Extension Factory Builder
03/09/2012 à 10:45
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Étrange pays que l'Algérie. La frontière entre quête de stabilité et léthargie y est aussi ténue que le cours d'un oued au début de l'été. Depuis 2011, le monde arabe évolue à vitesse grand V. Au Maroc, en Tunisie, en Libye ou en Égypte - pour ne point trop nous éloigner de notre belle endormie -, tout change. En Algérie, en revanche, rien ne bouge. Du moins en apparence, puisque même les plus fins connaisseurs de ce pays guère accessible au commun des mortels sont bien en peine de décrypter ce qui s'y passe. Et comme la communication n'est pas la qualité première de ses dirigeants...

On a longtemps expliqué cette « exception algérienne » par son histoire souvent tragique. Une sorte de vaccin antifièvre révolutionnaire favorisant un changement progressif, encadré, sans heurt ni violence... Oh, certes, pour préserver les fragiles équilibres d'un pays si souvent en proie à l'instabilité, Abdelaziz Bouteflika a toujours été un adepte de la politique des petits pas, mais à ce point ! Rien, pas un son, pas une image, pas un mouvement en provenance d'Alger, hormis les protestations feutrées - et passablement inquiétantes - d'une population confrontée à un été pénible, ponctué de coupures d'eau et de pannes d'électricité.

On attendait un nouveau gouvernement à l'issue des législatives du mois de mai ? Rien n'est venu. Sept ministres ont été contraints de quitter l'équipe au pouvoir pour respecter la règle du non-cumul des mandats. Ils n'ont toujours pas été remplacés. La future Constitution, annoncée pour la fin de 2012 ? La commission censée la rédiger n'est toujours pas en place. Le chef de l'État ? Une énigme, on ne l'entend ni ne le voit. Depuis le dernier scrutin, il n'a pas présidé un seul Conseil des ministres. Or son pouvoir est aujourd'hui tel que rien ne peut se faire sans son aval. Tout le monde est donc suspendu à ses lèvres. Qui demeurent désespérément closes.

Jadis en perpétuelle ébullition, ce pays donne l'impression de se recroqueviller sur lui-même, alors que ses enfants attendent que les choses changent, que sautent enfin les carcans politiques, sociaux ou culturels qui le paralysent et lui interdisent d'exploiter pleinement son formidable potentiel. Mais tout cela n'est peut-être qu'une impression trompeuse. Peut-être qu'en coulisses des promesses s'élaborent, que des remèdes se concoctent. Mais pourquoi n'en rien dire ? Le temps presse et la patience des Algériens, peu réputés pour leur stoïcisme, a des limites. Ils méritent, surtout, qu'on les rassure. Et qu'on éclaire leur avenir. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Editorial suivant :
Trois destins

Editorial précédent :
Bloc-note de rentrée

Réagir à cet article

Algérie

IIe guerre mondiale : les victoires oubliées des 'indigènes'

IIe guerre mondiale : les victoires oubliées des "indigènes"

Avant le grand débarquement, la reconquête des Alliés est amorcée par la Corse et l'Italie. Des batailles aussi épiques que méconnues menées par les "indigènes&qu[...]

IIe guerre mondiale : les tirailleurs africains, ces héros de l'ombre

De Provence jusqu'en Alsace, des milliers de soldats venus des colonies sont morts pour libérer la France. Soixante-dix ans plus tard, Paris leur rend hommage. Une douzaine de chefs d'État africains devraient[...]

Youb Lalleg, tirailleur algérien : "La France m'a maltraité en retour"

L'Algérien Youb Lalleg, 95 ans, s'était engagé volontairement dans l'armée française en 1941. Malgré les injustices subies et la répression dont il a été[...]

Mali : les négociations de paix d'Alger reportées au 1er septembre

Après une première phase préparatoire en juillet, les pourparlers entre le gouvernement malien et les groupes armés vont reprendre le 1er septembre à Alger et non plus le 17 août comme[...]

Histoire : Alger, capitale de la résistance française

Alors qu'on célèbre, le 15 août, les 70 ans du débarquement de 1944 en Provence, auquel ont participé des milliers de combattants issus de l'empire colonial français, retour sur un[...]

Tirailleurs : le chagrin des indigènes

Tierno Monénembo est un écrivain guinéen, Prix Ahmadou-Kourouma 2012 pour Le Terroriste noir, sur Addi Bâ, héros méconnu de la Résistance..[...]

L'Algérie et le Maroc intensifient la lutte contre le trafic d'essence transfrontalier

Depuis le début de l'année, quelque 500 000 litres de carburant algérien destinés à l'exportation frauduleuse vers le Maroc ont été saisis par les gendarmes. La lutte s'intensifie[...]

Amor Hakkar, "La preuve" et le choix d'Ali

Accusé d'être le père d'un enfant conçu hors mariage, un Algérien hésite à avouer sa stérilité. Le considérera-t-on toujours comme un homme ?[...]

Le Maghreb des misogynes

Dignes descendantes des moudjahidate algériennes, nobles battantes du Maroc, filles de Bourguiba, vous pouvez être fières de vos élus ! Si, si. Je vais vous donner trois exemples qui vont vous[...]

Ramtane Lamamra : "L'Algérie est là pour régler les différends, pas pour les exacerber"

Catastrophe du vol AH 5017, négociations intermaliennes, relations avec le Maroc et la France, situation à Gaza, participation de l'armée nationale au défilé du 14 Juillet à[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers