Extension Factory Builder

Congo Brazzaville - Pierre Ngolo : le parti, tout le parti, rien que le parti

15/10/2012 à 18:45
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Au siège de Jeune Afrique, le 26 septembre. Au siège de Jeune Afrique, le 26 septembre. © Vincent Fournier/J.A

C'est à Denis Sassou Nguesso qu'il doit sa nomination, en juillet 2011. Depuis, il travaille à la modernisation de la formation présidentielle.

À 58 ans, Pierre Ngolo, qui a rendu visite à Jeune Afrique le 26 septembre, a encore les allures d'un jeune homme combatif. Quand il parle, on sent ce qu'il a gardé de ses longues années de militantisme au sein du Parti congolais du travail (PCT) du temps du marxisme-léninisme et du socialisme scientifique : le sens de la dialectique. Il a aussi conservé ce qu'il doit à sa formation (il a étudié la philosophie à l'université Marien-Ngouabi, à Brazzaville, puis à celle de Reims, en France, avant d'enseigner cette matière dans le secondaire).

Quand il évoque son parcours, Pierre Ngolo se souvient de son adolescence. En 1975, il fait partie de la première promotion sortie du lycée Salvador-Allende de Makoua (Cuvette). « À l'époque, j'étais déjà premier secrétaire de l'Union de la jeunesse socialiste congolaise [UJSC, l'organisation des jeunes du PCT, NDLR] au niveau du lycée », se souvient-il. En 2002, il est élu député dans la circonscription d'Ongogni (Plateaux) et devient premier secrétaire à l'Assemblée nationale, fonction qu'il occupera durant dix ans. En 2004, Pierre Ngolo dirige le groupe congolais à l'Union parlementaire africaine. Député de Ouenzé, un arrondissement de Brazzaville, depuis 2007, il a été porté en 2010 à la tête de la Commission interparlementaire de la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (Cemac). En juillet 2011, à la surprise générale, il devient secrétaire général du PCT lors du sixième congrès extraordinaire de l'ex-parti unique. Un choix personnel du président Denis Sassou Nguesso, pensent alors les observateurs.

Changement

Lorsqu'on lui demande pourquoi il est entré en politique, l'ancien professeur de philosophie répond sans hésiter : « C'est par conviction, parce que j'avais quelque chose à apporter. » Pour Ngolo, le PCT a complètement changé depuis le congrès de 2011. « Avant, le parti ne fonctionnait pas, les règles n'étaient pas observées. Il fallait sortir de cette léthargie », dit-il. Résultat : le parti, à l'en croire, a enregistré 127 000 nouveaux adhérents. Pourtant, la participation aux élections législatives des 15 juillet et 5 août derniers a été faible, même si le PCT a obtenu la majorité absolue à l'Assemblée nationale. Désaffection des citoyens ? Ngolo a une explication : « Nous sommes en train d'examiner les vraies raisons de cet absentéisme. On a encore un problème de listes électorales. » En même temps, les partis politiques qui s'étaient fondus dans le PCT l'année dernière reprochent au Comité national d'investiture d'avoir favorisé les anciens membres à l'heure du choix. « C'est un faux procès ! Ceux qui ont été investis le méritaient bien. Il n'y a pas eu de discrimination », rétorque Pierre Ngolo.

Nous cherchons à comprendre la faible participation aux législatives.

Les résultats des élections ont été dénoncés par l'opposition, qui accuse le parti au pouvoir de fraude. Le numéro un du PCT ne cache pas son indignation. Il rappelle que des candidats du PCT, y compris des ministres, ont été battus. Et explique le succès de son parti par « le travail de terrain entrepris depuis un an ». Et d'insister : « Le PCT s'attelle à la construction d'une démocratie pluraliste. C'est lui qui a conduit le pays vers la démocratie. En 1992, le président Sassou Nguesso a été battu à la présidentielle. Il était général d'armée et avait les moyens pour s'accrocher au pouvoir, il ne l'a pas fait. Ce n'est pas lui qui a déclenché la guerre de 1997. »

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Congo (Brazzaville)

Boniface Mongo-Mboussa : 'La littérature africaine a perdu de son pouvoir de subversion'

Boniface Mongo-Mboussa : "La littérature africaine a perdu de son pouvoir de subversion"

Critique, éditeur, responsable du salon africain du livre de Genève et auteur d'une biographie de l'écrivain Tchicaya U Tam'si, le Congolais Boniface Mongo-Mboussa revient sur les forces et les faibless[...]

La course pour la direction du bureau Afrique de l'OMS est lancée...

Qui, début novembre, succédera à l'Angolais Luís Gomes Sambo à la tête du bureau Afrique de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ?[...]

Sondage : faut-il reporter la CAN 2015, la déplacer ou l'annuler à cause d'Ebola ?

Se jouera-t-elle ou pas ? À quelle date ? Où ? Les rumeurs vont bon train au sujet de la Coupe d'Afrique des nations, prévue en janvier 2015 au Maroc mais menacée par l'épidémie d'Ebola.[...]

"Mbata ya bakolo" : au Congo, la vie sans les "Zaïrois" de RDC

Comment vivre sans les "Zaïrois" ? Lancée début avril, l’opération "Mbata ya bakolo" ("La gifle des aînés" en lingala) a laissé des traces dans[...]

Bling-bling : mariage fastueux, mariage malheureux...

Alors que les cérémonies nuptiales africaines sont des démonstrations de force financière, une récente étude américaine indique qu’une bague de fiançailles trop[...]

Congo : les grands électeurs renouvellent la moitié du Sénat

Les grands électeurs congolais votaient dimanche pour renouveler la moitié du Sénat, où le parti au pouvoir et ses alliés devraient conserver une majorité écrasante.[...]

Prostitution et sexe 2.0 en Afrique

Nouvelles technologies, marketing, offre et demande, concurrence... À bien des égards, en Afrique aussi, les relations tarifées ressemblent de plus en plus à un business comme un autre.[...]

Congo : la justice française confirme la mise en examen du général Norbert Dabira

La demande d'annulation de la mise en examen du général congolais Norbert Dabira pour crimes contre l'humanité, dans l'affaire dite des disparus du Beach de Brazzaville, a été rejetée[...]

Comment l'Europe empêche le retour des migrants africains dans leur pays d'origine

Selon une étude de l'Ined publiée mercredi, les restrictions de la politique migratoire européenne constituent la principale barrière au retour des migrants dans leur pays d'origine.[...]

L'eldorado européen de la prostitution africaine

Des filières de prostitution structurées se sont mises en place entre l'Afrique et l'Europe. Lorsqu'elles ne tombent pas aux mains des mafieux, ces femmes développent un business florissant.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers