Extension Factory Builder
14/08/2012 à 12:28
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

La ressemblance est frappante entre le derviche de Voltaire distillant sa sagesse et Cheikh Rached Ghannouchi, leader d'Ennahdha, qui, du haut de son minaret, se régale de l'exportation de sa révolution islamiste en Égypte et dans les contrées orientales. En ces journées de canicule, les Tunisiens subissent des coupures d'eau et d'électricité, ce qui fait dire à un malin observateur « on s'attendait à la coupure de la bière, on a eu la coupure de l'eau ».

Huit mois après leur intronisation, le président du gouvernement (Hamadi Jebali) et celui de la République (Moncef Marzouki) ne savent plus à quel saint se vouer. Le premier multiplie les lapsus linguæ, de son « sixième califat », formulé lors d'un discours à Sousse, à sa « dictature naissante » (au lieu de « démocratie naissante »), annoncée à l'ouverture du congrès de son parti Ennahdha en juillet. Comme le faisait jadis Ronald Reagan, M. Jebali parle sept fois avant de tourner une fois la langue dans sa bouche.

Le second, désormais locataire provisoire du palais de Carthage, congédie le gouverneur de la Banque centrale sans savoir pourquoi et sans qu'il fasse lui-même la différence entre PNB (produit national brut) et PIB (produit intérieur brut). Trois de ses proches conseillers ont déjà démissionné, sans oublier le ministre Mohamed Abbou, affilié au parti présidentiel. Le docteur Marzouki ne porte pas la cravate mais affectionne les voitures noires blindées et l'avion personnel de Ben Ali, dont il a fait sa deuxième résidence, sautant d'un aéroport à l'autre. Son cousin lointain, le poète populaire Ali Lassoued Marzouki, a dit à la télé : « Mon cousin est tombé dans une mare. » Les autres canards de la mare se disputent le leadership. Après avoir livré Baghdadi Mahmoudi, l'ancien Premier ministre de Kadhafi, à une « méchoui party » à Tripoli, ils s'entredéchirent, l'un accusant l'autre d'empiétement. Mais le docteur Mustapha Ben Jaafar (président de l'Assemblée constituante) se montre très docile face aux islamistes dans l'espoir d'accéder, le 20 mars prochain, au palais de Carthage grâce à leur appui.

Voici donc la Tunisie dirigée par deux médecins, mais qui se sent malade. De quoi ? De tout. Tel le tambour du village, le célèbre patient du docteur Knock, dans la pièce de Jules Romains, il ne sait pas encore si ça le chatouille ou si ça le grattouille... Le mal est partout : amas d'immondices dignes du Moyen Âge, constructions anarchiques, trottoirs défoncés, hausse des prix, insolence du citoyen (la mère du fameux Bouazizi a insulté un magistrat et s'est retrouvée en prison)... Les salafistes dictent leur loi à l'intérieur du pays. Dès que la police arrête l'un d'eux, la justice le libère le lendemain, au grand dam de la société. Leurs femmes, cachées sous le niqab, déboulent en ville comme des obus noirs bombardant un champ de jasmin.

Morale de l'histoire, dirait Candide : « On rêvait avec cette révolution de manger des mangues, on mange hélas des topinambours. » 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Forum-Tribunes Article suivant :
Algérie : 50 ans de théâtre sans épilogue

Forum-Tribunes Article précédent :
Développement : vers une révolution verte

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : pourquoi l’armée n’y arrive pas

Tunisie : pourquoi l’armée n’y arrive pas

Dans une enquête exclusive à paraître dans son numéro 2798, Jeune Afrique explique pourquoi l'armée tunisienne n'arrive pas à reprendre le contrôle du Mont Chaâmbi, foyer de l'[...]

Tunisie : 74 migrants venus de Libye recueillis par des pêcheurs

Des pêcheurs tunisiens ont recueilli jeudi soixante-quatorze migrants qui tentaient de gagner l'Italie depuis la Libye. Ils avaient erré cinq jours en mer.[...]

Diaporama : "Djerbahood", le street art s'invite en Tunisie

Cet été, des graffeurs du monde entier ont investi les ruelles d'Erriadh, une petite bourgade de l'île de Djerba, pour réaliser une expérience inédite de street art en Tunisie. Armés[...]

Tunisie : frictions entre la Défense et la présidence pour la succession du général Hamdi

La question de la succession du chef d'état-major de l'armée de terre, le général Mohamed Salah Hamdi, remplacé le 12 août par Ismaïl Fathalli, a opposé le président[...]

Douze chefs d'État africains avec Hollande aux cérémonies du débarquement en Provence

François Hollande accueille ce vendredi 13 chefs d'État, dont douze africains, à bord du Charles-de-Gaulle pour les commémorations du 70e anniversaire du Débarquement de Provence avec en point[...]

IIe guerre mondiale : les victoires oubliées des "indigènes"

Avant le grand débarquement, la reconquête des Alliés est amorcée par la Corse et l'Italie. Des batailles aussi épiques que méconnues menées par les[...]

Salma Hamza, architecte tunisienne : "La modernité peut très bien respecter le traditionnel"

L'architecte tunisienne Salma Hamza milite pour la réhabilitation des matériaux traditionnels. Et la restauration du patrimoine de son pays. Interview.[...]

Tunisie : des balles et des morsures

Depuis la révolution (des épines) du jasmin, les Tunisiens comptent plus de journées de deuil que de fêtes nationales (mises sous éteignoir), créant un climat[...]

Tunisie : Mondher Zenaidi va-t-il revenir sur la scène politique ?

Exilé volontaire à Paris depuis trois ans, l'ex-ministre du Commerce de Ben Ali reste populaire dans son fief de Kasserine comme dans les milieux destouriens. Cédera-t-il à la tentation de[...]

Tirailleurs : le chagrin des indigènes

Tierno Monénembo est un écrivain guinéen, Prix Ahmadou-Kourouma 2012 pour Le Terroriste noir, sur Addi Bâ, héros méconnu de la Résistance..[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex