Extension Factory Builder
12/09/2012 à 16:35
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Ces derniers temps, un mot s'invite dans toutes les conversations : indemnisation. Le sujet est récurrent, les raisons de l'évoquer, variées. Les Arméniens réclament toujours réparation, les ex-indigènes refusent d'effacer l'ardoise des méfaits de la colonisation, les Sud-Africains, eux, en sont encore à se débattre dans les litiges des terres spoliées, etc.

Et voici que surgissent d'autres dossiers. Les Sud-Coréens exigent aujourd'hui des Japonais le dédommagement des « femmes de réconfort » contraintes jadis de se prostituer pour leur armée, et l'aciériste sud-coréen Posco vient de débourser 10 milliards de wons (7 millions d'euros) au profit de ses compatriotes réduits au travail forcé entre 1910 et 1945. Sur ce, des esprits bien rusés se sont mis à réclamer des biens plus anciennement dérobés. Certains Grecs envisagent, paraît-il, d'exiger des compensations pour leur apport philosophique au monde entier. Ils ne voient pas pourquoi les Merkel et consorts rechignent à leur accorder un prêt qui ne serait qu'un juste retour pour les trésors mis à disposition par Platon et Cie. Les Israéliens ont failli quant à eux remonter jusqu'à Noé, mais ils se sont arrêtés au VIIe siècle, chez les Arabo-Musulmans, afin de réclamer réparation pour les torts infligés aux Hébreux depuis l'arrivée de l'islam. Voilà qui va faire plaisir à tous les Arabes qui considéraient les Juifs comme des compatriotes ayant toujours vécu parmi eux et « mangé de leur sel et de leur pain », selon l'expression locale consacrée...

Mais mon propos n'est pas de trancher entre ceux qui pensent que les Juifs ont bel et bien été spoliés et leurs contradicteurs persuadés que l'État d'Israël devrait commencer par indemniser les Palestiniens de toute une patrie. Je ne me formaliserai pas non plus de la réaction saoudienne à la demande israélienne et ne bougerai pas le petit doigt si l'on mettait des scellés sur leurs puits de pétrole. Moi, je regarde d'abord du côté du Maghreb. Et je guette l'arrivée des huissiers en kippa. J'ai quelque espoir pour les Marocains, ils trouveront des alliés parmi les Israélites natifs du royaume qui les défendront devant les instances internationales chargées du dossier. Je ne me fais pas de soucis non plus pour les Algériens : ils ont déjà conseillé à l'État juif d'aller se faire rembourser chez les Français !* Reste les Tunisiens. Pauvres d'eux ! Ils sont déjà appelés à mettre la main à la poche pour rembourser à coups de milliards les ministres et autres prisonniers de Ben Ali et de Bourguiba. Que leur restera-t-il si les Israéliens s'y mettent aussi ? De plus, cette histoire d'indemnisation donne des idées à toute la Tunisie : les spoliés de la colonisation, les martyrs du mouvement national, les paysans victimes de la politique des coopératives, les diplômés-chômeurs ayant payé en vain pour leurs études, et jusqu'à certains émigrés - comme votre humble serviteur - qui commencent à se demander s'ils n'ont pas à exiger, eux aussi, des compensations pour leur départ de leur pays d'origine. Pour quel motif ? Va bien falloir que j'en trouve un si je veux me faire indemniser moi aussi !

* juron algérien

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

POST-Sriptum Article suivant :
RDC : trouvailles kinoises

POST-Sriptum Article précédent :
Au fou, au fou, lâchez les chiens !

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Maghreb & Moyen-Orient

Interactif : où doit-on payer le plus cher en Afrique pour être candidat à la présidentielle ?

Interactif : où doit-on payer le plus cher en Afrique pour être candidat à la présidentielle ?

Dans la réforme électorale engagée en RDC, la caution exigée pour prendre part à la présidentielle a été revue à la hausse. Une démarche très fréq[...]

Quand un hebdomadaire marocain compare François Hollande à Hitler

François Hollande grimé en Adolf Hitler à la une d'un hebdomadaire marocain paru jeudi. Un photomontage qui tombe sous le coup de la loi et qui pourrait, s'il ne faisait pas l'objet de poursuites judiciaires,[...]

Le patron du fisc marocain prend la tête de la CDG

Le nom du nouveau directeur général de la Caisse de dépôt et de gestion est désormais connu. Il s'agit d'Abdellatif Zaghnoun, actuel directeur général des impôts. Pur produit[...]

ONU : vers la délocalisation des négociations interlibyennes... en Libye ?

Les négociations interlibyennes, qui se déroulent actuellement à Genève, pourraient se délocaliser en Libye, du moins si les conditions de sécurité y sont "suffisantes",[...]

Abdellah Taïa, une errance parisienne

Tourmenté, l'écrivain Abdellah Taïa semble l'être autant que les personnages de son nouveau roman, une prostituée et un transsexuel exilés en France. Comme eux, il poursuit une longue[...]

Mohamedou Ould Slahi : je vous écris de Guantánamo

On l'a pris, à tort, pour un gros bonnet d'Al-Qaïda. Kidnappé dans sa Mauritanie natale, puis remis aux Américains, Mohamedou Ould Slahi croupit depuis 2002 dans la sinistre base cubaine. Dans un[...]

Goodluck, IBK, Kabila... Les grands absents du sommet de l'UA

Ils sont restés chez eux, trop occupés par leurs affaires internes. Plusieurs poids lourds du continent ne seront pas sur la photo de famille du 24e sommet des chefs d'État et de gouvernement de l'Union[...]

Tunisie : la demi-surprise du chef

En désignant Habib Essid, un technocrate indépendant, au poste de Premier ministre, le président se prémunit contre l'accusation de monopolisation du pouvoir par un seul parti.[...]

Ramtane Lamamra : "Un accord de paix peut être signé au Mali dans moins de six mois"

Présent à Addis-Abeba pour le Sommet de l'Union africaine, le ministre algérien des Affaires étrangères et médiateur en chef des négociations de paix au Mali, Ramtane Lamamra, se[...]

Internet, mobiles, SMS : quand nos États misent sur la censure

En réponse aux dernières manifestations en RDC, le gouvernement congolais a censuré Internet et SMS. Un classique : avant lui, de nombreux gouvernements du continent avait utilisé le même[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers