Extension Factory Builder

UMA - Youssef Amrani : "Le dossier du Sahara ne doit plus bloquer le processus"

05/09/2012 à 18:05
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Longtemps en poste en Amérique latine, le diplomate cite le Mercosur en exemple. Longtemps en poste en Amérique latine, le diplomate cite le Mercosur en exemple. © Secrétariat de l'Union pour la Méditerranée.

Le sommet de l'Union du Maghreb arabe (UMA) se tiendra à Tunis en fin d'année. Une première depuis 1994. Le ministre marocain délégué aux Affaires étrangères, Youssef Amrani, revient sur le contexte de cette relance.

Plus de vingt-trois ans après sa création, l'Union du Maghreb arabe (UMA) pourrait-elle sortir de l'impasse ? Pour le diplomate tangérois Youssef Amrani, 58 ans, ministre délégué aux Affaires étrangères et à la Coopération, les changements survenus dans la région sont l'occasion ou jamais de pallier le manque d'intégration qui, depuis des années, coûte si cher au Maghreb.

Jeune Afrique : Pourquoi, selon vous, la relance de l'Union du Maghreb arabe a-t-elle des chances d'aboutir ?

Youssef Amrani : La plupart de nos pays connaissent une transition démocratique et nous devons saisir cette occasion pour accélérer les réformes politiques, juridiques et économiques nécessaires à la relance de l'intégration régionale. En construisant un ensemble cohérent et doté d'un environnement des affaires conformes aux standards internationaux, nous pourrons développer le commerce entre nos pays et attirer les investisseurs.

Dans le cadre du sommet des chefs d'État et de gouvernement de l'UMA que nous sommes en train de préparer et qui devrait se tenir à Tunis en fin d'année, nous avons trois priorités : la libre circulation des capitaux et des hommes, la mise en place d'une zone de libre-échange et la création d'instruments juridiques et financiers pour accompagner les investissements.

Le différend maroco-algérien sur le Sahara ne continuera-t-il pas à freiner le processus ?

Il ne devrait plus être un obstacle à l'évolution d'autres problématiques. Prenez l'exemple des pays d'Amérique latine, leurs divergences politiques ne les ont pas empêchés de construire des organisations régionales fortes comme le Mercosur.

Sur la question du Sahara, nous avons besoin d'un nouveau médiateur onusien afin de reprendre les négociations et de parvenir à une solution mutuellement acceptable basée sur l'esprit de compromis et le réalisme. En ce sens, le Maroc propose de discuter sur la base d'une large autonomie du Sahara.

Nos pays représentent un marché potentiel de 130 millions d'habitants.

Voyez-vous un avenir à l'Union pour la Méditerranée (UPM), dont vous étiez le secrétaire général jusqu'en janvier ?

L'UPM est peut-être arrivée trop tôt. Les blocages politiques, notamment après les événements de Gaza et du Printemps arabe, ont retardé sa mise en oeuvre. Mais aujourd'hui les Européens ont tout intérêt à relancer le processus : les pays du sud de la Méditerranée représentent un marché potentiel de 130 millions d'habitants, avec des économies qui continuent d'enregistrer des taux de croissance soutenus. L'UPM doit en revanche se consacrer aux grands chantiers d'intégration, comme l'autoroute du Maghreb ou les échanges universitaires, et laisser les questions politiques à des structures plus appropriées, telles les Nations unies, les organisations régionales ou encore des enceintes plus informelles, comme le dialogue 5+5 [qui réunit Algérie, Libye, Maroc, Mauritanie, Tunisie et Espagne, France, Italie, Malte, Portugal, NDLR].

Avec la crise économique, l'Europe ne risque-t-elle pas de se replier sur elle-même ?

L'Union européenne a commencé à revoir sa politique de voisinage. Autrefois, près de deux tiers des aides européennes allaient vers le sud de la Méditerranée et un tiers vers les pays d'Europe de l'Est. Aujourd'hui, la répartition tend vers les 50-50. À nous d'accélérer la relance de l'UMA pour proposer à nos partenaires européens une zone attractive où ils pourront négocier de bloc à bloc. Il est aussi de leur intérêt de nous aider à nous développer pour juguler la pression migratoire et bénéficier de notre croissance. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maghreb & Moyen-Orient

Nizar Mourabit : faux Marocain, vrai imposteur

Un politologue du nom de Nizar Mourabit sévit depuis quelques années au pays des tulipes. Il est apparu un jour sur la scène médiatique, ou plutôt il y a surgi, et n'a cessé de publ[...]

Algérie : Bouteflika à Grenoble, tempête dans un verre de thé

Prévu de longue date mais occulté par les autorités, le bref séjour d'Abdelaziz Bouteflika en France pour un contrôle médical de routine a - une fois de plus - alimenté[...]

Abdelfattah al-Sissi à Paris - Alain Gresh : "L'impression de revoir Moubarak reçu par Sarkozy"

Le directeur adjoint de la rédaction du mensuel français "Le monde diplomatique" et spécialiste du Moyen-Orient, Alain Gresh, répond aux questions de "Jeune Afrique" sur la visite[...]

Mauritanie : roulez jeunesse !

Kane Limam Monza est auteur-interprète et fondateur du festival Assalamalekoum. Être jeune, en voilà une chance pour nous autres. Forts, fiers et dynamiques... Telle devrait être la donne.[...]

Algérie : Chakib Khelil dans le collimateur égyptien

La justice égyptienne a lancé une commission rogatoire liée à une affaire de blanchiment d'argent présumé qui concerne Chakib Khelil, l'ancien ministre algérien de[...]

France : le message de François Hollande aux dirigeants africains tentés de s'accrocher au pouvoir

Lors d'un entretien télévisé diffusé jeudi, le président français, François Hollande, a adressé un message de bonne gouvernance aux dirigeants africains.[...]

Mauritanie : Mohamed Ould Abdelaziz droit dans ses bottes

Mohamed Ould Abdelaziz ne s'en laisse pas conter, délègue peu et décide tout seul. Portrait d'un omniprésident Mauritanien qui semble décidé à faire de la lutte contre la[...]

Danse : Hamid Ben Mahi, de la "hogra" à la révolution

Le chorégraphe français d'origine algérienne Hamid Ben Mahi évoque dans son nouveau spectacle, "La Hogra", les vexations qui ont servi de carburant aux révolutions arabes.[...]

Maroc - Minurso : Bolduc en stand-by

La nomination de la Canadienne Kim Bolduc à la tête de la Mission des Nations unies pour l'organisation d'un référendum au Sahara occidental (Minurso) n'est toujours pas validée par Rabat.[...]

Israël : Benyamin Netanyahou entre deux feux

Le Premier ministre israélien veut éviter une troisième Intifada tout en satisfaisant ses alliés qui le poussent à plus de fermeté. Pas simple.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces