Extension Factory Builder

RDC - Samy Badibanga : "Hollande doit rencontrer Tshisekedi"

25/09/2012 à 18:51
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Samy Badibanga, au siège de J.A, le 3 septembre. Samy Badibanga, au siège de J.A, le 3 septembre. © Vincent Fournier/J.A

Pour le président du groupe UDPS à l'Assemblée, le chef de l'État français aura intérêt à s'entretenir avec le leader du principal parti d'opposition, Étienne Tshisekedi, lors du sommet de la Francophonie, en octobre à Kinshasa.

Le président de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), Étienne Tshisekedi, et celui qui fut son plus proche collaborateur, Samy Badibanga, jouent un drôle de jeu. Le premier a déchu le second de ses fonctions de conseiller spécial. Son tort ? Siéger à l'Assemblée nationale - avec 35 des 42 élus du parti - contrairement à la ligne officielle qui prône le boycott des institutions. Les deux hommes ne se croisent plus guère, mais, à 50 ans, le président du groupe parlementaire UDPS reconnaît tout au plus une « différence de stratégie » avec le candidat malheureux à la présidentielle de novembre 2011.

Jeune Afrique : Le sommet de la Francophonie se tiendra à Kinshasa en présence de François Hollande, qui rencontrera Joseph Kabila. Un entretien avec Étienne Tshisekedi est-il prévu ?

Samy Badibanga : C'est le souhait que je formule. Le poids politique d'Étienne Tshisekedi est sans commune mesure avec celui des autres leaders de l'opposition. Je m'adresse donc à François Hollande pour qu'il l'invite dans le cadre d'un entretien bilatéral.

L'UDPS était contre ce sommet et demandait sa délocalisation. Aujourd'hui, vous l'avalisez avec cette rencontre que vous réclamez sans même avertir Tshisekedi !

La décision quant à la tenue de ce sommet ne nous appartenait pas. À présent, nous n'avons pas intérêt à nous mettre en rupture avec les chefs d'État qui vont venir. Sur le deuxième point, laissez-nous gérer nos questions internes...

À ceci près que la confusion est également de mise quant à la position de l'UDPS face au pouvoir. Les faucons militent pour le boycott des institutions, les modérés siègent à l'Assemblée nationale, Tshisekedi reste silencieux...

Nous voulons tous la vérité des urnes. Certains veulent récupérer la présidence ; je préfère miser sur l'opposition parlementaire pour contester les résultats du scrutin de novembre. Mais il n'y a pas de divergences de fond. Tshisekedi est dans son rôle lorsqu'il dénonce un hold-up électoral. Moi, je mène la bataille au sein des institutions : nous ouvrons plusieurs fronts. C'est stratégique.

L'élection a été catastrophique et Kabila a un problème de légitimité.

Mais tout le monde a tourné la page des élections, à défaut d'avoir reconnu les résultats. Le gouvernement et le Parlement travaillent, François Hollande vient à Kinshasa...

Oui, mais à force de privilégier l'ordre à la justice, la défiance vis-à-vis de la politique atteint un niveau dangereux. En RDC, elle est porteuse de guerres et de conflits. Il suffit de voir ce qui se passe dans l'est du pays. L'élection a été catastrophique et Kabila a un problème de légitimité. Ce serait une erreur de faire comme si la crise n'existait pas. François Hollande a dit que la Francophonie n'était pas seulement une langue, mais aussi des idéaux et des principes démocratiques. Autant les faire valoir !

Concrètement, que demandez-vous ?

Un dialogue national.

Avec Joseph Kabila en tant que président ?

Avec Joseph Kabila.

Vous multipliez les propositions à titre personnel. Votre candidature pour le poste de porte-parole de l'opposition vous donne des ailes. Sauf que vous n'avez pas le soutien affiché de Tshisekedi...

Ce sont tous les parlementaires de l'opposition qui doivent choisir leur porte-parole, et je pense rassembler une majorité d'entre eux. Le président Tshisekedi a seulement dit que cette affaire ne le concernait pas. C'est son droit le plus strict. Mais l'UDPS n'est pas divisée. Mieux : elle est la première formation de l'opposition, il est donc normal que ce poste lui revienne.

_________

Propos recueillis par Philippe Perdrix

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

RDC : après les massacres à Béni, la ville n'a plus confiance dans l'armée

RDC : après les massacres à Béni, la ville n'a plus confiance dans l'armée

Les rebelles ougandais de l'ADF-Nalu (Forces démocratiques alliées – Armée de libération de l’Ouganda) sèment la terreur à Beni, dans l'est de la RDC.[...]

Ebola : l'épidémie en RDC est dûe à une nouvelle souche

Le virus Ebola qui sévit actuellement en RDC est issu d'une nouvelle souche. C'est la conclusion d'une étude publiée dans la revue américaine The New England Journal of Medicine.[...]

RDC : nouveau massacre de civils par les rebelles ougandais

Vingt-deux personnes, majoritairement des femmes et des enfants, ont été massacrées vendredi soir lors d'une nouvelle tuerie commise par des rebelles ougandais dans l'est de la République[...]

RDC : Kinshasa veut expulser le responsable des droits de l'homme de l'ONU

Kinshasa a demandé jeudi le rappel de Scott Campbell, chef du bureau de l'ONU pour les droits de l'homme en RDC, au lendemain de la publication d'un rapport de ses services dénonçant des crimes commis par[...]

RDC : 26 morts dans une attaque à Beni, attribuée à l'ADF-NALU

Des rebelles ont attaqué le village de Beni, à l'est de la RDC, dans la nuit de mercredi à jeudi. Vingt-six personnes ont été tuées.[...]

RDC : Lambert Mende répond à Linda Thomas-Greenfield

Lambert Mende Omalanga est ministre des Médias et porte-parole du gouvernement de la RDC.[...]

Prostitution et sexe 2.0 en Afrique

Nouvelles technologies, marketing, offre et demande, concurrence... À bien des égards, en Afrique aussi, les relations tarifées ressemblent de plus en plus à un business comme un autre.[...]

Comment l'Europe empêche le retour des migrants africains dans leur pays d'origine

Selon une étude de l'Ined publiée mercredi, les restrictions de la politique migratoire européenne constituent la principale barrière au retour des migrants dans leur pays d'origine.[...]

L'eldorado européen de la prostitution africaine

Des filières de prostitution structurées se sont mises en place entre l'Afrique et l'Europe. Lorsqu'elles ne tombent pas aux mains des mafieux, ces femmes développent un business florissant.[...]

RDC : les expatriés des Nations unies, ça déménage !

Cela va bientôt faire un an que les Nations unies ont commencé à redéployer leurs fonctionnaires dans l'Est. Mais les faire venir n'a pas été une mince affaire. Et n'est pas sans[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers