Extension Factory Builder

Fatou Sarr Sow : "Les Sénégalaises vont pouvoir influer sur les lois"

03/10/2012 à 18:10
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Fatou Sarr Sow se félicite des progrès du Sénégal en matière de parité. Fatou Sarr Sow se félicite des progrès du Sénégal en matière de parité. © DR

Sociologue et directrice du laboratoire genre de l'Institut fondamental d'Afrique noire (Ifan) de l'université Cheikh-Anta-Diop (Ucad) à Dakar, Fatou Sarr Sow s'est distinguée dans la lutte pour les droits des femmes au Sénégal. Les législatives de juillet étaient les premières depuis l'adoption de la loi sur la parité de mai 2010, selon laquelle la moitié des candidats de chaque parti doivent être des femmes, la chercheuse revient sur la configuration de l'hémicycle.

Jeune Afrique : Êtes-vous satisfaite du nombre de femmes élues aux législatives ?

Fatou Sarr Sow : Au Sénégal, près de 90 % des femmes continuent d'aller chercher le bois de chauffe, plus de la moitié d'entre elles ramènent toujours l'eau du puits... Pour régler leurs problèmes et leurs besoins les plus élémentaires, il fallait que les femmes soient elles-mêmes dans des positions de pouvoir. L'Assemblée nationale est un lieu stratégique, c'est celui où l'on décide de l'utilisation des ressources nationales, où l'on définit les lois qui vont régir la vie des citoyennes et des citoyens. Il était donc essentiel que les femmes y soient largement représentées. Mais le travail n'est pas terminé, ne serait-ce qu'en ce qui concerne les modalités de répartition des sièges, qui constituent un problème et un manque à gagner en termes de nombre de femmes élues.

Le changement est tout de même radical...

C'est un formidable bon en avant qu'a fait le Sénégal, qui le place en troisième position en Afrique après le Rwanda et les Seychelles, et au sixième rang dans le monde pour la représentation des femmes à l'Assemblée nationale.

Dans la précédente législature, il n'y avait que 33 femmes députées, soit 22 % des sièges de l'Assemblée nationale, ce qui ne représentait pas une taille critique suffisante pour influer sur les lois. Avec désormais 65 élues sur 150 députés, soit 43,3 % de l'hémicycle, c'est un formidable bon en avant qu'a fait le Sénégal, qui le place en troisième position en Afrique après le Rwanda et les Seychelles, et au sixième rang dans le monde pour la représentation des femmes à l'Assemblée nationale.

Quels combats particuliers seront-elles appelées à mener ?

Nous avions dit à Abdoulaye Wade, initiateur de la loi sur la parité, que le jour où les femmes seraient à l'Assemblée nationale elles se battraient pour pouvoir donner leur nationalité à leurs enfants. Il y a en effet énormément d'enfants dont le père est gambien, malien, etc., et la mère sénégalaise, mais qui ne peuvent avoir la nationalité sénégalaise parce que seul le père a le droit de la donner. Ce n'est qu'un exemple parmi d'autres de la dimension stratégique que peut prendre désormais cette meilleure représentativité des femmes au Parlement, qui doit leur permettre de peser sur les décisions. 

___

Propos recueillis à Dakar par Nicolas Ly

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Sénégal

Coupe du monde de basket-ball : que peuvent faire les Africains ?

Coupe du monde de basket-ball : que peuvent faire les Africains ?

À partir du 30 août, trois équipes africaines participent à la Coupe du monde de basket-ball, en Espagne. Si les Américains sont favoris, et que les Espagnols espèrent également re[...]

RDC - Affaire Chebeya : plainte contre Mwilambwe confirmée au Sénégal

À la suite de la plainte déposée par la FIDH et les familles des victimes dans l'affaire Chebeya début juin, la justice sénégalaise a ouvert mardi une information judicaire à[...]

Assane Dioma Ndiaye : "La CREI viole les principes élémentaires des droits de la défense"

Le président de la Ligue sénégalaise des droits humains voit dans le procès du fils de l'ancien président un "règlement de comptes" orchestré par le régime[...]

Sénégal : colère sur le campus de Dakar

La tension qui régnait depuis des mois à l'université de Dakar est montée d'un cran, le 14 août, avec la mort d'un étudiant lors d'une intervention musclée des forces de[...]

Sénégal : la CREI refuse de laisser partir Bibo Bourgi

La Cour de répression de l'enrichissement illicite (CREI) a refusé à l'homme d'affaires Bibo Bourgi, considéré comme le principal complice de Karim Wade, d'aller se faire soigner en France[...]

Sénégal : l'opposant Samuel Sarr arrêté pour offense au chef de l'État

L’opposant et ex-ministre sénégalais de l'Énergie Samuel Sarr, proche de l’ancien président Abdoulaye Wade, a été inculpé et emprisonné pour offense au chef de[...]

Architecture : pourquoi s'approprier l'héritage colonial est une bonne chose

L'héritage achitectural colonial a souvent été délaissé en Afrique. Mais la tendance commence à s'inverser.[...]

CPI : Botswana, Sénégal et Sierra Leone se disputent la présidence de l'Assemblée

L'Assemblée des États parties au statut de Rome doit être présidée par un État africain en 2015. Mais aucun des trois candidats en lice ne se désiste pour un autre.[...]

Tragédie de Thiaroye : réponse à Julien Fargettas

Armelle Mabon est maître de conférences en histoire contemporaine à l'Université de Bretagne-Sud. Elle apporte ici ses commentaires à la lettre ouverte de Julien Fargettas au président de [...]

Sénégal : poussée de fièvre politico-militaro-judiciaire

Affaires Karim Wade, Abdoulaye Baldé ou Aissata Tall Sall : le thermomètre politico-judiciaire sénégalais indique une température singulièrement élevée. Et voilà que[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex