Extension Factory Builder

Sénégal - Football : El Hadji Ousseynou Diouf, grandeur et décadence

25/09/2012 à 14:41
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Diouf, archétype de la carrière gâchée, l'attaquant sénégalais traîne une sale réputation. Diouf, archétype de la carrière gâchée, l'attaquant sénégalais traîne une sale réputation. © SIPA

Buteur, dribbleur hors pair, fin tacticien... El Hadji Ousseynou Diouf, 31 ans, a fait rêver tout un continent le temps d'une Coupe du monde en 2002. Mais depuis, "Bad boy" s'est construit une mauvaise réputation qui a considérablement gâché sa carrière.

Nous sommes en 2002, Coupe du monde en Corée et au Japon. L'équipe nationale du Sénégal participe pour la première fois de son histoire à cette compétition.

Faisant parler toute l'étendue de son talent, il propulse les Lions de la Teranga en quart de finale et se classe 7e meilleur joueur de la Coupe du monde. Un peu plus tôt dans l'année, au Mali, il avait déjà emmené ses coéquipiers en finale (perdue aux tirs au but contre le Cameroun) de la Coupe d'Afrique des nations. L'homme aux cheveux jaunes avait également illuminé les éliminatoires l'année précédente. Il cumule ainsi le titre de meilleur joueur africain en 2001 et 2002.

"Bad Boy"

Dans la foulée, il quitte le club français de Lens pour Liverpool, en Angleterre, avec un salaire « de 50 millions de F CFA [plus de 76 000 euros, NDLR] par semaine », selon Pape Lamine Ndour, journaliste sportif. Le temps des vertiges commence, Diouf dérape. Sur les terrains, crachats et insultes deviennent sa spécialité. Dans la vie, il défraie la chronique, notamment lors de ses retours au pays. Ibrahima Fall, un journaliste sportif qui a couvert l'un de ses procès à Dakar en 2006, se souvient : « Une femme avait porté plainte contre lui pour une gifle donnée au Casino du Cap-Vert, un night-club. » En fait, « Bad Boy », surnom que lui a donné la presse sénégalaise, multiplie les virées nocturnes accompagné de molosses pour assurer sa sécurité. « Il arrivait en boîte vers 3 heures du matin. Il lui arrivait de payer à boire à tous les clients et d'inviter les gens à danser moyennant 50 000 F CFA. Mais une fois soûl, il devenait ingérable », raconte un videur de l'une des discothèques fréquentées par la star. « Il pouvait dépenser jusqu'à 1 million de F CFA en une soirée », ajoute une caissière. De quoi gâcher une carrière.

Après Liverpool, il a joué à Bolton, Sunderland, Blackburn, aux Glasgow Rangers puis à Doncaster, un club de 2e division. Il vient de signer à Leeds, un club plus coté. Le Lion s'est-il assagi pour autant ? Pas totalement. En avril dernier, il a été interpellé puis libéré sous caution à la suite d'une bagarre à Manchester. Il n'a plus endossé le maillot sénégalais depuis 2009. Et a été suspendu en juillet 2011 pour avoir dénoncé des « magouilles » dans le football sénégalais.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Sénégal

Bling-bling : mariage fastueux, mariage malheureux...

Bling-bling : mariage fastueux, mariage malheureux...

Alors que les cérémonies nuptiales africaines sont des démonstrations de force financière, une récente étude américaine indique qu’une bague de fiançailles trop ch&eg[...]

Sénégal - Macky Sall : "Mes principaux adversaires ne sont pas Wade et consorts, ce sont les inégalités sociales"

Réformes, Wade père et fils, procès Habré, Ebola, diplomatie... Macky Sall, le chef de l'État sénégalais répond à toutes nos questions, et défend son [...]

Sénégal : pas de production pétrolière avant 2020

Le Sénégal espère produire son premier baril d'or noir en 2019-2020 à la suite de la récente découverte de pétrole au large de ses côtes, a affirmé le 15 octobre[...]

Carte interactive : ces événements menacés ou annulés à cause d'Ebola

Depuis le début de l'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest, en décembre 2013, une dizaine d'événements ont été annulés sur le continent. D'autres, censés se[...]

Omar Sy : "Je ne suis pas un acteur noir"

Le comédien le plus populaire de France incarne un sans-papiers dans "Samba", le dernier film d'Éric Toledano et Olivier Nakache. Son dernier rôle, son aventure hollywoodienne, la place des[...]

Le Sénégalais Makhtar Diop ne sera pas candidat à la BAD

Quelques jours après avoir été mis en retrait de la vice-présidence Afrique de la Banque mondiale, Makhtar Diop annonce sur Twitter sa décision de ne pas se présenter à la[...]

CAN 2015 : le Sénégal concède le nul face à la Tunisie aux qualifications

Le Sénégal et la Tunisie se sont neutralisés 0-0 vendredi à Dakar et conservent la tête du Groupe G pour la 3e journée des éliminatoires de la CAN 2015, alors que le Maroc a[...]

Prostitution et sexe 2.0 en Afrique

Nouvelles technologies, marketing, offre et demande, concurrence... À bien des égards, en Afrique aussi, les relations tarifées ressemblent de plus en plus à un business comme un autre.[...]

Sénégal : Karim Wade n'était pas éligible à la présidence !

La Constitution de 2001 stipule que les candidats à la présidence doivent être "exclusivement" de nationalité sénégalaise... Ce qui n'est pas le cas de Karim Wade.[...]

Francophonie : le sommet de Dakar en suspens

L'incertitude plane toujours autour du sommet de la Francophonie prévu à Dakar fin novembre. L'épidémie d'Ebola dans la sous-région peut-elle le remettre en cause ?[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers