Extension Factory Builder

Mouhamadou Mbodj : "Pas d'avenir sans contrôle efficace"

05/10/2012 à 15:29
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Mouhamadou Mbodj est coordonnateur du Forum civil (section sénégalaise de Transparency International).

Jeune Afrique : Que pensez-vous des audits lancés par le nouvel exécutif ?

Mouhamadou Mbodj : Jusqu'à présent, Macky Sall n'a fait que reprendre les audits qu'Abdoulaye Wade avait commandités et lever les verrous qui empêchaient ces derniers d'être adressés à la justice. C'est déjà ça. En douze ans, l'ex-président Wade a lancé des projets d'infra­structures scolaires, routières, sanitaires..., qui s'avèrent inachevés. Quelle est la responsabilité de Wade à cet égard ? Quelle est celle des intermédiaires - ministères, agences, etc. ? Il est important de répondre à ces questions.

Dans leur écrasante majorité, les Sénégalais ont décrié la gestion des affaires publiques, et le pays se retrouve confiné parmi les États « fortement corrompus » dans le classement du degré de perception de la corruption établi par Transparency International en décembre 2011 : il occupe le 112e rang [ex æquo avec l'Algérie et l'Égypte, NDLR] sur 183 pays classés, avec un score médiocre de 2,9 sur 10.

Le pays se retrouve confiné parmi les États "fortement corrompus" dans le classement 2011.

Quels sont les enjeux d'une bonne gestion des ressources publiques ?

Il n'y a pas d'avenir pour le Sénégal si l'on ne parvient pas à un contrôle optimal et efficace de l'utilisation de ces ressources. Deux études intéressantes ont été publiées sur la question par des professeurs agrégés d'économie de l'université Cheikh-Anta-Diop de Dakar, Abdoulaye Seck et François Cabral. Seck démontre que, lorsque la corruption se généralise, la baisse de 1 point dans l'indice de sa perception équivaut à 384 milliards de F CFA [585,4 millions d'euros] perdus dans des transactions douteuses, ce qui obère donc l'efficacité économique du pays. L'étude de Cabral prouve quant à elle que, chaque fois que 10 % de l'investissement public sont détournés, l'indice de bien-être fléchit et celui de la pauvreté s'accroît, jusqu'à créer, en absolu, 62 000 nouveaux pauvres chaque année.

Y a-t-il des mécanismes prioritaires à mettre en place pour prévenir les dérives ?

Il faut renforcer le dispositif institutionnel, les procédures et le système de contrôle pour lutter contre la corruption. Mais aussi le contrôle par les citoyens. L'État doit notamment ouvrir les comptes publics pour leur permettre d'accéder aux informations financières. 

___

Propos recueillis à Dakar par Nicolas Ly

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Sénégal

Sénégal - Giresse : 'Viser le match nul, je ne sais pas faire'

Sénégal - Giresse : "Viser le match nul, je ne sais pas faire"

Mardi soir à Malabo (19 heures), le Sénégal, leader du groupe C, affronte l’Algérie. Un match nul peut suffire aux Lions de la Teranga, qui ont déjà engrangé quatre points. [...]

Sénégal : la cimenterie de Dangote démarre, Vicat s'énerve

 Après le démarrage de cimenterie sénégalaise de Dangote, son concurrent français Vicat est déterminé à faire condamner l'État, qu'il accuse d'avoir[...]

CAN 2015 : Le Sénégal arrache un point précieux

Le Sénégal a été tenu en échec par les Bafana Bafana (1-1) vendredi 23 janvier à Mongomo lors de la deuxième journée de la phase de poule. Menés au score dès le[...]

Sénégal - Mame Mactar Gueye : "'Charlie Hebdo' a jeté de l'huile sur le feu"

Mame Mactar Gueye est le vice-président de l'ONG islamique Jamra, à Dakar. À la veille de la manifestation anti-"Charlie Hebdo" prévue dans la capitale sénégalaise, il donne[...]

Foot : avant son exploit avec le Congo, les sept CAN de Claude Le Roy

Avec le Congo, Claude Le Roy dispute en Guinée équatoriale (17 janvier-8 février) sa huitième phase finale, un record. Le technicien français, champion d’Afrique en 1988 avec le Cameroun,[...]

Sénégal : le procès de Karim Wade dans l'impasse

Nouveau rebondissement au procès de Karim Wade : tandis que le principal accusé, qui dénonce "une parodie de justice", refuse d'assister aux audiences, les avocats des différents[...]

CAN 2015 : Le Sénégal est renversant !

Les Lions de la Teranga ont battu le Ghana dans le premier choc du groupe C grâce à un but de Moussa Sow à la dernière seconde de jeu (2-1). Un succès mérité pour des[...]

CAN 2015 : Algérie, Cameroun, Ghana, Sénégal... 4 favoris vus par 4 spécialistes

Alors que la CAN a débuté samedi 17 janvier, "Jeune Afrique" a demandé à quatre spécialistes du football africain de livrer le nom de leur favori pour la compétition. En[...]

CAN 2015 : ça s'annonce corsé...

Le Nigeria, tenant du titre, ne sera pas là, et une bonne demi-douzaine de sélections peuvent prétendre à sa succession. Avec, dans le costume du favori, l'Algérie. Suspense assuré[...]

Un vent de francophonie sur la CAN 2015

Cinq entraîneurs, onez pays francophones, une majorité de joueurs de Ligue 1, la CAN 2015 qui se tient en Guinée-Equatoriale du 17 janvier au 8 février ressemblerait presque à une coupe de la[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces