Extension Factory Builder

JO 2012 : Habiba et ses soeurs

13/08/2012 à 13:01
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Elle est tunisienne, jeune (28 ans), belle, et elle court comme le vent. Habiba Ghribi a, le 6 août, remporté la médaille d'argent du 3 000 m steeple aux Jeux olympiques de Londres, la première glanée par une femme dans l'histoire du pays. La performance de la native de Kairouan, sociétaire du club d'athlétisme de Franconville, dans la banlieue parisienne, conjuguée à sa plastique avantageuse que ne masque guère sa tenue succincte de reine du tartan, a pourtant suscité la polémique dans la Tunisie nouvelle.

Barbus et « sympathisants » islamistes, que la tolérance n'étouffe manifestement pas, déversent leur fiel, mais aussi leurs menaces, sur les réseaux sociaux. À les en croire, la place de Habiba n'est pas dans un stade, aux côtés d'une multitude d'hommes, mais dans une cuisine. Assimilée à un « bikini », la tenue qu'elle porte pour courir est pour eux une provocation insupportable. Et un sacrilège. Triste perception, qui rappelle les attaques des partisans du Front islamique du Salut (FIS) algérien contre Hassiba Boulmerka, la championne du début des années 1990. Vingt ans plus tard, certains en sont donc toujours au même point.

Le contexte de la victoire de Ghribi, qui n'a été accueillie à son retour à Tunis qu'en catimini, par le ministre des Sports et celle de la... Femme et de la Famille, n'est d'ailleurs pas anodin. Le 13 août, la Tunisie fêtera le cinquante-sixième anniversaire de l'adoption du code du statut personnel (CSP), alors qu'un projet d'article de la future Constitution - précisément l'article 27 - envisage de soumettre « la protection des droits des femmes et de leurs acquis » au « principe de complémentarité avec l'homme au sein de la famille ». Traduction : sans homme ou sans foyer familial, les femmes ne sont rien. Et avec, pas grand-chose. De simples « compléments », et, en aucun cas, des égales.

Les rédacteurs du projet ont dû oublier dans quel pays ils vivent. Les femmes tunisiennes, qui, rassurez-vous, cuisinent merveilleusement bien et savent tenir une maison, ont souvent été les premières dans bien d'autres domaines : première femme arabe médecin (en 1936), ministre (en 1983), commandant de bord (début des années 1980), militantes des droits de l'homme, etc. Or depuis la révolution - situation ô combien paradoxale -, Habiba et ses soeurs, guère soutenues, hélas, par les hommes, doivent se battre bec et ongles pour préserver leurs acquis. Habib Bourguiba, l'instigateur du CSP, doit se retourner dans sa tombe. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : le gouvernement Essid confronté à la fronde des enseignants

Tunisie : le gouvernement Essid confronté à la fronde des enseignants

Pas de chance pour le gouvernement Essid. Entre inondations au Nord-Ouest et revendications sociales au Sud, il débute son mandat dans un climat social perturbé. Mais les plus grosses turbulences proviennent des g[...]

Tunisie : génération électro, reportage au coeur d'une révolution musicale

En Tunisie, quelques milliers de jeunes se sont rassemblés le week-end des 21 et 22 février pour le festival des Dunes électroniques, à Nefta, dans le désert, à une heure de route de[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Tunisie : Moez Sinaoui, le porte-parole

Moez Sinaoui est directeur de communication et porte-parole de Béji Caïd Essebsi. C'est l'un des hommes forts du président. Portraits de ceux qui entourent et conseillent le nouveau locataire du palais de[...]

Tunisie : Rafaa Ben Achour, le légiste

Rafaa Ben Achour est conseiller de Béji Caïd Essebsi. C'est l'un des hommes forts du président. Portraits de ceux qui entourent et conseillent le nouveau locataire du palais de Carthage.[...]

Tunisie : Mohsen Marzouk, le stratège

Mohsen Marzouk est ministre conseiller en charge des affaires politiques de Béji Caïd Essebsi. C'est l'un des hommes forts du président. Portraits de ceux qui entourent et conseillent le nouveau locataire du[...]

Tunisie : Ridha Belhaj, le dircab

Ridha Belhaj est ministre directeur du cabinet de Béji Caïd Essebsi. C'est l'un des hommes forts du président. Portraits de ceux qui entourent et conseillent le nouveau locataire du palais de Carthage.[...]

Tunisie : les hommes du président Béji Caïd Essebsi

Conseillers, collaborateurs ou proches, ils bénéficient d'un accès direct au palais de Carthage. Et joueront un rôle clé dans le dispositif du nouveau chef de l'État.[...]

Tunisie : décès d'Abdelaziz Ben Dhia, ex-homme de confiance de Ben Ali

Abdelaziz Ben Dhia est décédé d’une longue maladie à Tunis, lundi 23 février, à l’âge de 79 ans.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces