Extension Factory Builder
15/10/2012 à 11:15
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Le doute a longtemps plané, il n'est aujourd'hui plus de mise. En tout cas plus concernant Rached Ghannouchi, chef emblématique des islamistes ­d'Ennahdha, qui s'était pourtant évertué jusqu'ici à rassurer ses compatriotes et la communauté internationale. À longueur d'interviews ou de déclarations, il n'avait que les mots « tolérance », « ouverture », « modernité » et « liberté » à la bouche. Vantait sans cesse les mérites du modèle turc, jurait qu'il ne voulait rien imposer à qui que ce soit et que l'islam prôné par son mouvement ne devait inquiéter personne. Mais voilà, il s'est pris les babouches dans le tapis. Internet a fait le reste : il tombe le masque dans deux vidéos qui font désormais le tour de la Toile.

Dans la première, il s'entretient avec deux salafistes. La seconde est un enregistrement téléphonique avec le cheikh Béchir Ben Hassen, figure des extrémistes religieux. En guise du « serrage de vis » à leur égard annoncé, Docteur Rached y cède la place à Mister Ghannouchi, et ses propos font froid dans le dos. En résumé, il reconnaît que les islamistes ne sont pas encore assez puissants pour imposer leurs vues, malgré le chemin parcouru depuis la révolution. Qu'il convient donc de « compléter ce capital en envahissant le pays avec des associations, des écoles. Partout ! » Il enjoint les salafistes à la patience : « Maintenant, on n'a pas une mosquée, on a le ministère des Affaires religieuses ! On n'a pas une boutique, on a l'État ! Donc il faut attendre, ce n'est qu'une question de temps. [...] Mais pourquoi êtes-vous pressés ? » Et de citer l'échec du Front islamique du salut (FIS) algérien, qui aurait dû faire de même. Alger appréciera... Les laïcs ? Des suppôts de l'ex-RCD de Ben Ali. La police, l'armée, l'administration ? Aux mains de ces derniers. La charia ? Bientôt... Son projet ? Une théocratie à bâtir pierre par pierre et en catimini.

Un discours aux antipodes de celui tenu dans les interviews qu'il nous a accordées en août dernier (J.A. no 2692-2693) ou en janvier... 1990, il y a plus de vingt ans (J.A. no 2653). Mais Ghannouchi n'est ni Janus ni atteint de troubles de la personnalité. L'homme le plus influent du pays est peut-être aussi le plus malin, un véritable Houdini de la politique. Il a longtemps su cacher son jeu. Mais la modernité, qu'il ne semble guère goûter, vient de lui jouer un bien mauvais tour. Une caméra, qui n'était pas cachée - tous les entretiens de Ghannouchi sont filmés par son staff -, internet, les réseaux sociaux et patatras ! Le cheval de Troie s'est transformé en éléphant dans un magasin de porcelaine. Et c'est tant mieux : le fond de la pensée de Ghannouchi ne sera plus jamais ce triangle des Bermudes où tant de ses détracteurs se sont perdus. Maintenant, les choses sont claires. Et les Tunisiens pourront enfin choisir en toute connaissance de cause. Merci l'artiste...

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Editorial suivant :
Mauvaise foi

Editorial précédent :
François au Congo

Réagir à cet article

Tunisie

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une institut[...]

Pourquoi la Tunisie est une et indivisible

Aïssa Baccouche est sociologue et urbaniste.[...]

Tunisie : Loukil autorisé à coter sa branche automobile

La Bourse de Tunis a donné son accord de principe pour la cotation de UADH (Universal automobile distributors holding), la branche automobile du groupe tunisien Loukil. L'opération, prévue pour la seconde[...]

Tunisie : tapis rouge pour la démocratie

La visite de Béji Caïd Essebsi à Paris a été marquée par des honneurs exceptionnels. Les deux pays peuvent maintenant envisager une nouvelle amitié. En attendant que les[...]

Tunisie : l'Algérien Belmokhtar derrière l'attentat du Bardo ?

Le terroriste algérien Mokhtar Belmokhtar serait impliqué dans l'attentat du musée du Bardo, le 18 mars à Tunis.[...]

Tunisie : en attendant les hélicoptères Black Hawk

Plusieurs hélicoptères vont être mis à disposition de l'armée tunisienne par les Émirats arabes unis, en attendant la livraison de douze appareils Black Hawk commandés aux[...]

Tunisie : l'école, premier rempart contre l'obscurantisme

Pourquoi tant de jeunes éduqués, comme l'un des tueurs du Musée du Bardo, partent combattre en Syrie ? Une partie de la réponse se trouve peut-être dans la faillite du système[...]

Racisme en Tunisie : Saadia Mosbah, l'indignée

De retour d'une tournée dans le Sud, l'égérie tunisienne de la lutte contre le racisme appelle à un débat national, mais peine à se faire entendre.[...]

Tunisie : le festival "Jazz à Carthage", la culture à cor et à cri

Initialement prévue pour le 8 avril, le festival de musique tunisien "Jazz à Carthage" débutera finalement le 10 avril. En cause, l’annulation de plusieurs artistes américains, qui[...]

Tunisie : haro sur les médias français

Tropisme pro-islamiste, racolage, sensationnalisme... Les griefs du camp moderniste contre les journalistes de l'Hexagone sont symptomatiques.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers