Extension Factory Builder
30/08/2012 à 10:22
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Kinshasa est une ville ingénieuse. Ici, les hommes ne se laissent pas abattre par l'adversité. Ils inventent sans cesse de nouvelles façons de vivre pour tirer leur épingle du jeu. Ils créent, ainsi, de nouveaux « métiers », aussi inattendus les uns que les autres. Même la mort est exploitée à très bon escient. Quiconque n'a pas oublié ses classiques africains se souvient de ce poème du Sénégalais Birago Diop qui rappelle que « les morts ne sont pas morts ». Ils nous voient et veillent sur nous. À l'époque, le membre le plus ancien de la famille se chargeait d'organiser, à la nuit tombante, un rituel d'offrandes. C'était un pauvre poulet qu'on égorgeait. Une fois cuisiné, on en retirait quelques morceaux qu'on plaçait sur un « autel » minuscule avec quelques petites boules de manioc au maïs en évoquant le nom de l'ancêtre concerné par la sollicitation familiale. Il est vrai que tout cela finissait dans la gueule de quelque chien indélicat, bête et méchant. Le reste remplissait nos ventres de bonheur. Les morts ne sont pas morts, tel est notre credo.

Kinshasa, dans sa grande ingéniosité, a trouvé une nouvelle façon de pleurer les chers disparus. Les deuils et les veillées funèbres ont cessé d'être des actes privés concernant uniquement les familles éprouvées pour devenir collectifs.

Jadis, on pleurait les morts dans l'intimité familiale, sur le lieu où le trépassé, avant de monter au ciel ou d'échouer chez Lucifer, selon les croyants, avait laissé s'écouler sa triste vie terrestre. Aujourd'hui, les cérémonies ont lieu dans les mairies ou dans des salles « spécialisées ». Une fois la levée de corps effectuée, le défunt est conduit par les pompes funèbres dans la cour de la mairie. La famille a déjà loué un catafalque où il sera exposé, des chaises ont été installées, où viendront s'asseoir ses proches, amis et connaissances. Sauf qu'il n'est pas seul : il partage cet espace payé en dollars avec d'autres morts. Chaque famille a le droit d'agir comme elle l'entend pour rendre un dernier hommage à l'être cher. Le plus déroutant reste le moment où chaque famille décide de jouer des musiques de circonstance, à un volume de décibels digne des boîtes de nuit. L'enfer sur terre !

Dans cette cacophonie organisée, ceux qui n'ont pas vu le mort pour lequel ils sont venus errent d'un cadavre à l'autre. Les marchands ambulants circulent entre les corps, vendant des oeufs bouillis, des mouchoirs jetables, des bonbons, des cigarettes et même de la nourriture cuisinée ! L'ambiance n'est pas triste, comme cela aurait dû l'être. Les vendeurs autoproclamés de couronnes mortuaires artificielles rôdent tels des charognards pour réaliser de belles affaires. Les dragueurs repèrent leurs proies, avant d'aller prendre une bière bien fraîche dans le bar d'à côté. À Kinshasa, pardieu, les morts meurent mille fois !

J'ai voulu savoir pourquoi les pratiques sociales liées à la mort avaient ainsi changé dans cette ville tentaculaire. Quelqu'un m'a dit que c'était pour éviter les vives disputes familiales portant sur les biens laissés par le défunt. En général, ces querelles surgissent lorsque la famille élargie de l'intéressé s'arroge le droit de déshériter la veuve et les orphelins. Mais cela vaut-il ces veillées funèbres, ces deuils dénaturés qui engraissent les bourgmestres, les pompes funèbres et tous les autres marchands ? Je laisse les morts répondre.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Sur le m�me sujet
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

POST-Sriptum Article suivant :
Bisbilles burundaises

POST-Sriptum Article précédent :
Indemnisez-moi !

Réagir à cet article

RD Congo

RDC : bye-bye groupes armés, bonjour groupes miniers

RDC : bye-bye groupes armés, bonjour groupes miniers

Reconquête des sites d'extraction, transformation sur place des minerais précieux... Pour en finir avec les trafics et attirer les investisseurs, Kinshasa, aidé par l'ONU, emploie les grands moyens.[...]

RDC : Chez Ntemba, l'empire de la nuit version Augustin Kayembe

Le Lushois Augustin Kayembe règne sur une quarantaine de night-clubs à travers le continent. Son enseigne, Chez Ntemba est devenue une institution. Plongée dans l'univers des boules à facettes.[...]

RDC : Goma, une ville au purgatoire

Jadis, Goma était un paradis. Depuis que la rébellion du M23 a été vaincue, la capitale provinciale sort de l'enfer. L'activité économique redémarre, mais la population[...]

RDC : le remaniement, beaucoup de bruit pour rien ?

Il aura fallu attendre plus d'un an le remaniement annoncé en octobre 2013. Au final, peu de surprises. Joseph Kabila s'est bien gardé de donner des indices sur ses intentions pour 2016.[...]

RDC : Katumbi, le retour

Après avoir soigné pendant deux mois à Londres les séquelles d'une tentative d'empoisonnement à l'arsenic remontant à 2011, Moïse Katumbi, le gouverneur du Katanga,[...]

Classement 2014 : Algérie, Tunisie et Sénégal au sommet des sélections africaines de foot

Après l’Égypte (2010), la Côte d’Ivoire (2011), la Zambie (2012) et le Nigeria (2013), l’Algérie, huitième de finaliste de la Coupe du monde et facilement qualifiée pour[...]

Hervé Ladsous : "En Centrafrique, il faut des autorités nouvelles issues d'élections avant août 2015"

Présent au forum international de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique (15 et 16 décembre), Hervé Ladsous, secrétaire général adjoint aux opérations de[...]

RDC : on marche sur la tête !

Mais à qui pensait donc Joseph Kabila lorsqu'il a prononcé cette petite phrase - c'était à Dakar, le 29 novembre, lors du sommet de la Francophonie : "Nous sommes nombreux qui, si[...]

RDC : Anderlecht refuse de laisser N'Sakala jouer la CAN

Né en France mais d’origine congolaise (RDC), Fabrice N’Sakala avait effectué les démarches pour porter le maillot des Léopards. Mais Anderlecht, le club belge qui l’emploie, lui a[...]

Internet : Bouteflika, Kabila, Bongo... Noms de domaines en solde !

Alibongo.com, josephkabila.com, abdelazizbouteflika.com… Des noms de domaine de premier niveau (les .com) de certains chefs d'État africains qui n'ont pas eu la diligence de les réserver à temps sont en[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers