Extension Factory Builder

Tunisie : Soumaya Ghannouchi, l'enfant terrible

06/11/2012 à 08:13
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Soumaya Ghannouchi est aussi l'épouse de Rafik Abdessalem, le ministre des Affaires étrangères. Soumaya Ghannouchi est aussi l'épouse de Rafik Abdessalem, le ministre des Affaires étrangères. © Nicolas Fauqué/ImagesdeTunisie.com

Fille cadette du chef d'Ennahdha, Soumaya Ghannouchi est une pasionaria tunisienne qui pourfend tous ceux qui ne partagent pas ses idées. Portrait.

Les proches des leaders islamistes sont en général très discrets. Exception à la règle, Soumaya, la fille cadette de Rached Ghannouchi, président du parti islamiste Ennahdha, et épouse de Rafik Abdessalem, le ministre des Affaires étrangères. Regard aguicheur et langoureux sur sa page Facebook, elle se montre beaucoup moins tendre dans ses écrits, où l'opposition et les progressistes tunisiens en prennent pour leur grade.

Encore inconnue il y a un an, cette diplômée en philosophie de 26 ans était apparue aux côtés de son père, telle une odalisque voilée, pour fêter la victoire d'Ennahdha aux élections du 23 octobre 2011. Depuis, si on ne connaît toujours pas le son de sa voix, elle exprime sur les réseaux sociaux des idées radicales, relayant les propos de son père et défendant son époux dès qu'il commet une gaffe.

"Pleurnichards"

Contrairement à sa soeur Intissar, avocate et chargée des relations internationales d'Ennahdha, Soumaya n'a pas de fonction officielle, mais entend jouer un rôle même si nul ne le lui demande. Chercheuse à la School of Oriental and African Studies de Londres, cette mère de deux enfants a connu un début de notoriété en publiant des analyses sur les révolutions arabes dans le quotidien britannique The Guardian.

Dans un brûlot fielleux publié un an après les premières élections libres, elle écrase de son mépris ceux qu'elle traite de mauvais perdants "pleurnichards"

Issue de la génération des Tunisiens de l'exil, ayant grandi à Londres dans le huis clos des cercles islamistes qui, sans connaître réellement leur pays d'origine, militaient pour les droits des peuples arabes et pour une certaine vision de l'islam, Soumaya s'en prend aussi bien aux médias qu'aux opposants et aux modernistes. Dans un brûlot fielleux publié un an après les premières élections libres, elle écrase de son mépris ceux qu'elle traite de mauvais perdants « pleurnichards ». « Mon père a souffert, au tour des autres de souffrir », assène-t-elle, revancharde. L'opinion en a le souffle coupé, les intellectuels la vouent aux gémonies. Pourtant, Soumaya, qui préfère porter le nom de son illustre géniteur, est l'auteure d'un mémoire sur « l'histoire de la subjectivité, de Descartes à Heidegger ».

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Divergences jihadistes en Tunisie

Divergences jihadistes en Tunisie

Les dirigeants du mouvement jihadiste tunisien Ansar al-Charia se divisent sur l'opportunité d'une lutte armée en période pré-électorale. La base, elle, rêverait d'en découdre.[...]

Tunisie : soixante-dix candidats déclarés pour la présidentielle du 23 novembre

Soixante-dix personnes ont d'ores et déjà déposé un dossier de candidature à la présidentielle tunisienne, qui aura lieu le 23 novembre. La liste définitive des participants ne[...]

L'AKP de Recep Tayyip Erdogan, un modèle pour Ennahdha ?

Depuis sa légalisation, en 2011, Ennahdha invoque le référentiel turc à l'envi. Comme pour lisser un peu plus son image.[...]

Vivants !

Dimanche 14 septembre, 14 h 30, aéroport de Tunis-Carthage. Massées dans le hall, des centaines de personnes attendent le retour après trois ans d'exil parisien de Mondher Zenaïdi, ancien[...]

Tunisie : le président Marzouki candidat à sa réélection

Le chef de l'État tunisien Moncef Marzouki a déposé samedi sa candidature à l'élection présidentielle du 23 novembre, un scrutin crucial pour la Tunisie près de quatre ans[...]

Réchauffement climatique : la carte des 15 lieux les plus menacés d'Afrique

À l'occasion du sommet sur le climat organisé le 23 septembre à New York par le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, "Jeune Afrique" publie sa carte des 15 lieux les plus[...]

Tunisie - Philippe Troussier : avec Sfax, "nous voulons remporter la Ligue des champions"

Dimanche à Kinshasa (RDC), Sfax se présentera avec l’étiquette de favori, lors de la demi-finale aller de la Ligue des champions face à l’AS Vita Club. Philippe Troussier,[...]

La Tunisie face à la menace terroriste à l'approche des élections

Faisant état de "menaces terroristes sérieuses" à l'approche des élections législatives et présidentielle (26 octobre et 23 novembre), le Premier ministre Mehdi Jomaa[...]

Tunisie : jasmin fané...

J'ai failli manquer à mon devoir de vous emmener faire un petit tour du côté de Hammamet, comme chaque été. Puis-je me rattraper ? Voici donc la ville symbole du tourisme tunisien et[...]

Religion : le pape François reçoit le président tunisien Marzouki

Le pape François a reçu jeudi dans la matinée en audience privée au Vatican le président tunisien, Moncef Marzouki. Les deux hommes se sont engagés en faveur du dialogue interreligieux,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces