Extension Factory Builder

Mouhamadou Mbodj : "Pas d'avenir sans contrôle efficace"

05/10/2012 à 15:29
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Mouhamadou Mbodj est coordonnateur du Forum civil (section sénégalaise de Transparency International).

Jeune Afrique : Que pensez-vous des audits lancés par le nouvel exécutif ?

Mouhamadou Mbodj : Jusqu'à présent, Macky Sall n'a fait que reprendre les audits qu'Abdoulaye Wade avait commandités et lever les verrous qui empêchaient ces derniers d'être adressés à la justice. C'est déjà ça. En douze ans, l'ex-président Wade a lancé des projets d'infra­structures scolaires, routières, sanitaires..., qui s'avèrent inachevés. Quelle est la responsabilité de Wade à cet égard ? Quelle est celle des intermédiaires - ministères, agences, etc. ? Il est important de répondre à ces questions.

Dans leur écrasante majorité, les Sénégalais ont décrié la gestion des affaires publiques, et le pays se retrouve confiné parmi les États « fortement corrompus » dans le classement du degré de perception de la corruption établi par Transparency International en décembre 2011 : il occupe le 112e rang [ex æquo avec l'Algérie et l'Égypte, NDLR] sur 183 pays classés, avec un score médiocre de 2,9 sur 10.

Le pays se retrouve confiné parmi les États "fortement corrompus" dans le classement 2011.

Quels sont les enjeux d'une bonne gestion des ressources publiques ?

Il n'y a pas d'avenir pour le Sénégal si l'on ne parvient pas à un contrôle optimal et efficace de l'utilisation de ces ressources. Deux études intéressantes ont été publiées sur la question par des professeurs agrégés d'économie de l'université Cheikh-Anta-Diop de Dakar, Abdoulaye Seck et François Cabral. Seck démontre que, lorsque la corruption se généralise, la baisse de 1 point dans l'indice de sa perception équivaut à 384 milliards de F CFA [585,4 millions d'euros] perdus dans des transactions douteuses, ce qui obère donc l'efficacité économique du pays. L'étude de Cabral prouve quant à elle que, chaque fois que 10 % de l'investissement public sont détournés, l'indice de bien-être fléchit et celui de la pauvreté s'accroît, jusqu'à créer, en absolu, 62 000 nouveaux pauvres chaque année.

Y a-t-il des mécanismes prioritaires à mettre en place pour prévenir les dérives ?

Il faut renforcer le dispositif institutionnel, les procédures et le système de contrôle pour lutter contre la corruption. Mais aussi le contrôle par les citoyens. L'État doit notamment ouvrir les comptes publics pour leur permettre d'accéder aux informations financières. 

___

Propos recueillis à Dakar par Nicolas Ly

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Sénégal

Sénégal : ci-gît le PDS

En faisant d'un Karim Wade incarcéré depuis près de deux ans son candidat à la prochaine élection présidentielle, le Parti démocratique sénégalais (PDS[...]

Mouvements citoyens africains : qui sont ces jeunes leaders qui font du bruit ?

Citoyens avant tout, ils se sont pourtant imposés comme des acteurs politiques à part entière. Smockey le Burkinabè, Fadel Barro le Sénégalais, Fred Bauma le Congolais... Voici notre[...]

"Comme un cri" : exorciser le naufrage du Joola

Pièce coup de poing, Comme un cri revient sur le drame du Joola et pointe une nouvelle fois la responsabilité des autorités sénégalaises.[...]

Sénégal : Macky et le minimandat

Macky Sall l'avait promis pendant sa campagne : il réduirait le mandat présidentiel à 5 ans. Presque 3 ans après son accession au pouvoir, la réforme n'est toujours pas lancée et continue[...]

Sénégal : Vieux Aïdara, "dommage collatéral" de l'affaire Karim Wade

Au lendemain de la condamnation de Karim Wade par la Crei pour enrichissement illicite, Vieux Aïdara, qui est considéré comme l'homme de paille du fils de l'ancien président sénégalais, a[...]

Sénégal : Fadel Barro, génération 2.0

"Y'en a marre", le mouvement fondé par cet ancien journaliste sénégalais, fait des émules dans toute l'Afrique. Son objectif : inciter les jeunes à se conduire en citoyens[...]

Sénégal : la défense de Karim Wade entend "faire juger la CREI" - récit d'un verdict contesté

La Cour de répression de l'enrichissement illicite (CREI) a condamné Karim Wade à six ans de prison et ses complices de 5 à dix ans de réclusion. Le jugement est contesté par les[...]

Sénégal : les avocats de Karim Wade vont saisir la Cour suprême

Les avocats de Karim ont annoncé lundi, en début d'après-midi, qu'ils allaient saisir la Cour suprême pour revoir le jugement de la CREI, qui a condamné dans la matinée leur client à[...]

Sénégal : Karim Wade condamné à six ans de prison ferme

Karim Wade a été condamné, lundi, à six ans de prison ferme et 138 milliards de francs CFA d'amende pour enrichissement illicite.[...]

Sénégal : Karim Wade désigné candidat du PDS pour la prochaine présidentielle

À 48 heures du jugement de la Cour de répression de l'enrichissement illicite (Crei), le Parti démocratique sénégalais (PDS) vient de désigner Karim Wade comme candidat officiel en vue[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces