Extension Factory Builder
11/09/2012 à 16:45
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Mardi 4 septembre : rendez-vous à l'Élysée avec un conseiller du président. Surtout, s'abstenir de donner son nom, sous peine d'être immédiatement démenti. Les consignes sont strictes au Château : ne pas recevoir de journaliste sans témoin, ne jamais accepter d'être cité. Ou alors, jurer à l'avance que l'entretien n'a jamais eu lieu. Moyennant cette piteuse promesse de ma part, notre interlocuteur se lâche : « On communique mal, on se tire dans les pattes, Montebourg ne supporte pas Moscovici, Cahuzac et Filippetti se connaissent trop pour ne pas se haïr, Fabius veut se débarrasser de Benguigui, Duflot a des états d'âme, Ayrault est tout sauf un patron, et le chef ne tranche ni les têtes ni les problèmes. Si Fillon prend l'UMP, on est morts en 2017 ! » Qui a dit que le « Hollande bashing » n'était qu'une mine stérile pour hebdos en mal de ventes ? Apparemment, c'est aussi une variante du masochisme.

Mercredi 5 septembre : pow-wow rédactionnel autour de la politique africaine de la France. Donc, trente ans jour pour jour après François Mitterrand, François Hollande se rendra lui aussi à Kinshasa, le temps d'un sommet. En octobre 1982, ils étaient dix-sept chefs d'État autour de Tonton et de son hôte, Mobutu. Seuls deux d'entre eux sont toujours aux affaires : Denis Sassou Nguesso le Congolais et Teodoro Obiang Nguema l'Équato-Guinéen. Combien seront-ils en octobre 2012 pour la Francophonie ? En attendant que le président normal délivre enfin son message africain, on navigue à vue sur une mer d'amateurisme. Que penser d'une Yamina Benguigui qui affirme (à J.A.) que les résultats des élections congolaises de 2011 ont été « validés par la communauté internationale », alors que la France de Sarkozy, l'Amérique d'Obama et l'Union européenne se sont contentées d'en « prendre acte » (en même temps que leurs distances) ? Ou d'un Jean-Christophe Cambadélis, favori pour la succession de Martine Aubry, qui tire à boulets rouges sur la néo-Françafrique en oubliant qu'il apporta son soutien à Laurent Gbagbo en pleine campagne électorale ? François, réveille-toi, ils ne savent plus ce qu'ils disent...

Jeudi 6 septembre : vues, les images d'Abdallah Senoussi, descendu d'un hélicoptère sur le tarmac de sa prison tripolitaine, avec une barbe qui rappelle celle de Saddam Hussein sorti de son trou à rats. Reste à débusquer Béchir Salah, que l'on dit caché quelque part entre Niamey et Pointe-Noire, et Moussa Koussa, terré dans une villa de Doha, pour que les principaux affidés de Kadhafi répondent enfin de leur passé devant le peuple libyen.

Vendredi 7 septembre : dans la plupart des pays du continent où J.A. est distribué, cette semaine aura été celle de la rentrée scolaire. « Pas d'élites, pas de problèmes », disaient les colons. Au spectacle de ce champ de ruines qu'est trop souvent l'éducation sur le continent, on se demande si ceux qui leur ont succédé ne partagent pas ce sentiment. Pas d'élites, pas de démocratie non plus. Excellent thème de dissertation pour l'élève Hollande au grand oral de Kinshasa.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Editorial suivant :
Algérie : belle endormie

Editorial précédent :
France : jamais contents !

Réagir à cet article

International

Théâtre : la misère affective du déraciné par Elise Chatauret

Théâtre : la misère affective du déraciné par Elise Chatauret

Dans Nous ne sommes pas seuls au monde, l'auteure et metteuse en scène Élise Chatauret évoque le déracinement affectif d'un exilé africain.[...]

Le corps du Français Hervé Gourdel, décapité en Algérie, sera rapatrié lundi

Le corps du touriste français Hervé Gourdel, enlevé puis décapité fin septembre par des jihadistes algériens, doit être transféré lundi vers la France, douze jours[...]

France : presque autant d'actes antimusulmans depuis le 7 janvier que pour toute l'année 2014

Avec 128 faits recensés en deux semaines, les actes antimusulmans sont presque aussi nombreux depuis l'attentat contre Charlie Hebdo que pour toute l'année 2014.[...]

La guerre du sacré n'aura pas lieu

Dans les banlieues françaises ou à Casablanca, au Caire, à Islamabad ou à Tataouine, Charlie Hebdo n'a pas bonne presse. À cause, bien sûr, des caricatures du prophète[...]

France : un élu porte plainte après avoir reçu une lettre d'insultes racistes

Jean Paul Makengo, élu à Toulouse dans le Sud de France, a porté plainte après avoir reçu une lettre d'insultes racistes début janvier.[...]

Santé : la lèpre persiste en Afrique

La lèpre persiste en Afrique En régression dans le monde depuis les années 2000, la lèpre, maladie inféodée à l'homme depuis l'Antiquité, stagne depuis dix ans. L'Afrique, [...]

France : le Conseil constitutionnel valide la déchéance de nationalité d'un jihadiste franco-marocain

Le Conseil constitutionnel a validé vendredi la déchéance de la nationalité française d'un jihadiste franco-marocain condamné pour terrorisme. Une décision qui était[...]

Venezuela : Nicolás Maduro, la tête dans le gaz

Alors que le Venezuela s'enfonce dans la crise, son président peine à trouver des soutiens. Et si la chute du pétrole précipitait la sienne ?[...]

Dix jours en France

La France vient de vivre dix journées d'une intensité dramatique sans précédent. Ses habitants ont eu l'impression d'avoir été les acteurs-spectateurs d'un film policier dont les[...]

Terrorisme en France : le jour d'après...

À gauche comme à droite, les responsables politiques ont réagi avec la gravité et la dignité requises aux attentats islamistes du 7 janvier. Du coup, leur image dans l'opinion[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers