Extension Factory Builder

Aminata Tall : "Nous avons découvert des anomalies inouïes" dans l'administration du Sénégal

01/10/2012 à 14:31
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Amina Tall, la dame de fer dans son bureau du cabinet présidentiel. Amina Tall, la dame de fer dans son bureau du cabinet présidentiel. © Sylvain Cherkaoui pour J.A

C'est à elle que le président sénégalais, Macky Sall, a confié la mission de faire le ménage dans la gestion du Palais. Un rôle délicat que Aminata tall, secrétaire générale de la présidence, assume pleinement.

On l'appelle la dame de fer, et ça la fait rire. « Chaque fois qu'une femme dit non et assume ses choix, on la surnomme ainsi ! » résume Aminata Tall, 63 ans, tout en reconnaissant que son caractère entier y est certainement pour quelque chose. En sa qualité de secrétaire générale de la présidence, avec rang de ministre d'État - un poste qu'elle occupait déjà aux côtés d'Abdoulaye Wade depuis 2009 -, c'est elle que Macky Sall a chargée de traquer les irrégularités au sein de l'administration, dans la droite ligne de ses promesses de bonne gouvernance. Une mission de mère-la-rigueur qu'elle assume pleinement, mais qui vaut à l'ancienne égérie du Parti démocratique sénégalais (PDS) des attaques récurrentes, dans la presse comme dans les coulisses du Palais.

Jeune Afrique : Beaucoup de choses ont été écrites sur les dérives de la présidence Wade. Qu'en est-il réellement ?

Aminata Tall : Nous avons trouvé une situation assez... particulière. Dans les ressources humaines d'abord, puisqu'il n'existait aucun support administratif. Les collaborateurs du précédent chef de l'État étaient en grande majorité des hommes politiques sans rôle précis, des chargés de mission, des conseillers techniques, etc. Il a été mis fin à leurs fonctions. Nous avons par ailleurs constaté des anomalies inouïes dans les procédures administratives, comme l'acquisition de véhicules sous le label de la présidence mais hors de la procédure normale des marchés publics. Véhicules qui ont été ensuite distribués à des personnes qui ne sont pas des ayants droit : des chefs de village, des chefs religieux, des particuliers, des politiques, etc.

J'ai aussi découvert des pratiques que je n'aurais jamais pu soupçonner. Par exemple, certaines entreprises ont voulu se faire payer ce qui avait fait l'objet de dons à l'État, notamment des véhicules offerts par l'Arabie saoudite lors de la tenue du sommet de l'Organisation de la conférence islamique [OCI, à Dakar en 2008, NDLR].

Le peuple est devenu exigeant, impatient.

En quoi consiste concrètement la bonne gouvernance que vous êtes chargée de mettre en pratique ?

Il s'agit de faire en sorte que les fonctionnaires soient au bureau à l'heure, qu'ils travaillent avec efficacité, qu'ils accueillent le public comme il se doit et, plus généralement, de veiller à ce que les ressources financières de l'État soient bien utilisées. Il a notamment été mis fin à beaucoup de décrets pris lors des derniers jours du régime précédent, qui donnaient des avantages à certains corps et ne reposaient sur rien, ou portant sur l'attribution de terrains, de sites miniers, de licences en télécommunications, etc.

Ne fait-on pas trop de bruit autour de cette chasse aux biens mal acquis ? Certains pensent que c'est de la poudre aux yeux et doutent de la volonté réelle d'aller au bout des audits, d'autres s'inquiètent de ce qu'ils risquent d'effrayer les investisseurs...

Ce redressement va se poursuivre jusqu'à son terme et permettre de faire revenir dans les caisses de l'État des fonds qui n'auraient jamais dû en sortir. Nous voulons assainir l'environnement des affaires, et les investisseurs devraient se réjouir que nous nous occupions de clarifier cette situation nébuleuse qui ne correspond en rien à une politique de développement juste et durable, mais répond à des intérêts personnels ou de groupe.

Après l'état de grâce des premiers mois, la rentrée ne s'annonce-t-elle pas délicate ?

Je pense que nous n'avons pas eu droit à une période de grâce. Abdoulaye Wade en a bénéficié en son temps pendant plus d'une année mais, dans notre cas, la déception suscitée par l'ancien régime est telle que le peuple n'accepte plus rien. Il est devenu exigeant, impatient.

_______

Propos recueillis à Dakar par Rémi Carayol

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Sénégal

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Après les délestages, la Senelec voit enfin le bout du tunnel

Avec le redressement de la Senelec, le pays sort de sa crise énergétique. Et mise désormais sur le privé pour augmenter sa production.[...]

Sénégal : Abdoulaye Wade, égaré entre "esclaves" et "anthropophages"

Abdoulaye Wade a publiquement taxé Macky Sall, mardi, de "descendant d'esclaves" et d'"anthropophages" dont les parents "mangeaient les bébés". Une sortie unanimement[...]

Afrique francophone : chef de l'opposition, un statut à double tranchant

Plusieurs pays d'Afrique francophone ont adopté un statut officiel de "chef de file de l'opposition". D'autres ont voté des textes mais attendent toujours la désignation de leur opposant en chef.[...]

L'Afrique a-t-elle l'alimentation la plus saine du monde ?

Selon une étude de l'université de Cambridge, qui casse les clichés sur l'Afrique, le continent africain abriterait neuf des dix pays qui mangent le plus sainement au monde. Parmi eux, certains[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Sénégal : Suneor va céder son activité trituration au français Avril

Exclusif : Selon les informations de Jeune Afrique, Advens, actionnaire majoritaire de l'huilier sénégalais Suneor, et le Groupe Avril (ex Sofiproteol) ont signé le 13 février dernier un protocole[...]

Sénégal : l'affaire Wade

Le procès Karim Wade, véritable marathon judiciaire entamé le 31 juillet 2014 à Dakar, s'est achevé ce 19 janvier. Jugement attendu le 23 mars. L'enjeu est[...]

Sénégal : Macky Sall fait les yeux doux à la Casamance

Le président sénégalais a entamé jeudi une tournée d'une semaine en Casamance. Annonces en faveur du tourisme local, développement de son assise politique dans la région,[...]

Sénégal : quand Bibo Bourgi, principal complice présumé de Karim Wade, fait le procès de la CREI

Au dernier jour du procès de Karim Wade, dont le jugement sera rendu le 23 mars, l'homme d'affaires Bibo Bourgi a plaidé sa relaxe seul, sans ses avocats, s'efforçant de déconstruire la théorie[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers