Extension Factory Builder

RDC - Philippe Biyoya Makutu : "Nos partis sont constitués pour remplacer les colonisateurs"

19/10/2012 à 16:36
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Une séance plénière au Palais du peuple, à Kinshasa. Une séance plénière au Palais du peuple, à Kinshasa. © Lionel Healing/AFP

Philippe Biyoya Makutu est professeur de sciences politiques à l'université de Kinshasa et à l'université de Lubumbashi. Pour lui, le but des partis politiques n'est pas d'apporter leur pierre à l'édifice du bien public mais d'accéder à des privilèges... D'où leur impopularité.

Jeune Afrique : Pourquoi les partis politiques congolais, en particulier ceux de l'opposition, sont-ils en permanence l'objet de critiques ?

Philippe Biyoya Makutu : Quand on se replace dans le contexte colonial, on se rend compte que nos partis ne se sont pas constitués pour accomplir des idéaux propres à toute formation politique, mais pour remplacer les colonisateurs, c'est-à-dire un groupe de gens qui avaient des privilèges. Raison pour laquelle, depuis les années 1960, nos partis sont des clubs d'amis qui n'aspirent pas au bien-être collectif. Leur objectif n'est pas la conquête du pouvoir, mais l'accès aux privilèges. Ce sont des structures de survie. Le gouvernement lui-même apparaît comme une sorte d'arche de Noé qui sauve les plus chanceux.

Peut-on faire avancer le débat politique dans de telles conditions ?

Le premier handicap vient de l'absence de relations entre la vie de l'État et l'existence des partis : les provinces, les tribus ont plus d'importance que les partis, qui ne sont plus que des clubs de football auxquels on adhère parce que certaines couleurs attirent. L'unique débat politique tourne donc autour de la forme de l'État : fédéralisme ou unitarisme. Aucun débat sur la place de la RDC dans le monde d'aujourd'hui et de demain. Rien non plus qui unisse les fondateurs d'un parti, à part l'ambition d'entrer au gouvernement ou d'être candidat à quelque chose. Transformer la société n'est malheureusement pas à l'ordre du jour.

On dirait des clubs de football auxquels on adhère parce que certaines couleurs attirent.

Est-ce aussi la raison pour laquelle l'opposition ne parvient pas à se choisir un leader ?

C'est en effet là aussi une querelle d'ambitions. Opposition par rapport à quoi ? Lorsqu'on a formé le gouvernement 1 + 4 [un président et quatre vice-présidents, comme prévu après le dialogue intercongolais de Sun City, NDLR], il y avait des opposants à Mobutu, des opposants à Kabila et au gouvernement.

La fonction de porte-parole de l'opposition rapporte des dividendes et chacun veut y accéder pour en profiter. Et puis le pouvoir n'a jamais compris que ses per­formances et sa force dépendaient de la qualité de l'opposition. Il préfère une opposition à sa mesure.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

RDC : que faisaient des tenues de l'armée dans un fourgon de la Monusco à Goma ?

RDC : que faisaient des tenues de l'armée dans un fourgon de la Monusco à Goma ?

Des tenues de l'armée congolaise ont été retrouvées mercredi dans un fourgon de la Monusco à l'aéroport de Goma, selon plusieurs témoins sur place. Une affaire bien embarrassante po[...]

RDC : le discours de Denis Mukwege, prix Sakharov 2014, devant le Parlement européen

On le connaît comme le "juste qui répare les femmes". Mercredi, le docteur Denis Mukwege a reçu le prix Sakharov du Parlement européen, qu'il a dédié au "peuple[...]

RDC - Massacres à Beni : des députés réclament l'ouverture d'une enquête parlementaire

Dans un rapport, douze députés congolais, de retour de cinq jours de mission à Beni, territoire endeuillé par une série de massacres depuis début octobre, fustigent les défaillances[...]

RDC : un nouveau massacre porte à 200 le nombre de civils tués près de Beni

Un nouveau massacre près de Beni, dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), a fait une centaine de morts, selon des députés de la région. L'identité des responsables[...]

RDC : reddition du chef rebelle Cobra Matata

Le chef rebelle congolais Cobra Matata s'est rendu vendredi soir aux autorités congolaises à Bunia, dans le nord-est de la République démocratique du Congo, où il a semé la[...]

RDC : bêcheurs en eaux troubles

De jour comme de nuit, cela ne peut passer inaperçu. Qu'est-ce donc ? Des lettres en gros caractères gravées sur un immeuble : "Bandal, c'est Paris." Bandal - ou plutôt Bandalungwa,[...]

Après la chute de Compaoré, Kabila peut-il faire réviser la Constitution de RDC ?

On le sait : la chute de Blaise Compaoré a été énormément suivie et commentée dans les pays africains. En RDC notamment, où l'hypothèse d'une révision[...]

Pierre Kwenders, son excellence l'ambassadeur plénipotentiaire du Bantouland

Avec un premier album métissant hip-hop, jazz et rumba, le chanteur Pierre Kwenders ose un mélange des genres détonnant.[...]

CAN 2015 : Nigeria out, Côte d'Ivoire, RDC et Guinée in

Le Nigeria, tenant du titre, a été éliminé lors de la dernière journée des qualifications à la CAN 2015, le 19 novembre, au profit du Congo de Claude Le Roy. La RDC a[...]

Football - RDC : Yannis Mbombo, futur attaquant des Léopards ?

Né à Bruxelles de parents originaires de RD Congo, Yannis Mbombo (20 ans), prêté par le Standard Liège à Auxerre (Ligue 2), a été approché par Florent Ibenge, le[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces