Extension Factory Builder
11/09/2012 à 16:45
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Mardi 4 septembre : rendez-vous à l'Élysée avec un conseiller du président. Surtout, s'abstenir de donner son nom, sous peine d'être immédiatement démenti. Les consignes sont strictes au Château : ne pas recevoir de journaliste sans témoin, ne jamais accepter d'être cité. Ou alors, jurer à l'avance que l'entretien n'a jamais eu lieu. Moyennant cette piteuse promesse de ma part, notre interlocuteur se lâche : « On communique mal, on se tire dans les pattes, Montebourg ne supporte pas Moscovici, Cahuzac et Filippetti se connaissent trop pour ne pas se haïr, Fabius veut se débarrasser de Benguigui, Duflot a des états d'âme, Ayrault est tout sauf un patron, et le chef ne tranche ni les têtes ni les problèmes. Si Fillon prend l'UMP, on est morts en 2017 ! » Qui a dit que le « Hollande bashing » n'était qu'une mine stérile pour hebdos en mal de ventes ? Apparemment, c'est aussi une variante du masochisme.

Mercredi 5 septembre : pow-wow rédactionnel autour de la politique africaine de la France. Donc, trente ans jour pour jour après François Mitterrand, François Hollande se rendra lui aussi à Kinshasa, le temps d'un sommet. En octobre 1982, ils étaient dix-sept chefs d'État autour de Tonton et de son hôte, Mobutu. Seuls deux d'entre eux sont toujours aux affaires : Denis Sassou Nguesso le Congolais et Teodoro Obiang Nguema l'Équato-Guinéen. Combien seront-ils en octobre 2012 pour la Francophonie ? En attendant que le président normal délivre enfin son message africain, on navigue à vue sur une mer d'amateurisme. Que penser d'une Yamina Benguigui qui affirme (à J.A.) que les résultats des élections congolaises de 2011 ont été « validés par la communauté internationale », alors que la France de Sarkozy, l'Amérique d'Obama et l'Union européenne se sont contentées d'en « prendre acte » (en même temps que leurs distances) ? Ou d'un Jean-Christophe Cambadélis, favori pour la succession de Martine Aubry, qui tire à boulets rouges sur la néo-Françafrique en oubliant qu'il apporta son soutien à Laurent Gbagbo en pleine campagne électorale ? François, réveille-toi, ils ne savent plus ce qu'ils disent...

Jeudi 6 septembre : vues, les images d'Abdallah Senoussi, descendu d'un hélicoptère sur le tarmac de sa prison tripolitaine, avec une barbe qui rappelle celle de Saddam Hussein sorti de son trou à rats. Reste à débusquer Béchir Salah, que l'on dit caché quelque part entre Niamey et Pointe-Noire, et Moussa Koussa, terré dans une villa de Doha, pour que les principaux affidés de Kaddafi répondent enfin de leur passé devant le peuple libyen.

Vendredi 7 septembre : dans la plupart des pays du continent où J.A. est distribué, cette semaine aura été celle de la rentrée scolaire. « Pas d'élites, pas de problèmes », disaient les colons. Au spectacle de ce champ de ruines qu'est trop souvent l'éducation sur le continent, on se demande si ceux qui leur ont succédé ne partagent pas ce sentiment. Pas d'élites, pas de démocratie non plus. Excellent thème de dissertation pour l'élève Hollande au grand oral de Kinshasa.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Editorial suivant :
Algérie : belle endormie

Editorial précédent :
France : jamais contents !

Réagir à cet article

International

Une histoire du génocide rwandais (#4) : les écoutes bidons et le mythe de la guerre éclair du FPR

Une histoire du génocide rwandais (#4) : les écoutes bidons et le mythe de la guerre éclair du FPR

Dans ce quatrième billet consacré au déclenchement du génocide des Tutsis de 1994, Laurent Touchard* poursuit l'analyse des éléments brandis par les ex-partisans des Forces armées r[...]

Mali : le Mujao annonce la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal

Le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) a annoncé mardi la mort du Français Gilberto Rodrigues Leal, enlevé en novembre 2012 dans l'ouest du Mali. [...]

Inde : qui brisera la vague safran ?

Personne, sans doute. Face à un parti du Congrès à bout de souffle, les nationalistes hindous du BJP, qui ont choisi cette couleur pour emblème, ont toutes les chances de remporter les[...]

Le propos raciste qui fait du bien

Peut-on utiliser les clichés pour mieux les dynamiter ? Des étudiants français répètent les saillies caractéristiques du racisme ordinaire pour en souligner[...]

Justice : après Simbikangwa, qui ?

Patrick Baudouin est président d'honneur de la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH).[...]

Birmanie: Win Tin, figure de la lutte pour la démocratie, est décédé

Win Tin, emprisonné pendant 19 ans pour son combat contre l'ancienne junte birmane, est décédé lundi à l'âge de 84 ans, a indiqué la Ligue nationale pour la démocratie[...]

Les quatre journalistes otages en Syrie sont de retour en France

Libérés le 19 avril, les quatre journalistes qui avaient été faits otages en Syrie dix mois auparavant ont regagné la France dimanche. Ils ont décrit des conditions de détention[...]

France : François Hollande accueille les quatre journalistes libérés en Syrie

Les quatre journalistes français libérés samedi après dix mois d'une éprouvante captivité en Syrie aux mains d'un groupe jihadiste lié à Al-Qaïda, sont arrivés en[...]

Les quatre journalistes français otages en Syrie sont libres, retour d'ici dimanche matin

Les quatre journalistes français otages en Syrie depuis 10 mois ont été libérés samedi et sont "en bonne santé", a annoncé le président François Hollande,[...]

Chine : le baiser du Dragon

De Taïwan à Hong Kong et de Bangkok à Jakarta, la République populaire de Chine étend les tentacules de son économie surpuissante. Beaucoup lui reprochent d'avoir l'affection un brin[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces