. L'explosion d'internet, loin de démocratiser la distribution de l'information, démultiplie le plus souvent ces dérapages en se faisant l'écho de la rumeur, plus vieux média du monde.

Il n'y a, dans le fond, aucun mystère. Là où, sur le continent, les politiques suivies en matière d'éducation ont engendré des sociétés civiles vigoureuses et des démocraties vivantes, le journalisme a toute sa place et attire les meilleurs. Là où un système éducatif indigent a donné naissance à des démocraties cosmétiques et où toute forme d'intelligence est bannie du débat politique, devenir journaliste est soit un sacerdoce risqué, soit une variante du système D, soit une façon comme une autre d'intégrer la fonction publique. Reste à souhaiter que cette dernière catégorie de pays intègre très vite le Jurassic Park. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Continental

Vidéos - Football : les stades les plus chauds du continent

Vidéos - Football : les stades les plus chauds du continent

De Casablanca à Johanesburg en passant par Kumasi au Ghana, "Jeune Afrique" vous présente quelque-uns des stades de football les plus chauds du continent. Frissons garantis.[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leurs territoires. Grâce à une carte[...]

France : quand François Hollande oublie les "tirailleurs"

À la Grande Mosquée de Paris, sur la plaque gravée en hommage aux soldats musulmans mort pour la France, l'Élysée va devoir réparer son omission.[...]

La diversité religieuse ? Une richesse inéquitablement répartie

Chrétiens, juifs, musulmans, animistes, athées... Sur Terre, ce n'est pas la diversité qui manque. Une enquête recense les pays où elle est le plus forte. Première en Afrique, la[...]

Japon - Yoshifumi Okamura : en Afrique, "c'est maintenant qu'il faut y aller !"

De passage à Paris, l'ancien ambassadeur du Japon en Côte d'Ivoire - et désormais représentant personnel du Premier ministre pour l'Afrique-, Yoshifumi Okamura, évoque l'avancée des[...]

Risque-pays : les bons et les mauvais élèves africains

Aon Risk Solutions vient de publier la 16e édition de la carte de risque pays. Si l'Afrique australe reste (à l'exception du Zimbabwe) la zone la moins risquée du continent, le Maroc, le Ghana et l'Ouganda[...]

Terrorisme - Iyad Ag Ghaly : arrête-moi si tu l'oses !

Recherché pour terrorisme par le monde entier, le chef touareg Iyad Ag Ghaly semble pourtant poursuivi avec bien peu d'ardeur. Et pour cause : il reste un acteur essentiel dans la région.[...]

Veni vidi... Vinci ?

Après des années de suprématie chinoise, les français Bouygues, Eiffage et Vinci repartent à l'assaut du continent. Leurs atouts ? Qualité, respect des délais et recours[...]

Olivier Stintzy : "Investir dans les hôpitaux, les écoles, le logement"

Pour ce gestionnaire de fonds, les partenariats public-privé permettent de prolonger la durée de vie des équipements à vocation sociale tout en garantissant leur rentabilité.[...]

Casa África, aux Canaries, une fenêtre espagnole sur le continent

Créée en 2006 comme un consortium entre le ministère espagnol des Affaires étrangères, le gouvernement des Canaries et la municipalité de Las Palmas où elle a son siège,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers