Extension Factory Builder

JO 2012 : Habiba et ses soeurs

13/08/2012 à 13:01
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Elle est tunisienne, jeune (28 ans), belle, et elle court comme le vent. Habiba Ghribi a, le 6 août, remporté la médaille d'argent du 3 000 m steeple aux Jeux olympiques de Londres, la première glanée par une femme dans l'histoire du pays. La performance de la native de Kairouan, sociétaire du club d'athlétisme de Franconville, dans la banlieue parisienne, conjuguée à sa plastique avantageuse que ne masque guère sa tenue succincte de reine du tartan, a pourtant suscité la polémique dans la Tunisie nouvelle.

Barbus et « sympathisants » islamistes, que la tolérance n'étouffe manifestement pas, déversent leur fiel, mais aussi leurs menaces, sur les réseaux sociaux. À les en croire, la place de Habiba n'est pas dans un stade, aux côtés d'une multitude d'hommes, mais dans une cuisine. Assimilée à un « bikini », la tenue qu'elle porte pour courir est pour eux une provocation insupportable. Et un sacrilège. Triste perception, qui rappelle les attaques des partisans du Front islamique du Salut (FIS) algérien contre Hassiba Boulmerka, la championne du début des années 1990. Vingt ans plus tard, certains en sont donc toujours au même point.

Le contexte de la victoire de Ghribi, qui n'a été accueillie à son retour à Tunis qu'en catimini, par le ministre des Sports et celle de la... Femme et de la Famille, n'est d'ailleurs pas anodin. Le 13 août, la Tunisie fêtera le cinquante-sixième anniversaire de l'adoption du code du statut personnel (CSP), alors qu'un projet d'article de la future Constitution - précisément l'article 27 - envisage de soumettre « la protection des droits des femmes et de leurs acquis » au « principe de complémentarité avec l'homme au sein de la famille ». Traduction : sans homme ou sans foyer familial, les femmes ne sont rien. Et avec, pas grand-chose. De simples « compléments », et, en aucun cas, des égales.

Les rédacteurs du projet ont dû oublier dans quel pays ils vivent. Les femmes tunisiennes, qui, rassurez-vous, cuisinent merveilleusement bien et savent tenir une maison, ont souvent été les premières dans bien d'autres domaines : première femme arabe médecin (en 1936), ministre (en 1983), commandant de bord (début des années 1980), militantes des droits de l'homme, etc. Or depuis la révolution - situation ô combien paradoxale -, Habiba et ses soeurs, guère soutenues, hélas, par les hommes, doivent se battre bec et ongles pour préserver leurs acquis. Habib Bourguiba, l'instigateur du CSP, doit se retourner dans sa tombe. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : 26 candidats en lice face à Marzouki pour la présidentielle du 23 novembre

Tunisie : 26 candidats en lice face à Marzouki pour la présidentielle du 23 novembre

L'Instance supérieure indépendante pour les élections (Isie) a dévoilé mardi les noms de 27 candidats retenus pour la présidentielle du 23 novembre en Tunisie.[...]

Tunisie - Troussier : "Il fallait que je quitte Sfax"

À peine trois mois après son arrivée à Sfax, Philippe Troussier (59 ans), quitte la Tunisie, après l’élimination samedi soir en demi-finale de la Ligue des champions face aux[...]

Tunisie : le procès en appel de deux policiers tunisiens reconnus coupables de viol reporté au 6 novembre

Le procès en appel de deux policiers tunisiens reconnus coupables d'avoir violé une jeune femme a été reporté au 6 novembre à la demande des avocats de la jeune femme.[...]

Démographie : si la Tunisie m'était comptée

Exode rural massif, baisse de la natalité, réduction de la taille des familles, boom de l'immobilier... Le recensement va-t-il orienter l'action du prochain gouvernement tunisien ?[...]

Maghreb : une lueur au bout du couloir de la mort

Au Maghreb, des centaines de détenus croupissent dans les prisons, attendant une hypothétique exécution. À moins que le parti des abolitionnistes ne l'emporte. Rendez-vous à Tunis les 25[...]

Amina Sboui : son "agression" par des salafistes à Paris était bien "un mensonge"

L’ancienne Femen, Amina Sboui a inventé son agression de juillet dernier par des salafistes à Paris. Un mensonge qui était avant tout un "appel au secours", avoue-t-elle au quotidien[...]

Immigration : mort à crédit en Méditerranée

Ils paient des passeurs sans scrupule à prix d'or pour traverser la Méditerranée. Cette année, trois mille migrants ont perdu la vie dans ce voyage. Un commerce lucratif et un drame humain face[...]

Élections tunisiennes : guerre d'influence dans les médias

Profitant d'un flou juridique, plusieurs hommes d'affaires tunisiens ont investi dans les médias pour servir leur camp politique. Voire défendre leur propre candidature aux prochaines élections.[...]

Tunisie : à Gabès, le gouvernement bloque un projet de 25 millions d'euros et 300 emplois

Avec une relance en panne, la Tunisie multiplie les appels aux investisseurs étrangers. Mais le gouvernement ne donne pas toujours une suite positive aux projets, sans pour autant motiver son refus de manière[...]

Divergences jihadistes en Tunisie

Les dirigeants du mouvement jihadiste tunisien Ansar al-Charia se divisent sur l'opportunité d'une lutte armée en période pré-électorale. La base, elle, rêverait d'en découdre.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers