Extension Factory Builder

Syrie : Lakhdar Brahimi, sur le chemin de Damas

29/08/2012 à 12:59
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Lakhdar Brahimi, successeur de Koffi Annan à Paris, le 19 août. Lakhdar Brahimi, successeur de Koffi Annan à Paris, le 19 août.

Liban, Irak, Afghanistan... Lakhdar Brahimi est l'homme des missions impossibles. Nommé médiateur de l'ONU en Syrie, le diplomate algérien est peut-être confronté au plus grand défi de sa carrière.

«Êtes-vous confiant ? » « Non ! » Interrogé sur les chances de succès de sa mission en Syrie, Lakhdar Brahimi, le nouveau médiateur de l'ONU et de la Ligue arabe, ne s'est pas embarrassé de formules diplomatiques. Son non catégorique en dit long sur l'homme. Diplomate dans l'âme, Brahimi, 78 ans, est d'abord un militant, c'est-à-dire quelqu'un qui « fait le boulot » avec abnégation et lucidité. Avant d'accepter sa mission, il a exigé et obtenu que sa nomination émane de l'ensemble du Conseil de sécurité.

Sa vocation est précoce. La guerre d'Algérie, déclenchée le 1er novembre 1954, dure depuis deux ans lorsque le FLN décide la grève générale des universités. Brahimi interrompt ses études de droit et de sciences politiques à Paris. Il devient, à 22 ans, ambassadeur de l'Algérie combattante en Indonésie.

Il sera ensuite le premier ambassadeur de l'Algérie indépendante auprès de l'Égypte de Nasser. Ami du raïs, qui l'invite parfois à assister aux réunions de son gouvernement, le diplomate détonne dans le paysage. Il ne porte pas de cravate, arbore une barbe de trois jours, parle un arabe sans fioritures. C'est après le coup d'État du 19 juin 1965 qu'il donne toute la mesure de son talent. Pour Nasser, Ahmed Ben Bella incarnait le prolongement au Maghreb de son propre régime. Il a donc peu de sympathie pour son « tombeur », Houari Boumédiène. Brahimi accomplit un miracle : la normalisation rapide des relations bilatérales.

Ami Mehdi Ben Barka

Au cours de ses années égyptiennes, Brahimi a acquis une vaste connaissance de la région, de ses leaders et de ses conflits. Cette connaissance lui sera précieuse lorsque, numéro deux de la Ligue arabe, il réussit à mettre fin à la guerre du Liban (accords de Taëf en 1989). Dans cette entreprise, il bénéficie du soutien crucial de l'Arabie saoudite et de l'aide efficace de Hassan II. Un détail : Brahimi était l'ami d'un certain Mehdi Ben Barka et c'est chez lui, à l'ambassade d'Algérie au Caire, que le chef de l'opposition marocaine passa la nuit avant de se rendre à son rendez-vous fatidique à Paris...

La science arabe, chez Brahimi, se double d'une science onusienne. Il ne s'est consacré à son propre pays qu'une seule année, en 1991, lorsqu'il en dirigea la diplomatie. Le reste du temps, il est en première ligne sur tous les fronts où l'ONU est engagée : Afrique du Sud, Haïti, Nigeria, Cameroun, Burundi, Soudan, Irak... En 1997, il est son représentant spécial en Afghanistan. En conflit ouvert avec le gouvernement pakistanais, il démissionne deux ans plus tard. Ce qui ne l'empêche pas de revenir en 2001 pour organiser la Loya Jirga (conférence nationale) qui aboutit à l'installation au pouvoir de Hamid Karzaï. En 2000, il avait publié un rapport sur la refonte des opérations de paix.

Le diplomate fait partie des Elders, un groupe de faiseurs de paix réunis sous l'égide de Nelson Mandela qui interviennent dans les zones de tension en livrant leur diagnostic en toute indépendance. Animé par Desmond Tutu, ce cercle compte parmi ses membres Kofi Annan, Richard Branson ou Mary Robinson. Brahimi appartient à un autre groupe, informel celui-là, composé du Français Hubert Védrine, de l'Espagnol Miguel Ángel Moratinos et du Libanais Ghassan Salamé. Ces quatre hommes, éloignés des affaires, continuent à s'intéresser de très près aux conflits qui déchirent le monde. Tous enseignent à Sciences-Po Paris. Maintenant que l'un d'eux a repris du service, les trois autres ne manqueront pas de suivre de près sa mission en Syrie. Et, s'ils ont des idées, ils ne les garderont certainement pas pour eux. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maghreb & Moyen-Orient

Libye : au moins sept soldats tués dans l'Est

Libye : au moins sept soldats tués dans l'Est

L'est de la Libye a connu au moins sept nouvelles victimes parmi les soldats libyens, selon une annonce de l'armée jeudi.[...]

Irak - Syrie : vol au-dessus d'un nid de voyous

Les avions de la coalition internationale formée par Obama bombardent les positions des jihadistes de l'État islamique en Irak et en Syrie. Au risque d'attiser les tensions intercommunautaires. Et pas [...]

Diaporama : les 15 leaders religieux africains les plus influents

Qu'ils soient animistes, chrétiens ou musulmans, les leaders religieux du continent possèdent souvent une influence considérable sur les plans politique et économique. Connaissez vous les plus[...]

Carte interactive : où et quand se tiennent les élections de 2015 en Afrique

Du Nigeria au Burundi en passant par la Côte d'Ivoire et la Centrafrique, les élections présidentielles, législatives et locales sont nombreuses en 2015 sur le continent africain. "Jeune[...]

Égypte : 10 à 15 ans de prison pour 68 partisans de Mohamed Morsi

La justice égyptienne a condamné mercredi 63 partisans de Mohamed Morsi à 15 ans de prison. 5 autres ont écopé d'une peine de 10 ans de détention.[...]

Hanane Lamgharraze : la mariée était en blanc

Jeune patronne d'Oriental Wedding, cette créatrice propose ses caftans aux Franco-Maghrébines à la recherche de robes de mariage traditionnelles... et modernes.[...]

Libye : Mahmoudi sous haute protection

Abdelhakim Belhaj, l'ex-jihadiste libyen réfugié en Turquie, assure que l'ancien Premier ministre de Kadhafi, Baghdadi Mahmoudi, peut compter sur sa protection. Celui-ci est détenu depuis juin 2012 à[...]

Algérie : Jund al-Khilafa, des "soldats" pas si inconnus

Qui sont les terroristes de Jund al-Khilafa, qui ont exécuté l'otage français Hervé Gourdel ? Leur chef, Abdelmalek Gouri, a fait allégeance à l'État islamique.[...]

Maroc : pour "l'enfant sans visage", l'espoir renaît grâce à des médecins australiens

Né défiguré suite à une complication prénatale empêchant ses os de se former normalement, le petit Marocain de trois ans surnommé "l'enfant sans visage" va enfin pouvoir[...]

Maroc : Jamal Benomar... militant un jour, militant toujours

Des rangs de l'extrême gauche marocaine au monde feutré de l'ONU en passant par Amnesty, l'envoyé spécial de Ban Ki-moon au Yémen n'a jamais transigé avec ses convictions.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers