Extension Factory Builder

Fatou Sarr Sow : "Les Sénégalaises vont pouvoir influer sur les lois"

03/10/2012 à 18:10
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Fatou Sarr Sow se félicite des progrès du Sénégal en matière de parité. Fatou Sarr Sow se félicite des progrès du Sénégal en matière de parité. © DR

Sociologue et directrice du laboratoire genre de l'Institut fondamental d'Afrique noire (Ifan) de l'université Cheikh-Anta-Diop (Ucad) à Dakar, Fatou Sarr Sow s'est distinguée dans la lutte pour les droits des femmes au Sénégal. Les législatives de juillet étaient les premières depuis l'adoption de la loi sur la parité de mai 2010, selon laquelle la moitié des candidats de chaque parti doivent être des femmes, la chercheuse revient sur la configuration de l'hémicycle.

Jeune Afrique : Êtes-vous satisfaite du nombre de femmes élues aux législatives ?

Fatou Sarr Sow : Au Sénégal, près de 90 % des femmes continuent d'aller chercher le bois de chauffe, plus de la moitié d'entre elles ramènent toujours l'eau du puits... Pour régler leurs problèmes et leurs besoins les plus élémentaires, il fallait que les femmes soient elles-mêmes dans des positions de pouvoir. L'Assemblée nationale est un lieu stratégique, c'est celui où l'on décide de l'utilisation des ressources nationales, où l'on définit les lois qui vont régir la vie des citoyennes et des citoyens. Il était donc essentiel que les femmes y soient largement représentées. Mais le travail n'est pas terminé, ne serait-ce qu'en ce qui concerne les modalités de répartition des sièges, qui constituent un problème et un manque à gagner en termes de nombre de femmes élues.

Le changement est tout de même radical...

C'est un formidable bon en avant qu'a fait le Sénégal, qui le place en troisième position en Afrique après le Rwanda et les Seychelles, et au sixième rang dans le monde pour la représentation des femmes à l'Assemblée nationale.

Dans la précédente législature, il n'y avait que 33 femmes députées, soit 22 % des sièges de l'Assemblée nationale, ce qui ne représentait pas une taille critique suffisante pour influer sur les lois. Avec désormais 65 élues sur 150 députés, soit 43,3 % de l'hémicycle, c'est un formidable bon en avant qu'a fait le Sénégal, qui le place en troisième position en Afrique après le Rwanda et les Seychelles, et au sixième rang dans le monde pour la représentation des femmes à l'Assemblée nationale.

Quels combats particuliers seront-elles appelées à mener ?

Nous avions dit à Abdoulaye Wade, initiateur de la loi sur la parité, que le jour où les femmes seraient à l'Assemblée nationale elles se battraient pour pouvoir donner leur nationalité à leurs enfants. Il y a en effet énormément d'enfants dont le père est gambien, malien, etc., et la mère sénégalaise, mais qui ne peuvent avoir la nationalité sénégalaise parce que seul le père a le droit de la donner. Ce n'est qu'un exemple parmi d'autres de la dimension stratégique que peut prendre désormais cette meilleure représentativité des femmes au Parlement, qui doit leur permettre de peser sur les décisions. 

___

Propos recueillis à Dakar par Nicolas Ly

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Sénégal

Sénégal : Abdoulaye Wade décline l'invitation de Macky Sall au sommet de la Francophonie

Sénégal : Abdoulaye Wade décline l'invitation de Macky Sall au sommet de la Francophonie

Dans un courrier adressé à Macky Sall, dont "Jeune Afrique" révèle en exclusivité la teneur, Abdoulaye Wade décline l'invitation de son successeur au sommet de la Francophonie [...]

Sénégal : questions sur le débarquement d'Alioune Ndao

Figure emblématique de la lutte contre l'enrichissement illicite, le procureur spécial a été remplacé au pied levé le 11 novembre. Sans explication.[...]

CAN 2015 : Sénégal, Afrique du Sud, Cameroun, Zambie, Burkina et Gabon qualifiés

Le Sénégal d'Alain Giresse, l'Afrique du Sud, le Cameroun, la Zambie, le Burkina Faso et le Gabon se sont qualifiés samedi pour la CAN 2015, lors de l'avant-dernière journée des [...]

Afrique francophone : et les meilleures business schools en 2014 sont...

Engagées dans une course à la reconnaissance, les écoles de commerce s'internationalisent et se diversifient. Jeune Afrique a passé au crible les établissements d'Afrique francophone,[...]

Sénégal - Procès Karim Wade : le procureur spécial Alioune Ndao limogé

Alors que le procès de Karim Wade pour enrichissement illicite est en cours depuis trois mois et demi, le procureur spécial Alioune Ndao, qui portait l'accusation depuis deux ans, a été brutalement[...]

Nouvelle découverte de pétrole au large du Sénégal

Cairn Energy a annoncé une deuxième découverte de pétrole au large des côtes du Sénégal. Les réserves récupérables de ce puits sont estimées à 150[...]

Livres - Sénégal : Abdou vu par Diouf

L'ancien président sénégalais et "fils politique" de Léopold Sédar Senghor, sur le point de rendre son siège à la tête de l'Organisation internationale de la[...]

Bloomfield va noter six filiales de Bank of Africa

L'agence de notation Bloomfield Investment a été désignée par le groupe Bank of Africa pour noter six de ses filiales au Sénégal, en côte d'Ivoire, au Bénin, au Mali, au Niger[...]

Professeurs sans frontières : portraits d'éducateurs africains réclamés à travers le monde

Enseignants dans les plus grandes universités du monde, ils utilisent leur influence pour favoriser une meilleure diffusion du savoir en Afrique.[...]

Sénégal : le PDS s'en va-t-en guerre

Les accusations de corruption et de népotisme lancées par Abdoulaye Wade à Macky Sall ne sont que l'avant-goût d'une rentrée politique qui s'annonce musclée au[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers