Extension Factory Builder
22/10/2012 à 11:54
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Nicolas Sarkozy avait marqué son premier voyage africain d'un affront doublé d'une faute politique. Le mémorable discours de Dakar, dont la condescendance lui sera à jamais reprochée, valut à son auteur de se mettre à peu près tout le monde à dos sur le continent pour un bénéfice voisin de zéro en matière d'image intérieure. François Hollande, lui, aura ponctué le sien d'un camouflet infligé en public à Joseph Kabila, le 13 octobre à Kinshasa. Ce faisant, il a réjoui pas mal d'opposants africains - à commencer par les Congolais - et satisfait tous ceux qui, en France, l'attendaient au tournant d'un déplacement aussi initiatique que controversé. C'est là toute la différence entre une tournée improvisée et un voyage préparé. Sarkozy avait à peine relu son discours avant de le prononcer. Hollande, lui, a consulté, écouté, reçu avant de s'envoler pour l'équateur. Son extrême froideur et ce que certains ont perçu comme une attitude humiliante à l'égard de son homologue congolais ne relevaient donc ni de la désinvolture ni de ces accès de muflerie tant reprochés à son prédécesseur. Ces gestes-là étaient calculés.

François Hollande est-il allé trop loin ? Oui, répondent en choeur le syndicat des chefs d'État d'Afrique centrale et le Burkinabè Blaise Compaoré, instinctivement solidaires du soldat Kabila et en passe de s'ériger en front du refus sous la houlette des présidents tchadien et équato-guinéen. On objectera que tout est rapport de force et qu'il revient à ces derniers, s'ils ne se sentent pas respectés, de ne pas se laisser faire, de ne plus solliciter des audiences expéditives pour une photo à usage interne, de cesser de considérer la visite d'un président français comme le must absolu et surtout d'être irréprochables. Mais on aurait tort de croire qu'en snobant ainsi son hôte Hollande n'a pas aussi gêné, voire choqué une partie de l'opinion africaine qui y a vu une forme d'arrogance : le professeur a beau être pétri de bons sentiments, parler avec justesse de démocratie et de droits de l'homme, il n'en est pas moins un donneur de leçons malgré lui quand la manière n'y est pas. Lui manque, il est vrai, la sensibilité africaine d'un Moncef Marzouki qui, dans son propre discours, a su toucher l'âme des Congolais en rendant hommage à Patrice Lumumba : « Je suis le fils de cet homme... »

Surtout, le chef de l'État français serait plus audible sur le continent s'il ne donnait l'impression d'avoir l'indignation sélective et de considérer l'Afrique comme une compensation de sa propre realpolitik. Ces quatre derniers mois, le tapis rouge élyséen a été déroulé pour l'émir du Qatar, le souverain de Bahreïn, les princes héritiers d'Arabie saoudite et d'Abou Dhabi, sans qu'un seul mot désagréable n'ait été prononcé à l'égard de ces monarchies opaques, absolues, répressives et kleptocrates. « Si je suis plus exigeant avec l'Afrique, c'est parce que je l'aime », a répondu François Hollande à Kinshasa. C'est un peu court, un brin paternaliste et surtout imprononçable à Alger, Doha ou Pékin sans courir de risques majeurs. S'il est sain de désormais « tout se dire », comme le répète Hollande, encore faut-il que cela soit valable pour tout le monde... 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Editorial suivant :
Ghannouchi, l'illusionniste

Editorial précédent :
Vieux démons ivoiriens

Réagir à cet article

International

Ebola : le plan d'Obama en six questions

Ebola : le plan d'Obama en six questions

Barack Obama a annoncé mardi soir le déploiement de 3 000 militaires américains en Afrique de l'Ouest pour lutter contre la propagation d'Ebola. Point par point, voici ce que prévoit Washington pour s[...]

#BurnISISFlagChallenge : pourquoi la flamme s'est éteinte

Largement relayé dans les médias, le #BurnISISFlagChallenge - qui consiste, sur le principe du #IceBucketChallenge, à brûler un drapeau de l’État islamique (ISIS en anglais) en[...]

Sanctions de l'UE contre la Russie : Mugabe soutient Moscou

À l'issue d'un entretien accordé mardi à Sergueï Lavrov, le ministre russe des Affaires étrangères, le président zimbabwéen, Robert Mugabe, a apporté son soutien[...]

Ebola : Washington va déployer 3 000 militaires américains en Afrique de l'Ouest

Le président américain, Barack Obama, va annoncer, mardi, le déploiement de quelque 3 000 militaires en Afrique de l'Ouest pour "faire reculer" l'épidémie d'Ebola.[...]

Najat Vallaud-Belkacem : bulldozer de charme

Depuis son arrivée au ministère de l'Éducation nationale, cette icône de la gauche d'origine marocaine suscite la haine de l'extrême droite. Mais Najat Vallaud-Belkacem n'en a cure : elle[...]

Francophonie - Philippe Suinen : "Voir émerger de nouvelles idées grâce au français"

Philippe Suinen, l'actuel Commissaire général du Forum mondial de la langue française, organisé par l'Organisation internationale de la francophonie, a répondu aux questions de "Jeune[...]

Racisme : un homme politique mexicain compare Ronaldinho à un singe

À peine arrivé au Querétaro FC, un club mexicain, l'emblématique joueur brésilien Ronaldinho a reçu un accueil bien singulier de la part d'un membre du "Partido Acción[...]

Cinéma : my name is Bond, Denzel Bond

Un James Bond noir ? Pourquoi pas ? D'ailleurs, l'acteur américain Denzel Washington se verrait bien dans le rôle.[...]

Ebola : Barack Obama souhaite lancer un plan d'action estimé à 88 millions de dollars

Le président Barack Obama va demander au Congrès américain une enveloppe de 88 millions de dollars pour lutter contre le virus Ebola en Afrique de l'ouest, a rapporté lundi le Wall Street Journal.[...]

France : le militant radical Kemi Seba incarcéré à Paris

Kémi Séba, militant controversé de la cause noire et proche du polémiste Dieudonné, a été incarcéré dimanche à Paris pour exécuter une vieille[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex