Extension Factory Builder
22/10/2012 à 11:54
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Nicolas Sarkozy avait marqué son premier voyage africain d'un affront doublé d'une faute politique. Le mémorable discours de Dakar, dont la condescendance lui sera à jamais reprochée, valut à son auteur de se mettre à peu près tout le monde à dos sur le continent pour un bénéfice voisin de zéro en matière d'image intérieure. François Hollande, lui, aura ponctué le sien d'un camouflet infligé en public à Joseph Kabila, le 13 octobre à Kinshasa. Ce faisant, il a réjoui pas mal d'opposants africains - à commencer par les Congolais - et satisfait tous ceux qui, en France, l'attendaient au tournant d'un déplacement aussi initiatique que controversé. C'est là toute la différence entre une tournée improvisée et un voyage préparé. Sarkozy avait à peine relu son discours avant de le prononcer. Hollande, lui, a consulté, écouté, reçu avant de s'envoler pour l'équateur. Son extrême froideur et ce que certains ont perçu comme une attitude humiliante à l'égard de son homologue congolais ne relevaient donc ni de la désinvolture ni de ces accès de muflerie tant reprochés à son prédécesseur. Ces gestes-là étaient calculés.

François Hollande est-il allé trop loin ? Oui, répondent en choeur le syndicat des chefs d'État d'Afrique centrale et le Burkinabè Blaise Compaoré, instinctivement solidaires du soldat Kabila et en passe de s'ériger en front du refus sous la houlette des présidents tchadien et équato-guinéen. On objectera que tout est rapport de force et qu'il revient à ces derniers, s'ils ne se sentent pas respectés, de ne pas se laisser faire, de ne plus solliciter des audiences expéditives pour une photo à usage interne, de cesser de considérer la visite d'un président français comme le must absolu et surtout d'être irréprochables. Mais on aurait tort de croire qu'en snobant ainsi son hôte Hollande n'a pas aussi gêné, voire choqué une partie de l'opinion africaine qui y a vu une forme d'arrogance : le professeur a beau être pétri de bons sentiments, parler avec justesse de démocratie et de droits de l'homme, il n'en est pas moins un donneur de leçons malgré lui quand la manière n'y est pas. Lui manque, il est vrai, la sensibilité africaine d'un Moncef Marzouki qui, dans son propre discours, a su toucher l'âme des Congolais en rendant hommage à Patrice Lumumba : « Je suis le fils de cet homme... »

Surtout, le chef de l'État français serait plus audible sur le continent s'il ne donnait l'impression d'avoir l'indignation sélective et de considérer l'Afrique comme une compensation de sa propre realpolitik. Ces quatre derniers mois, le tapis rouge élyséen a été déroulé pour l'émir du Qatar, le souverain de Bahreïn, les princes héritiers d'Arabie saoudite et d'Abou Dhabi, sans qu'un seul mot désagréable n'ait été prononcé à l'égard de ces monarchies opaques, absolues, répressives et kleptocrates. « Si je suis plus exigeant avec l'Afrique, c'est parce que je l'aime », a répondu François Hollande à Kinshasa. C'est un peu court, un brin paternaliste et surtout imprononçable à Alger, Doha ou Pékin sans courir de risques majeurs. S'il est sain de désormais « tout se dire », comme le répète Hollande, encore faut-il que cela soit valable pour tout le monde... 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Editorial suivant :
Ghannouchi, l'illusionniste

Editorial précédent :
Vieux démons ivoiriens

Réagir à cet article

International

Banque mondiale : Makhtar Diop reprend son poste de vice-président Afrique

Banque mondiale : Makhtar Diop reprend son poste de vice-président Afrique

 Écarté de son poste de vice-président Afrique de la Banque mondiale début octobre, l'économiste sénégalais, à qui l'on prêtait l'intention de briguer la pré[...]

Réfugiés africains pour audimat européen

Dans un camp de réfugiés du Darfour, la chaîne Arte tourne un documentaire bimédia "à jouer". Instrumentalisation de la détresse pour une courbe d’audience ? Ou[...]

Malick Ndiaye, le gourou à six cordes

À la tête du label ThinkZik ! depuis quinze ans, le mystérieux et exigeant producteur d'Imany et de Faada Freddy attend plus de la musique africaine.[...]

Art contemporain : rififi autour du prix Orisha

Décerné le 2 octobre à Paris au Béninois Kifouli Dossou, le premier prix Orisha pour l'art contemporain africain a suscité l'agacement de plusieurs artistes et commissaires.[...]

Algérie : des juges d'instruction français vont enquêter sur l'assassinat d'Hervé Gourdel

Des juges d'instruction français vont enquêter sur l'enlèvement et l'assassinat d'Hervé Gourdel, a-t-on appris vendredi de source judiciaire.[...]

Areva : Luc Oursel pas vraiment parti

En dépit du départ inattendu de Luc Oursel, pour des raisons thérapeutiques et son remplacement par son numéro deux Philippe Knoche le 22 octobre, l'organigramme d'Areva reste inchangé[...]

Ebola - Dr Eric Leroy : "L'épidémie continue d'évoluer dans le mauvais sens"

Le Dr Éric Leroy est l'un des plus grand spécialistes du virus Ebola. Selon lui, l'épidémie ne sera pas endiguée avant plusieurs mois. Interview.[...]

Brésil : Dilma Rousseff, surprise du chef

Les sondages la donnaient battue au second tour de la présidentielle par la socialiste Marina Silva. Ils se sont lourdement trompés. Avec 41,6 % des suffrages au premier, Dilma Rousseff est bien [...]

Un Michel peut en cacher un autre

Le nouveau Premier ministre se prénomme Charles et n'a que 38 ans. Mais il a de qui tenir. Louis, son père, est un vieux briscard de la politique locale. Et de la "Belgafrique".[...]

Terrorisme : le Maroc demande à la France de retirer son appel à la vigilance

Pour le ministre marocain de l'Intérieur, Mohamed Hassad, la présence du Maroc dans une liste de 40 pays dans lesquels la France appelle ses ressortissants à une vigilance renforcée "est[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers