Extension Factory Builder

RDC - Philippe Biyoya Makutu : "Nos partis sont constitués pour remplacer les colonisateurs"

19/10/2012 à 16:36
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Une séance plénière au Palais du peuple, à Kinshasa. Une séance plénière au Palais du peuple, à Kinshasa. © Lionel Healing/AFP

Philippe Biyoya Makutu est professeur de sciences politiques à l'université de Kinshasa et à l'université de Lubumbashi. Pour lui, le but des partis politiques n'est pas d'apporter leur pierre à l'édifice du bien public mais d'accéder à des privilèges... D'où leur impopularité.

Jeune Afrique : Pourquoi les partis politiques congolais, en particulier ceux de l'opposition, sont-ils en permanence l'objet de critiques ?

Philippe Biyoya Makutu : Quand on se replace dans le contexte colonial, on se rend compte que nos partis ne se sont pas constitués pour accomplir des idéaux propres à toute formation politique, mais pour remplacer les colonisateurs, c'est-à-dire un groupe de gens qui avaient des privilèges. Raison pour laquelle, depuis les années 1960, nos partis sont des clubs d'amis qui n'aspirent pas au bien-être collectif. Leur objectif n'est pas la conquête du pouvoir, mais l'accès aux privilèges. Ce sont des structures de survie. Le gouvernement lui-même apparaît comme une sorte d'arche de Noé qui sauve les plus chanceux.

Peut-on faire avancer le débat politique dans de telles conditions ?

Le premier handicap vient de l'absence de relations entre la vie de l'État et l'existence des partis : les provinces, les tribus ont plus d'importance que les partis, qui ne sont plus que des clubs de football auxquels on adhère parce que certaines couleurs attirent. L'unique débat politique tourne donc autour de la forme de l'État : fédéralisme ou unitarisme. Aucun débat sur la place de la RDC dans le monde d'aujourd'hui et de demain. Rien non plus qui unisse les fondateurs d'un parti, à part l'ambition d'entrer au gouvernement ou d'être candidat à quelque chose. Transformer la société n'est malheureusement pas à l'ordre du jour.

On dirait des clubs de football auxquels on adhère parce que certaines couleurs attirent.

Est-ce aussi la raison pour laquelle l'opposition ne parvient pas à se choisir un leader ?

C'est en effet là aussi une querelle d'ambitions. Opposition par rapport à quoi ? Lorsqu'on a formé le gouvernement 1 + 4 [un président et quatre vice-présidents, comme prévu après le dialogue intercongolais de Sun City, NDLR], il y avait des opposants à Mobutu, des opposants à Kabila et au gouvernement.

La fonction de porte-parole de l'opposition rapporte des dividendes et chacun veut y accéder pour en profiter. Et puis le pouvoir n'a jamais compris que ses per­formances et sa force dépendaient de la qualité de l'opposition. Il préfère une opposition à sa mesure.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

Rififi à Conakry

Difficile de s'y retrouver quand pouvoirs et oppositions font des calendriers électoraux un enjeu majeur de la démocratie.[...]

RDC : la Monusco reconduite, mais réduite

La Monusco comptera 2 000 soldats de moins. Cette reconduction du mandat de la force onusienne suvient en pleine brouille entre les Nations unies et Kinshasa.[...]

RDC : les Américains derrière les mouvements citoyens ?

Les autorités congolaises, qui ont durement mis fin à la rencontre entre les mouvements citoyens étrangers et congolais la semaine dernière, ont trouvé en Washington un responsable à ce[...]

RDC : trente éléphants tués en quinze jours par des braconniers dans le parc de la Garamba

Trente éléphants ont été abattus en deux semaines dans le Parc national de la Garamba, dans le nord-est de la RDC. Les responsables du parc accusent un groupe de braconniers soudanais d'avoir commis[...]

RDC : remous dans la majorité au sujet de la loi électorale

Sept partis de la majorité congolaise (RDC) ont exprimé leurs inquiétudes sur la révision de la Constitution. Après une réunion agitée, ils ont fini par rentrer dans le rang. [...]

RDC : face aux rebelles rwandais, l'armée progresse sans vrai combat

"Une guerre sans combattants?" L'armée congolaise progresse au Sud-Kivu face à des rebelles rwandais des FDLR qui préfèrent fuir, faisant craindre que les problèmes causés par[...]

RDC - Football : Florent Ibenge, le plafond de verre et le tremplin chinois

En moins de deux ans, Florent Ibenge s’est construit une belle notoriété internationale, en qualifiant l’AS Vita Club pour la finale de la Ligue des champions 2014, puis en installant la RDC sur la[...]

RDC : pourquoi dix militants congolais sont-ils toujours sous les verrous ?

Arrêtés le 15 mars à Kinshasa, à l’issue d’une conférence de presse organisée avec les responsables de Y’en a marre et le Balai citoyen, dix militants congolais[...]

Nations unies : les Casques bleus auraient commis près de 80 abus sexuels en 2014

Près de 80 nouveaux cas d’abus sexuels par des agents des Nations Unies ont été recensés en 2014. Des crimes perpétrés en grande majorité dans des missions de paix, là[...]

"Y'en a marre", "Balai citoyen", "Filimbi"... : l'essor des sentinelles de la démocratie

Apparu au Sénégal en 2011, "Y'en a marre" a inspiré plusieurs mouvements citoyens dans différents pays d'Afrique francophone. Du Sénégal à la RDC en passant par le[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers