Extension Factory Builder
12/09/2012 à 16:35
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Ces derniers temps, un mot s'invite dans toutes les conversations : indemnisation. Le sujet est récurrent, les raisons de l'évoquer, variées. Les Arméniens réclament toujours réparation, les ex-indigènes refusent d'effacer l'ardoise des méfaits de la colonisation, les Sud-Africains, eux, en sont encore à se débattre dans les litiges des terres spoliées, etc.

Et voici que surgissent d'autres dossiers. Les Sud-Coréens exigent aujourd'hui des Japonais le dédommagement des « femmes de réconfort » contraintes jadis de se prostituer pour leur armée, et l'aciériste sud-coréen Posco vient de débourser 10 milliards de wons (7 millions d'euros) au profit de ses compatriotes réduits au travail forcé entre 1910 et 1945. Sur ce, des esprits bien rusés se sont mis à réclamer des biens plus anciennement dérobés. Certains Grecs envisagent, paraît-il, d'exiger des compensations pour leur apport philosophique au monde entier. Ils ne voient pas pourquoi les Merkel et consorts rechignent à leur accorder un prêt qui ne serait qu'un juste retour pour les trésors mis à disposition par Platon et Cie. Les Israéliens ont failli quant à eux remonter jusqu'à Noé, mais ils se sont arrêtés au VIIe siècle, chez les Arabo-Musulmans, afin de réclamer réparation pour les torts infligés aux Hébreux depuis l'arrivée de l'islam. Voilà qui va faire plaisir à tous les Arabes qui considéraient les Juifs comme des compatriotes ayant toujours vécu parmi eux et « mangé de leur sel et de leur pain », selon l'expression locale consacrée...

Mais mon propos n'est pas de trancher entre ceux qui pensent que les Juifs ont bel et bien été spoliés et leurs contradicteurs persuadés que l'État d'Israël devrait commencer par indemniser les Palestiniens de toute une patrie. Je ne me formaliserai pas non plus de la réaction saoudienne à la demande israélienne et ne bougerai pas le petit doigt si l'on mettait des scellés sur leurs puits de pétrole. Moi, je regarde d'abord du côté du Maghreb. Et je guette l'arrivée des huissiers en kippa. J'ai quelque espoir pour les Marocains, ils trouveront des alliés parmi les Israélites natifs du royaume qui les défendront devant les instances internationales chargées du dossier. Je ne me fais pas de soucis non plus pour les Algériens : ils ont déjà conseillé à l'État juif d'aller se faire rembourser chez les Français !* Reste les Tunisiens. Pauvres d'eux ! Ils sont déjà appelés à mettre la main à la poche pour rembourser à coups de milliards les ministres et autres prisonniers de Ben Ali et de Bourguiba. Que leur restera-t-il si les Israéliens s'y mettent aussi ? De plus, cette histoire d'indemnisation donne des idées à toute la Tunisie : les spoliés de la colonisation, les martyrs du mouvement national, les paysans victimes de la politique des coopératives, les diplômés-chômeurs ayant payé en vain pour leurs études, et jusqu'à certains émigrés - comme votre humble serviteur - qui commencent à se demander s'ils n'ont pas à exiger, eux aussi, des compensations pour leur départ de leur pays d'origine. Pour quel motif ? Va bien falloir que j'en trouve un si je veux me faire indemniser moi aussi !

* juron algérien

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

POST-Sriptum Article suivant :
RDC : trouvailles kinoises

POST-Sriptum Article précédent :
Au fou, au fou, lâchez les chiens !

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Maghreb & Moyen-Orient

Nizar Mourabit : faux Marocain, vrai imposteur

Un politologue du nom de Nizar Mourabit sévit depuis quelques années au pays des tulipes. Il est apparu un jour sur la scène médiatique, ou plutôt il y a surgi, et n'a cessé de publ[...]

Algérie : Bouteflika à Grenoble, tempête dans un verre de thé

Prévu de longue date mais occulté par les autorités, le bref séjour d'Abdelaziz Bouteflika en France pour un contrôle médical de routine a - une fois de plus - alimenté[...]

Abdelfattah al-Sissi à Paris - Alain Gresh : "L'impression de revoir Moubarak reçu par Sarkozy"

Le directeur adjoint de la rédaction du mensuel français "Le monde diplomatique" et spécialiste du Moyen-Orient, Alain Gresh, répond aux questions de "Jeune Afrique" sur la visite[...]

Mauritanie : roulez jeunesse !

Kane Limam Monza est auteur-interprète et fondateur du festival Assalamalekoum. Être jeune, en voilà une chance pour nous autres. Forts, fiers et dynamiques... Telle devrait être la donne.[...]

Algérie : Chakib Khelil dans le collimateur égyptien

La justice égyptienne a lancé une commission rogatoire liée à une affaire de blanchiment d'argent présumé qui concerne Chakib Khelil, l'ancien ministre algérien de[...]

France : le message de François Hollande aux dirigeants africains tentés de s'accrocher au pouvoir

Lors d'un entretien télévisé diffusé jeudi, le président français, François Hollande, a adressé un message de bonne gouvernance aux dirigeants africains.[...]

Mauritanie : Mohamed Ould Abdelaziz droit dans ses bottes

Mohamed Ould Abdelaziz ne s'en laisse pas conter, délègue peu et décide tout seul. Portrait d'un omniprésident Mauritanien qui semble décidé à faire de la lutte contre la[...]

Danse : Hamid Ben Mahi, de la "hogra" à la révolution

Le chorégraphe français d'origine algérienne Hamid Ben Mahi évoque dans son nouveau spectacle, "La Hogra", les vexations qui ont servi de carburant aux révolutions arabes.[...]

Maroc - Minurso : Bolduc en stand-by

La nomination de la Canadienne Kim Bolduc à la tête de la Mission des Nations unies pour l'organisation d'un référendum au Sahara occidental (Minurso) n'est toujours pas validée par Rabat.[...]

Israël : Benyamin Netanyahou entre deux feux

Le Premier ministre israélien veut éviter une troisième Intifada tout en satisfaisant ses alliés qui le poussent à plus de fermeté. Pas simple.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces