Extension Factory Builder
25/09/2012 à 12:10
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Jean-Salathiel Muntunutwiwe, docteur en science politique à l'université de Burundi. Jean-Salathiel Muntunutwiwe, docteur en science politique à l'université de Burundi. © DR

Jean-Salathiel Muntunutwiwe est docteur en sciences politiques, enseignant au département d'histoire de l'université du Burundi.

Le Burundi a vécu ces cinquante dernières années une histoire violente, qui se matérialise par une mémoire collective douloureuse. Depuis 1998, ce pays tente de se réconcilier avec lui-même. Mais ce processus doit d'abord commencer par l'anamnèse : il lui faut revisiter son histoire, la critiquer et la dépasser afin de créer un espace sociomental permettant une nouvelle façon de gérer la res publica.

« Connais-toi. » Cela passe d'abord par une élucidation de notre douloureux passé. L'accord d'Arusha pour la paix et la réconciliation signé en 2000 a été à la fois une « critique » de l'histoire nationale et une tentative de construction d'une solution pour sortir de la violence. Ce texte, pour incomplet qu'il soit, a été une stratégie mobilisée par les politiques burundais dans le but de résoudre la crise politico-ethnique violente opposant entre elles les élites postindépendance. La peur de perdre le pouvoir ou une parcelle de celui-ci a autorisé et autorise les usages politiques de la violence, rendant possible et « légitime » la reproduction des anciennes méthodes de gouvernement décriées depuis la lutte pour l'instauration de la démocratie. Cette façon de faire limite ou atrophie le développement de la gouvernance.

Ce n'est pas le pouvoir qui corrompt, c'est la peur. Celle du pouvoir pour ceux qui y sont soumis, celle d'en être privés pour ceux qui l'exercent.

Se connaître, c'est dépasser, pour les transcender, les anciennes méthodes de gestion autoritaires. Le nouveau système de pensée inspiré d'Arusha exige le rejet de la violence, des abus de pouvoir, de l'injustice, de l'arbitraire, etc. Il a « sacralisé » le dialogue comme mécanisme de régulation des problèmes sociaux. Or toute réforme requiert des personnes convaincues de son opportunité et de son utilité. Ainsi, tout démocrate est convaincu que les principes de base de la démocratie doivent être respectés et promus afin de la consolider. Il s'agit, pour le Burundi, de Louis Rwagasore, de Melchior Ndadaye, etc. Leur volonté commune a provoqué, dans des contextes différents et difficiles, leur assassinat. L'homme d'État est celui qui tombe vingt fois et se relève vingt et une fois. Il doit pour cela vaincre les liens subjectifs, politiques et individuels qui l'empêchent d'enclencher une gestion rationnelle. Car ce n'est pas le pouvoir qui corrompt, c'est la peur. La peur du pouvoir pour ceux qui y sont soumis, et celle d'en être privés pour ceux qui l'exercent.

Se connaître, c'est éviter l'enfermement, qui conduit à l'unanimisme, reproducteur de pratiques risquant de détruire les bases sociales en construction. Depuis 1982, le refus catégorique du dialogue a abouti à la sédimentation des frustrations qui, à la longue, constituèrent l'infrastructure de la contestation violente. En effet, les leaders du Palipehutu [Parti pour la libération du peuple hutu, NDLR] et, plus tard, du CNDD-FDD [Conseil national pour la défense de la démocratie-Forces de défense de la démocratie] ont mobilisé respectivement l'absence de dialogue inclusif et le refus de la démocratie pour lutter contre les pouvoirs en place. Ainsi, pour ces entrepreneurs de l'identité, le refus du dialogue a permis que leur idéologie hégémonique soit intériorisée et légitimée par les populations et les communautés nationale et internationale. En réalité, l'enfermement provoque des contestations violentes et destructrices. Or la stratégie d'ouverture a pour avantage immédiat la décrispation du champ sociopolitique, permettant la réalisation de nombreux chantiers du gouvernement.

Se connaître, c'est construire une société par la justice. L'État de droit en est la condition fondamentale, c'est-à-dire un État qui crée le droit, le fait respecter et le respecte lui aussi. L'histoire du Burundi est dominée par des violences politiques de masse. Pour éviter que celles-ci ne créent la culture de la violence ou plutôt pour y mettre fin, d'autres mécanismes juridictionnels peuvent être pensés. Ainsi, la justice transitionnelle doit être appliquée afin de guérir les mémoires individuelles et collectives blessées.

« Connais-toi et change. » Cette paraphrase de Socrate reste d'actualité, en ce sens qu'elle pose la question du leadership burundais. Celui-ci est tenu de transformer la société en lui donnant des orientations politique et philosophique solides. Il doit se connaître afin d'impulser ce changement. Ainsi tu seras un homme d'État, mon fils !

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Forum-Tribunes Article suivant :
Il n'y a pas de révolution sans iconoclaste

Forum-Tribunes Article précédent :
Sénégal : un lourd passif à solder

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Burundi

Référendum

En brumeuse Écosse le 18 septembre, mais surtout, en ce qui nous concerne, au Burkina, dans les deux Congo, au Rwanda et au Burundi, cinq pays où pourraient être organisées dès 2015 u[...]

Exclusif : Dioncounda Traoré candidat au poste de secrétaire général de l'OIF

La candidature de l'ancien président malien, Dioncounda Traoré, a été officiellement adressée au siège de l'OIF, à Paris, par le gouvernement malien.[...]

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Créé en 2001, Wikipédia s'est imposée depuis comme l'encyclopédie numérique la plus consultée au monde. Participative, elle rassemble des informations collectées par les[...]

Burundi : Amnesty dénonce la "hausse de la violence politique" contre l'opposition

L’élection présidentielle de juin 2015 approche alors que les "actes d’intimidation, de harcèlement et de violence" contre l’opposition se multiplient au Burundi, dénonce[...]

Burundi : toujours pas de liberté provisoire pour Pierre Claver Mbonimpa

En appel, la justice burundaise a rejeté lundi la demande de libération provisoire de Pierre Claver Mbonimpa. Le militant des droits de l'homme, accusé d'atteinte à la sûreté de[...]

Exécutions extrajudiciaires au Burundi : des ONG saisissent la CADHP

Une coalition d’ONG burundaises a annoncé jeudi avoir déposé quatre plaintes devant la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples (CADHP) pour interpeller le pouvoir de Pierre[...]

Le Burundi prêt à envoyer 730 soldats et policiers supplémentaires en Centrafrique

En visite à Paris, le président burundais, Pierre Nkurunziza, a annoncé mercredi que son pays était prêt à déployer 450 soldats et 280 policiers supplémentaires en[...]

ONU, UA, UE et États-Unis dénoncent des "entraves aux libertés" au Burundi

Dans un communiqué rendu public mardi, des envoyés spéciaux internationaux pour la région des Grands Lacs ont dénoncé les "entraves aux libertés" et aux activités[...]

Lorsque Pierre Claver Mbonimpa est emprisonné, tous les Burundais sont en danger

Daniel Bekele et Jean-Marie Fardeau sont respectivement directeur de la Division Afrique et directeur France de Human Rights Watch (en photo ci-dessous).[...]

Pierre Buyoya : "La réponse au terrorisme doit venir des Africains"

La 5e réunion des chefs des services de renseignements de la région sahélo-saharienne s'est tenue mardi et mercredi à Ouagadougou, en pleine recrudescence des actes terroristes dans la région,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex