Extension Factory Builder

Leïla Kaddour-Boudadi : l'art de bien présenter

10/10/2012 à 09:14
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Née à Aubergenville dans les Yvelines, Leïla Kaddour-Boudadi est une petite-fille de harkis. Née à Aubergenville dans les Yvelines, Leïla Kaddour-Boudadi est une petite-fille de harkis. © Pascal Bastien pour J.A.

Férue de lettres, Leïla Kaddour-Boudadi, présentatrice du journal télévisé d'Arte, a débuté comme enseignante avant de céder à ses premières amours et de se consacrer au journalisme.

De sa première vie, celle d'une professeure de français et de lettres classiques à Poitiers, Leïla Kaddour-Boudadi a gardé un amour inconditionnel pour la transmission du savoir. Qu'importe le sujet, la journaliste-présentatrice met un point d'honneur à exprimer clairement sa pensée et à délivrer un message parfaitement compréhensible. « J'ai toujours aimé le monde des lettres, dit-elle. C'était quelque chose de très important au sein de ma famille. J'ai été élevée avec un fort désir d'intégration et d'excellence. » Née en 1980 à Aubergenville dans les Yvelines, petite-fille de harkis débarqués en France en 1962, Leïla Kaddour-Boudadi n'a cessé, tout au long de sa scolarité puis de son ascension professionnelle, de rendre hommage à l'école républicaine, « la seule divinité qu'on adore et respecte à la maison ». « Devenir prof était un moyen de restituer ce qu'on m'avait appris et de faire honneur à mes parents. J'étais heureuse d'enseigner, je me sentais utile et cette notion fondamentale a toujours guidé mes choix. »

Comme celui, après six années d'enseignement, de reprendre à l'âge de 28 ans le chemin de l'école. Car après avoir passé pendant des années les vacances scolaires à arpenter les rédactions télé, radio et presse écrite en tant que simple stagiaire, de RFI à Marianne, de France 3 à la presse locale et institutionnelle, la jeune femme tranche : elle se donne trois ans pour percer dans le journalisme, le temps de mise en disponibilité accordé par l'Éducation nationale aux fonctionnaires désireux d'explorer de nouvelles voies. « Je ne voulais pas me réveiller à 45 ans avec des regrets. Je me suis dit : essayons, sachant que j'avais la possibilité de retrouver mon poste en cas d'échec. » Ce parachute lui donne aussi la liberté de refuser les compromis. Après une année spéciale à l'école publique de journalisme de Tours, elle démarre dans le web chez afrik.com, un site d'actualité panafricaine qui lui apprend la rigueur. Puis elle est contactée pour participer à l'émission Direct chez vous, sur France 3. Reportages, portraits, présentation, Leïla Kaddour-Boudadi apprivoise la caméra. Elle embraie ensuite sur Paris Première dans Ça balance à Paris, un programme auquel elle collabore toujours : « Une vraie récréation pour moi. »

Anticiper, avoir un coup d'avance - « une petite fenêtre en vue », selon ses mots - lui permet de s'assurer toujours d'autres perspectives. Trentenaire hyper­active, elle multiplie les expériences en télévision, devenue son mode d'expression par occasion plus que par choix. « J'ai toujours voulu faire du documentaire, du long reportage en phase avec mon profil universitaire, prendre le temps de fouiller et de raconter les choses... Je me voyais davantage derrière la caméra que devant. J'ai d'ailleurs un sujet tout trouvé : l'école ! » Mais c'est pourtant chez i>Télé, aux manettes du journal télévisé du week-end, dans un rythme de hot news impitoyable qu'on la retrouve ensuite pour une saison. Une année sportive et épuisante, formatrice mais presque violente. Elle apprend à assumer son image, et la femme-tronc d'i>Télé se mue peu à peu en présentatrice du journal d'Arte, en pied, une semaine sur deux. C'est là, à Strasbourg, qu'elle officie depuis début 2012, au terme d'une progression aussi fulgurante que méritée. « C'est un beau rendez-vous, une manière de faire de l'information qui me ressemble, j'y retrouve cette notion d'utilité qui m'était chère dans l'enseignement. » Ce qui la séduit aussi, c'est la dimension internationale de l'actualité délivrée par la chaîne, la rédaction binationale qui oeuvre à ses côtés et le souci de rompre avec l'ethno­centrisme de rigueur dans les journaux nationaux européens. « Je suis médusée de voir le peu de temps accordé à l'international. L'Afrique, par exemple : un continent immense dont on ne parle pas, ou alors quand il s'y passe quelque chose de vraiment grave. »

La « veine Afrique » découverte chez RFI, explorée chez afrik.com et qui depuis ne l'a manifestement pas quittée, inspire une question : cette intello du PAF qui a écrit sur les « médias monochromes » et a choisi le thème de la diversité pour son devoir de fin d'études est-elle consciente de l'incarner aujourd'hui ? « Je n'aime pas parler de minorité, ça sous-entend une majorité, une construction intellectuelle et politique d'influence, selon moi. Mais la question est fondamentale. Quand j'étais gamine, les infos étaient présentées par Rachid Arhab. C'était la première fois que je voyais à la télé un homme qui me ressemblait, qui ressemblait à mon père, à mes oncles. Et avec un nom pareil, au cas où ce ne serait pas clair ! Tout cela est capital pour l'imaginaire collectif. Je ne peux le nier, j'appartiens à la diversité, et tant mieux si l'on me perçoit ainsi, c'est utile... même si je ne me qualifie pas ainsi, moi qui suis une pure Occidentale ! »

Leïla explique encore qu'elle ne se sent pas algérienne. L'histoire compliquée de ses parents, celle d'une population « sinistrée de l'Histoire », lui est en revanche indispensable pour se définir. D'ailleurs, elle souhaite ardemment découvrir leur pays et Oran, la ville dont ils sont issus. « C'est un voyage que je veux faire doucement. Je sais que ce sera très fort, alors j'ai besoin de commencer d'abord comme une touriste avant de partir sur leurs traces. Je suis une intello, j'ai besoin de sédimenter », conclut-elle avec un sourire effectivement studieux. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Parcours suivant :
Eva Doumbia : tigresse de papier

Parcours précédent :
Dudu MacPherlin : l'art du rebond

Réagir à cet article

International

Massacre de Sétif en Algérie : premier hommage d'un ministre français 70 ans après

Massacre de Sétif en Algérie : premier hommage d'un ministre français 70 ans après

Le secrétaire d'Etat français chargé des Anciens combattants, Jean-Marc Todeschini, a rendu dimanche un hommage aux victimes algériennes de Sétif, 70 ans après le massacre qui a fait de[...]

Naufrage de migrants en Méditerranée : hécatombe de 700 morts redoutée

Le naufrage d'un chalutier chargé de migrants au large de la Libye dans la nuit de samedi à dimanche fait redouter une véritable "hécatombe" en Méditerranée avec quelque 700[...]

Jusqu'à 700 morts redoutés après le naufrage d'un bateau de migrants en Méditerranée

Le naufrage d'un chalutier chargé de migrants au large des côtes libyennes pourrait avoir fait jusqu'à 700 morts, a annoncé dimanche le Haut-commissariat aux Nations unies pour les[...]

Immigration clandestine : Obama et Renzi insistent sur une solution en Libye

La crise tragique de l'immigration clandestine en Méditerranée ne pourra être résolue sans stabilisation de la situation en Libye, ont martelé jeudi Matteo Renzi et Barack Obama, soulignant que[...]

Énergie : à Paris, des maires africains se mobilisent pour l'électrifrication du continent

Une vingtaine de maires francophones de grandes villes africaines se sont réunis vendredi à Paris, à l'initiative de Jean-Louis Borloo et de Anne Hidalgo, maire de la capitale française, pour mettre en[...]

Fifa : Figo, Hayatou et les lusophones

L'Afrique unie derrière Issa Hayatou, l'inamovible patron de la CAF, pour voter comme un seul homme pour Sepp Blatter, l'inamovible patron de la Fifa ? Voire...[...]

Baisers amers d'Istanbul

Istanbul. Printemps 2015. J'ai vu la ville aux mille mosquées penchée sur le Bosphore au milieu de ses splendeurs ottomanes.[...]

Cambodge : 17 avril 1975, le cauchemar commence

Il y a tout juste quarante ans, Phnom Penh tombait entre les mains des soldats de Pol Pot et était aussitôt évacué par la force. Jusqu'en 1979, le régime khmer rouge allait faire[...]

Peinture : l'Ivoirien Ouattara Watts, au-delà de Basquiat

L'artiste ivoirien Ouattara Watts expose jusqu'au 5 mai à Paris. L'occasion de revenir sur l'œuvre de celui qui fréquenta le génie de l'art contemporain Basquiat à la fin de sa vie.[...]

Méditerranée : des migrants musulmans accusés d'avoir jeté douze chrétiens à la mer

Un drame mêlant religion et immigration s’est produit mercredi en Méditerranée. Douze Chrétiens auraient été jetés par-dessus bord après une altercation avec des[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers