Extension Factory Builder

Véronique Tadjo : "L'Afrique du Sud est un laboratoire en pleine ébullition"

15/08/2012 à 15:08
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
La romancière franco-ivoirienne Véronique Tadjo. La romancière franco-ivoirienne Véronique Tadjo. © Marc Shoul pour J.A.

Pour la romancière franco-ivoirienne Véronique Tadjo, l'Afrique du Sud est avant tout une "autre Afrique". Interview.

Née à Paris d'un père ivoirien et d'une mère française, Véronique Tadjo a ensuite grandi et étudié en Côte d'Ivoire, puis vécu aux États-Unis, au Mexique, au Nigeria, au Kenya et en Grande-Bretagne. Avant de s'installer en Afrique du Sud en 2007 pour diriger le département de français à l'université du Witwatersrand de Johannesburg. Poète, romancière, peintre et auteur de livres pour enfants, son sentiment sur l'Afrique du Sud est mêlé.

Jeune Afrique : Pourquoi êtes-vous venue en Afrique du Sud ?

Véronique Tadjo : Je suis un produit du voyage et j'ai toujours voulu connaître ce pays. J'aurais pu venir dès 2001, mais le passé douloureux de l'apartheid était encore trop récent.

Comment définissez-vous ce pays ?

C'est une autre Afrique, différente, qui vous oblige en permanence à vous remettre en question. Ce pays est en construction, l'histoire est récente et c'est une sorte de laboratoire en pleine ébullition. C'est différent du reste du continent, où c'est encore trop souvent le mode « un pas en avant, un pas en arrière » qui règne. Ici, on croise constamment des gens qui se battent pour construire un avenir, des idées neuves et des choses concrètes.

Pensez-vous qu'en choisissant de vivre et de travailler en Afrique du Sud vous participez à l'essor du continent ?

Absolument. Je suis africaine et je me sens panafricaniste. Vivre ici au moment où l'Afrique du Sud se bâtit est un vrai privilège. Ce qui se passe ici aura un impact sur tout le continent.

L'élection de la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma à la tête de l'Union africaine aura-t-elle un impact ?

Nous avons besoin d'une puissance régionale déployant une vision pour le continent. Le Nigeria pourrait tenir ce rôle, mais il a trop de problèmes internes. L'Afrique du Sud, elle, est en mesure de remplir cette fonction, mais je réfute l'idée qu'elle soit pour autant une puissance impérialiste. Même s'il est vrai que, lorsque la compagnie de téléphonie MTN lance une publicité en Côte d'Ivoire avec le slogan « Everywhere you go » (« partout où vous irez ») sans se soucier de le traduire, cela peut alimenter des réserves légitimes. La méfiance à l'égard du leadership sud-africain repose aussi sur la crainte réelle du « Blanc caché » : derrière les Noirs au pouvoir se cache un pouvoir économique afrikaner.

Comment interprétez-vous l'attitude de l'Afrique du Sud à l'égard du continent ?

Elle ne sait pas ce qu'elle veut. D'un côté elle souhaite le représenter dans les instances internationales et être un centre financier ; de l'autre, elle ne parvient pas à régler ses problèmes de xénophobie. Lorsque le gouvernement n'arrive pas à satisfaire les demandes de la population, la tension envers les étrangers est une diversion bien commode. Après les violences de 2008, il n'y a eu aucun procès, aucune volonté politique affichée de lutter contre ce fléau. C'est pour moi une grande déception. 

_______

Propos recueillis par Alexandra Duval-Smith

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Afrique du sud

Afrique du Sud : Twitter fustige la fille Zuma, devenue 'dircab' de ministère à 25 ans

Afrique du Sud : Twitter fustige la fille Zuma, devenue "dircab" de ministère à 25 ans

Depuis les révélations du "Mail and Guardian" le weekend dernier sur le parachutage de Thuthukile Zuma, la fille du président sud-africain, au poste de directeur de cabinet au ministère des T&[...]

Sida : la circoncision réduit aussi le risque de contamination des femmes

Recommandée par l'OMS dans 14 pays africains, la circoncision réduit les risques de contamination par le VIH pour les hommes. Une étude vient de démontrer que ce constat est également valable[...]

Nadine Gordimer l'Africaine

Décédée à l'âge de 90 ans le 13 juillet, la Prix Nobel de littérature aura été une militante antiapartheid de la première heure. Elle laisse une[...]

Nadine Gordimer : disparition d'une voyante

Cette femme déterminée représentait une face de l'Afrique du Sud dont elle donnait une vision sans concession. Tout en défendant une conception exigeante de l'écrivain.[...]

Nadine Gordimer : un si long chemin

L'auteure du Conservateur, Booker Prize 1974, a porté jusqu'au bout un rêve : celui du premier jour après le racisme.[...]

Nadine Gordimer, celle qui tient tête

Frêle mais jamais fragile, l'écrivaine engagée aura affiché une volonté à toute épreuve, refusant les faux-fuyants. Portrait.[...]

Omedeto Fugard, l'Afrique et la Fondation Zinsou !

Ou "bravo", en japonais... Pour la première fois, un créateur du continent, Athol Fugard, reçoit le "prix Nobel des arts". La Fondation Zinsou, au Bénin, est elle aussi[...]

Quand Nadine Gordimer invitait Jeune Afrique à dénoncer la pauvreté

Prix Nobel de littérature en 1991, la romancière sud-africaine Nadine Gordimer est décédée le 13 juillet à l'âge de 90 ans. Une figure de l'engagement contre l'appartheid dont[...]

L'Afrique du Sud honore son premier Mandela Day depuis la mort de l'icône

L’Afrique du sud fêtait vendredi l’anniversaire de Nelson Mandela, qui aurait eu 96 ans. Comme c’est désormais la tradition depuis 2010, chaque citoyen était invité à donner 67[...]

Afrique du Sud : Nadine Gordimer et la transition postapartheid

Prix Nobel de littérature en 1991, la romancière sud-africaine Nadine Gordimer est décédée le 13 juillet à l'âge de 90 ans. "Jeune Afrique" réedite une interview de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers