Extension Factory Builder

Mali : Hamada Ould Mohamed Kheirou, le cerveau du Mujao

03/10/2012 à 15:21
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Hamada Ould Mohamed Kheirou, fondateur du Mujao. Hamada Ould Mohamed Kheirou, fondateur du Mujao. © AFP

Âgé de 42 ans, le Mauritanien Hamada Ould Mohamed Kheirou est le fondateur du Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao).

La prison, Hamada Ould Mohamed Kheirou connaît. La première fois que ce Mauritanien est incarcéré, c'est à Nouakchott en 2005 pour avoir perpétré des actes de violence dans une mosquée qui, selon lui, ne s'inscrivait pas suffisamment dans un islam « véritable ». Il s'évadera quelques mois plus tard... déguisé en femme. La seconde, c'est en 2009 à Bamako

Cette fois, Ould Kheirou a été arrêté pour avoir aidé à ravitailler la katiba de Mokhtar Belmokhtar dans le Nord-Mali et pour s'être spécialisé dans la fabrication d'explosifs (il est relâché en 2010, sans doute dans le cadre des négociations autour de la libération de l'otage français Pierre Camatte).

Boko Haram

Au fil des années, son mépris pour les religieux « trop timorés » va grandissant. Il intègre Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), mais critique ses chefs, notamment Abdelmalek Droukdel, à qui il reproche de ne pas attribuer de postes importants aux non-Algériens. Mais le contentieux n'est pas qu'idéologique : se pose aussi la question du partage de l'argent des rançons et des trafics. Ould Kheirou veut sa part du gâteau.

Fin 2011, il crée donc une organisation à la mesure de ses ambitions : le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao). Habile, il sait toutefois qu'il n'a pas intérêt à se poser en concurrent direct d'Aqmi. Son coeur de cible, en revanche, c'est bien l'Afrique de l'Ouest - même s'il ne s'interdit pas de frapper l'Algérie ou les pays occidentaux.

Dans les rangs du Mujao, on retrouve notamment des militants de la secte islamiste Boko Haram, soucieux de se trouver un sanctuaire hors du Nigeria.

Parmi les coups d'éclat d'Ould Kheirou, l'enlèvement de trois humanitaires européens à Tindouf, en Algérie, en octobre 2011. Il est aussi le commanditaire de l'attentat qui a visé les locaux de la gendarmerie à Tamanrasset, le 3 mars 2012, et surtout du kidnapping de sept diplomates algériens à Gao, en avril dernier. Trois ont été relâchés en juillet, mais l'un d'entre eux aurait été exécuté, le 2 septembre. Depuis le mois de juin, le Mujao contrôle également la ville de Gao, preuve qu'Ould Kheirou a, en quelques mois, su s'imposer comme un associé sérieux d'Aqmi et d'Ansar Eddine.  

État-major des sables

Si Hamada Ould Mohamed Kheirou apparaît clairement comme le chef du Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao), une certaine confusion règne quant aux fonctions et prérogatives des lieutenants militaires. Parmi ces derniers, le Sahraoui Abdel Hakim est chargé des questions de sécurité, mais il est surtout celui qui tient la ville de Gao. Il suit donc de très près le dossier des diplomates algériens kidnappés en avril dernier.

Autre jihadiste important, Oumar Ould Hamaha est un Arabe du Tilemsi (nord de Gao) enrôlé, durant les années 1980, dans la Légion islamique de Kadhafi. Il a ainsi combattu au Tchad et au Liban. Il revient au Mali au moment de la rébellion touarègue en 1990. En avril dernier, on le voit dans une vidéo à Gao en tant que chef militaire d'Ansar Eddine. Au début de septembre, c'est lui qui annonce la prise de la ville de Douentza au nom du Mujao, dont il serait actuellement le chef militaire.

Troisième personnage, Bilal Hicham (nom de guerre), tient quant à lui lieu de symbole, même s'il n'a pas autant de responsabilités que les trois autres. Nigérien, il est le premier commandant noir d'une katiba. « L'islam est sans frontières et nous voulons reformer l'unité des peuples d'Afrique de l'Ouest », a-t-il déclaré sur RFI, le mois dernier, depuis Gao.

___

Laurent Touchard avec Baba Ahmed (à Bamako), Cherif Ouazani

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Continental

Ligue des champions : Lusadisu (AS Vita Club) et Zerara (ES Sétif), l'interview croisée

Ligue des champions : Lusadisu (AS Vita Club) et Zerara (ES Sétif), l'interview croisée

Les milieux de terrain Guy Lusadisu - qui a remporté deux fois le trophée avec le TP Mazembe - et Toufik Zerara sont deux des hommes forts de l’AS Vita Club et de l’ES Sétif, qui s’affro[...]

Diaporama : les lieux qui racontent l'Histoire de l'Afrique

La mémoire de l’Afrique, ce sont des ouvrages et des mythes. Mais ce sont aussi des lieux qui invitent au recueillement et suscitent parfois l’émotion.[...]

OGM : les pays africains les plus avancés

 Dans "Technologies agricoles génétiquement modifiées pour l'Afrique", un rapport commandité par la BAD, l'Institut international sur les politiques alimentaires préconise[...]

La danse des popotins

La danse des popotins "Nous sommes les hommes de la danse dont les pieds reprennent vigueur en frappant le sol dur." Ce vers, vous vous en êtes rendu compte, n'est pas de moi, mais bien de Léopold[...]

Ebola business, commerce macabre autour d'une épidémie

Des boucles d'oreille aux peluches en forme de virus, les produits dérivés à l'effigie d'Ebola se multiplient sur la Toile. Alors que l'épidémie fait rage, avec un bilan de 10 000 cas en Afrique[...]

Marc Rennard, Orange : "Une nouvelle révolution est en marche en Afrique"

Conforté par un chiffre d'affaires en hausse sur le continent, l'opérateur français prévoit une croissance durable du marché des télécoms. Face à une concurrence[...]

L'OIF aux Africains !

Moins de six semaines nous séparent de l'élection du nouveau secrétaire général de l'Organisation internationale de la francophonie (OIF). Les 57 chefs d'État ou de gouvernement[...]

La course pour la direction du bureau Afrique de l'OMS est lancée...

Qui, début novembre, succédera à l'Angolais Luís Gomes Sambo à la tête du bureau Afrique de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ?[...]

Sondage : faut-il reporter la CAN 2015, la déplacer ou l'annuler à cause d'Ebola ?

Se jouera-t-elle ou pas ? À quelle date ? Où ? Les rumeurs vont bon train au sujet de la Coupe d'Afrique des nations, prévue en janvier 2015 au Maroc mais menacée par l'épidémie d'Ebola.[...]

Bling-bling : mariage fastueux, mariage malheureux...

Alors que les cérémonies nuptiales africaines sont des démonstrations de force financière, une récente étude américaine indique qu’une bague de fiançailles trop[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers