Extension Factory Builder

Sophie Makariou : "Le Louvre s'adresse à tous, sans communautarisme"

09/10/2012 à 16:50
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
La directrice du département des arts de l'Islam La directrice du département des arts de l'Islam © Musée du Louvre/Antoine Mongodin

Sophie Makariou est directrice du département des arts de l'Islam

Jeune Afrique : Comment s'organise la collection ?

SOPHIE MAKARIOU : L'histoire que nous avons voulu révéler est celle de la constitution d'un empire puis de son morcellement politique, celle aussi de l'émergence d'une grande civilisation fondée sur une révélation mais qui devient vite une entité politique colossale. Nous avons distingué quatre temps : celui de la fondation impériale du VIIe au XIe siècle, celui de la dislocation avec l'irruption des nouveaux peuples du XIe au XIIIe siècle, puis l'apogée des sultanats, et enfin l'âge des empires modernes, moghol en Inde, safavide en Iran et ottoman en Méditerranée.

On vous reproche de n'avoir pas assez inscrit l'exposition dans les logiques politiques du moment...

Le Louvre est un grand musée d'histoire de l'art et d'archéologie, et non un institut de sciences politiques ! Nous sommes un musée national certes, mais avec une vocation internationale : les deux tiers de nos visiteurs sont étrangers et nous nous adressons à tous, sans approche communautaire.

Pourquoi l'Afrique subsaharienne musulmane n'est-elle pas présente ?

Tout simplement parce que nous n'avons pas dans les collections du Louvre d'oeuvres qui viennent de pays comme le Mali, la Mauritanie ou l'Éthiopie. Et il faut distinguer deux cartes : celle de la culture matérielle du monde islamique et une carte plus large de l'expansion musulmane avec les comptoirs d'Afrique et d'Asie, où la culture matérielle est généralement de provenance extérieure. La carte de l'islam religion n'est pas la même que celle de l'Islam civilisation présenté ici. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Sur le même sujet
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Banque mondiale : Makhtar Diop reprend son poste de vice-président Afrique

Banque mondiale : Makhtar Diop reprend son poste de vice-président Afrique

 Écarté de son poste de vice-président Afrique de la Banque mondiale début octobre, l'économiste sénégalais, à qui l'on prêtait l'intention de briguer la pré[...]

Réfugiés africains pour audimat européen

Dans un camp de réfugiés du Darfour, la chaîne Arte tourne un documentaire bimédia "à jouer". Instrumentalisation de la détresse pour une courbe d’audience ? Ou[...]

Malick Ndiaye, le gourou à six cordes

À la tête du label ThinkZik ! depuis quinze ans, le mystérieux et exigeant producteur d'Imany et de Faada Freddy attend plus de la musique africaine.[...]

Art contemporain : rififi autour du prix Orisha

Décerné le 2 octobre à Paris au Béninois Kifouli Dossou, le premier prix Orisha pour l'art contemporain africain a suscité l'agacement de plusieurs artistes et commissaires.[...]

Algérie : des juges d'instruction français vont enquêter sur l'assassinat d'Hervé Gourdel

Des juges d'instruction français vont enquêter sur l'enlèvement et l'assassinat d'Hervé Gourdel, a-t-on appris vendredi de source judiciaire.[...]

Areva : Luc Oursel pas vraiment parti

Le départ inattendu de Luc Oursel, pour  des raisons thérapeutiques et son remplacement par son numéro deux Philippe Knoche le 22 octobre ne sont, officiellement, que temporaires...[...]

Ebola - Dr Eric Leroy : "L'épidémie continue d'évoluer dans le mauvais sens"

Le Dr Éric Leroy est l'un des plus grand spécialistes du virus Ebola. Selon lui, l'épidémie ne sera pas endiguée avant plusieurs mois. Interview.[...]

Brésil : Dilma Rousseff, surprise du chef

Les sondages la donnaient battue au second tour de la présidentielle par la socialiste Marina Silva. Ils se sont lourdement trompés. Avec 41,6 % des suffrages au premier, Dilma Rousseff est bien [...]

Un Michel peut en cacher un autre

Le nouveau Premier ministre se prénomme Charles et n'a que 38 ans. Mais il a de qui tenir. Louis, son père, est un vieux briscard de la politique locale. Et de la "Belgafrique".[...]

Terrorisme : le Maroc demande à la France de retirer son appel à la vigilance

Pour le ministre marocain de l'Intérieur, Mohamed Hassad, la présence du Maroc dans une liste de 40 pays dans lesquels la France appelle ses ressortissants à une vigilance renforcée "est[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers