Extension Factory Builder

Il n'y a pas de révolution sans iconoclaste

07/09/2012 à 11:02
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Omar Saghi est politologue et écrivain

Après le Mali, c'est donc au tour de la Libye de subir des assauts iconoclastes visant des tombeaux que la ferveur populaire entoure d'une aura mal venue aux yeux orthodoxes. La multiplication de tels actes ainsi que les appels pressants à d'autres destructions indiquent assez que le phénomène fait désormais système, et que les errements d'Ansar Eddine au Mali ne sont pas des exceptions.

La dimension religieuse est centrale, bien sûr. Au Maghreb et en Afrique occidentale, les réformateurs religieux, souvent - mais pas toujours - opposés à la présence coloniale française, firent de la lutte contre le culte des saints un préalable à toute renaissance culturelle et sociale. Abou Chouaïb Doukkali au Maroc, Ben Badis en Algérie, d'autres encore rompirent des lances contre les confréries, leurs pratiques et leurs accointances supposées avec l'impérialisme. Le tombeau, la bibliothèque sacrée, tel autre lieu consacré n'étaient pas, à leurs yeux, un patrimoine culturel, une mémoire historique cristallisée dans la pierre, mais le symbole d'un délitement social à combattre.

À la même époque, lors des années 1920, les Saouds, en arrachant aux Hachémites La Mecque et Médine, s'acharnèrent à détruire tout ce qui n'était pas explicitement voué au culte orthodoxe. Tombeaux, maisons des compagnons du Prophète, ex-voto de pèlerins et donations fastueuses furent détruits, et seule une ultime superstition arrêta le bras qui voulut réduire le tombeau du Prophète lui-même.

Cette passion iconoclaste n'est pas propre au sunnisme. L'iconoclastie orthodoxe et le protestantisme l'illustrèrent dans le cadre chrétien. Elle puise dans deux pulsions : une répugnance à mélanger au monothéisme savant des pratiques coutumières toujours soupçonnées de relents païens et superstitieux, et la volonté de revenir à la Lettre épurée de la foi, contre les intercessions des saints et les fioritures esthétiques qui s'interposent entre le croyant et son dieu.

Mais s'arrêter à cette explication théologique risque de laisser incompréhensibles les appels à la destruction qui se multiplient, aussi bien aux extrêmes du monde musulman - au Mali, en Afghanistan - qu'en son coeur historique - l'Égypte, l'Arabie saoudite...

Les révolutions n'aiment que les pages blanches. Le terme « vandalisme » associé à la destruction des monuments et oeuvres d'art date de la Révolution française. En s'attaquant aux atours du régime honni, ses palais et ses marbres, les révolutionnaires signifiaient leur désir d'un recommencement total. À côté des motivations théologiques indéniables, il y a aussi, sourd et mal exprimé, un tel souhait de violence culturelle chez les mouvements salafistes. Le pillage du musée de Bagdad en 2003 comme le saccage de plusieurs monuments par de jeunes Tunisiens en 2011 entretiennent avec les destructions des tombeaux au Mali et en Libye un rapport ambigu : les deux vandalismes, l'un spontané et émeutier, l'autre organisé et théologique, disent un même rejet de régimes qui privilégièrent l'administration des choses - les monuments, les musées, la « touristisation » du patrimoine - au gouvernement des hommes - la santé, l'éducation, la participation politique.

Car l'intérêt que l'opinion internationale porte au patrimoine mondial - tout récent, il date des années 1970 - s'enracine dans un terreau politique occidental qui satisfit d'abord les besoins économiques les plus primordiaux, et apporta des droits et des libertés, avant de s'atteler à la préservation du patrimoine.

En inversant les priorités, en plaçant plusieurs villes et lieux patrimoniaux sous l'égide de la communauté internationale, alors même que les populations croupissent dans la misère ou subissent la férule de régimes atroces, la diplomatie culturelle contemporaine conduit à de telles impasses.

Les salafistes posent les bonnes questions, mais y répondent vite et mal : dans un monde multipolaire, parmi des civilisations qui renaissent et réinterrogent leur histoire, les futurs partenaires internationaux sont appelés à un dialogue global, qui n'embrasse pas seulement d'étroites considérations muséologiques, mais le bien-être économique et politique des populations également. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Forum-Tribunes Article suivant :
Développement : vers une révolution verte

Forum-Tribunes Article précédent :
Burundi : connais-toi et change

Réagir à cet article

Maghreb & Moyen-Orient

Danse : Hamid Ben Mahi, de la 'hogra' à la révolution

Danse : Hamid Ben Mahi, de la "hogra" à la révolution

Le chorégraphe français d'origine algérienne Hamid Ben Mahi évoque dans son nouveau spectacle, "La Hogra", les vexations qui ont servi de carburant aux révolutions arabes.[...]

Maroc - Minurso : Bolduc en stand-by

La nomination de la Canadienne Kim Bolduc à la tête de la Mission des Nations unies pour l'organisation d'un référendum au Sahara occidental (Minurso) n'est toujours pas validée par Rabat.[...]

Israël : Benyamin Netanyahou entre deux feux

Le Premier ministre israélien veut éviter une troisième Intifada tout en satisfaisant ses alliés qui le poussent à plus de fermeté. Pas simple.[...]

Les chômeurs marocains bientôt indemnisés

C'est une première dans le royaume. Les chômeurs vont être indemnisés à partir du mois de décembre grâce à la nouvelle indemnité pour perte d'emploi (IPE).[...]

Maroc - Driss El Yazami : "Les pays du Sud deviennent des acteurs à part entière des droits de l'homme"

Le Maroc accueille du 27 au 30 novembre à Marrakech la deuxième édition du Forum mondial des droits de l'homme. Driss El Yazami, président du Conseil national des droits de l'homme (CNDH) et[...]

Mauritanie - Ely Ould Mohamed Vall : "L'insécurité est flagrante, le pays est en ébullition"

Le cousin et néanmoins grand rival du chef de l'État ne trouve rien de positif dans l'action du gouvernement. Et ne se prive pas de le faire savoir.[...]

Libye : la Banque centrale sous tutelle internationale ?

 Pour tenter de mettre fin à la guerre civile, l'ONU envisage de frapper les leaders des milices libyenes à la caisse.[...]

Égypte : 78 adolescents pro-Morsi condamnés à de la prison ferme

Soixante-dix-huit mineurs ont été condamnés mercredi en Égypte à des peines de 2 à 5 ans de prison parce qu'ils avaient manifesté pour réclamer le retour de l'ancien[...]

L'algérien Cevital va racheter le numéro deux italien de l'acier

Cevital a été retenu pour la reprise des aciéries Lucchini de Piombino, n° 2 en Italie.  Le groupe algérien a présenté un programme d'investissements de l'ordre de 400 millions[...]

Mauritanie : le front du refus se dégarnit

Les principaux adversaires du régime ont boycotté le dernier scrutin présidentiel. Atteints par la limite d'âge, ils ne pourront se présenter en 2019. Et, pour le moment, aucun dauphin ne[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces