Extension Factory Builder
29/10/2012 à 10:35
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Faut-il s'inquiéter pour la Côte d'Ivoire ? Dix-sept mois après l'investiture d'Alassane Ouattara, malgré un redécollage économique évident (le taux de croissance, en 2012, sera supérieur à 8 %), la réponse est oui. Depuis le mois de juin, les attaques se multiplient, notamment le 15 octobre à la centrale thermique d'Azito, à Abidjan, et six jours plus tard à la gendarmerie de Bongouanou, 200 km plus au nord. Meurtrie par près de deux décennies de conflits tour à tour larvés puis ouverts, conséquence de la bataille pour la succession d'Houphouët que se livrèrent Bédié, Ouattara, Gueï et Gbagbo, la Côte d'Ivoire n'a toujours pas chassé ses vieux démons.

La réconciliation, dont nous savions bien qu'elle prendrait du temps, comme ce fut le cas ailleurs dans des circonstances à peu près similaires, n'est pour le moment qu'une incantation, un objectif que l'on se fixe sans réellement se donner les moyens de l'atteindre. Depuis la victoire de Ouattara, l'abcès n'a jamais été vraiment crevé. Les haines recuites ne demandent donc qu'à se ranimer.

Certes, après la guerre qui a mené la terre d'Éburnie au bord du chaos, le nouveau chef de l'État n'avait d'autre choix que d'imposer son pouvoir en récompensant ceux qui l'avaient aidé et en éloignant ceux qu'il soupçonnait de vouloir précipiter sa chute. Cela impliquait de montrer sa force, de mettre sur pied une armée en laquelle il puisse avoir confiance et de punir les responsables les plus compromis avec l'ancien régime. De mettre son adversaire à genoux, en somme. Question de survie et stratégie à laquelle, n'en doutons pas, les orphelins de Laurent Gbagbo auraient, eux aussi, eu recours si le sort des armes avait été différent.

Il est désormais temps de passer à autre chose. Il serait aberrant de considérer que les sympathisants du Front populaire ivoirien (FPI), voire les simples électeurs de Gbagbo, doivent expier leur choix jusqu'à la fin des temps. Les vainqueurs ont une très lourde responsabilité. Il leur incombe de faire le premier pas et de tendre la main à tous ceux qui, dans le camp d'en face, n'attendent que cela - ils sont beaucoup plus nombreux que certains affectent de le croire - pour surmonter leur amertume et, enfin, imaginer un avenir dans lequel ils aient un rôle à jouer. Qui mieux que les gens du Nord, longtemps traités comme des sous-Ivoiriens, voire des étrangers, ostracisés, harcelés, empêchés de travailler ou désignés comme les responsables de tous les maux, peut comprendre ce que vivent aujourd'hui les pro-Gbagbo ? Malgré le ressentiment, les drames et la haine, il n'y a pas d'autre choix. Car, en Côte d'Ivoire comme ailleurs, les mêmes causes produisent les mêmes effets.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Editorial suivant :
François au Congo

Editorial précédent :
France - Afrique : amour vache

Réagir à cet article

Côte d'Ivoire

Côte d'Ivoire : les anciens rebelles n'en finissent pas de gêner le régime Ouattara

Côte d'Ivoire : les anciens rebelles n'en finissent pas de gêner le régime Ouattara

Grève de militaires, barrages, coups de feu dans Abidjan après l'arrestation vendredi d'un ex-chef de guerre: les rebelles ayant aidé Alassane Ouattara à arriver au pouvoir en Côte d'Ivoire, apr[...]

Côte d'Ivoire : arrestation d'un chef de guerre, un de ses hommes tués

Un important chef de guerre ivoirien a été arrêté par les forces de sécurité vendredi au petit matin à son domicile d'un quartier bourgeois d'Abidjan, où l'un de ses hommes[...]

Côte d'Ivoire - Burkina : Soro, visiteur discret de Compaoré à Casablanca

Guillaume Soro, le président de l'Assemblée nationale ivoirienne, a profité fin novembre d'un déplacement officiel au Maroc pour discrètement rendre visite à l'ex-président[...]

Côte d'Ivoire : PDCI et FPI unis dans la division à dix mois de la présidentielle

À dix mois de la présidentielle ivoirienne, le Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI) d'Henri Konan Bédié et le Front populaire ivoirien (FPI) de Laurent Gbagbo n'ont jamais[...]

Côte d'Ivoire : confirmation de l'interdiction du congrès du FPI, Affi N'Guessan renforcé

En déclarant mercredi "nul et non avenu" le congrès du Front patriotique ivoirien (FPI), la justice ivoirienne a donné raison à Pascal Affi N’Guessan, qui souhaitait d'abord voir[...]

Alassane Ouattara inaugure le troisième pont d'Abidjan

Construit en un peu plus de deux ans par les équipes de Bouygues, le pont à péage Henri Konan Bédié doit fluidifier la circulation de la capitale économique ivoirienne. Son ouverture[...]

Olam acquiert l'activité cacao d'ADM pour 1,3 milliard de dollars

Après avoir cédé plusieurs de ses activités en Afrique, Olam poursuit sa stratégie de recentrage en faisant l'acquisition de l'activité cacao d'ADM. L'opération permet au[...]

Vidéo : Yaya Touré et Benzema dans la "dream team" de Zidane

Rédacteur en chef spécial de l'émission de Canal+ "L'Équipe de dimanche" du 14 décembre, Zinédine Zidane a dévoilé le nom des 11 joueurs et des remplaçants[...]

Côte d'Ivoire : le parti de Gbagbo appelle la CPI à renoncer à ses poursuites

Le parti de Laurent Gbagbo a appelé vendredi la Cour pénale internationale (CPI) à abandonner ses poursuites contre l'ex-président ivoirien, son épouse et son ancien ministre Charles Blé[...]

Justice et réconciliation en Côte d'Ivoire : le rapport très critique de la FIDH

Dans son dernier rapport, la FIDH reste très sévère à l’égard du régime ivoirien et juge largement incomplètes les actions menées pour solder les comptes de la crise[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers