Extension Factory Builder

Présidentielle américaine : les vacances de M. Romney

06/08/2012 à 11:53
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Grande-Bretagne, Israël, Pologne... Le républicain Mitt Romney, adversaire de Barack Obama à la présidentielle de novembre prochain, est parti à la conquête des anciens amis de l'Amérique, quelque peu délaissés, paraît-il, depuis l'élection de ce dernier. Et de soutiens financiers, véritable nerf de la guerre en période de campagne. Normal, me direz-vous. Ce qui l'est moins, au-delà des quelques gaffes qui ont émaillé ses séjours londoniens et polonais, c'est son discours. Qui fait froid dans le dos et rappelle, certes de manière plus subliminale, les antiennes chères à celui que personne ne regrette : George W. Bush. Pour rappel, Romney a pris dans son équipe le très belliqueux John Bolton, ancien ambassadeur auprès des Nations unies de l'un des pires présidents des États-Unis.

Pour Romney, comme pour notre ex-fervent disciple de Mani, le monde se divise en deux camps : les bons et les méchants, c'est-à-dire les amis de l'Amérique et ses ennemis. Au programme, entre autres, s'il est élu et si on l'écoute : une guerre avec l'Iran, un conflit commercial avec la Chine et un bras de fer épique avec la Russie. Mais, comme l'explique Gideon Rachman, éditorialiste du Financial Times, « l'insistance d'Obama à recourir à la diplomatie [...] est préférable à une politique étrangère qui se réduit à vouloir "frapper les méchants". Parler aux Russes et tenter d'éviter la guerre avec l'Iran, ce n'est pas manquer de sens moral ni être faible. C'est simplement tenter de composer avec eux - sans se faire d'illusions sur la nature de ces régimes ».

Certains rétorqueront qu'il ne s'agit que de mots, destinés à séduire électeurs et bailleurs de fonds, mais aussi à asseoir une stature internationale guère étoffée. Ces mots sont cependant lourds de sens et constituent forcément les jalons d'une pensée. Ils ne disparaissent pas sitôt leur auteur arrivé à la Maison Blanche, d'autant qu'ils auront déterminé le choix des électeurs.

Romney aurait pu s'en tenir à ces postures de gorille à dos argenté très « reaganiennes », même si elles semblent peu adaptées au contexte actuel - l'Amérique n'est plus le maître d'un monde devenu multipolaire -, mais il est allé encore plus loin, en Israël, dans la provocation, la bêtise et le cynisme. « Jérusalem capitale de l'État hébreu », « Israël mérite un meilleur président qu'Obama »... Pis : il a expliqué que la domination économique d'Israël, comparé à la Palestine pour la circonstance, était essentiellement due à des différences culturelles ! Dommage que nous n'ayons pas notre mot à dire dans l'élection du dirigeant le plus puissant de la planète. Entre un homme réfléchi, ouvert au dialogue et honnête (même s'il n'a pas répondu à nos immenses attentes) et un mormon affairiste prêt à tout... Prions pour qu'Obama l'emporte.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Editorial suivant :
J.A. m'a tué

Editorial précédent :
JO 2012 : Habiba et ses soeurs

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

France : Nicolas Sarkozy visé par une nouvelle enquête

France : Nicolas Sarkozy visé par une nouvelle enquête

La justice française soupçonne l'UMP, le parti de l'ancien président français Nicolas Sarkozy, d'avoir financé illégalement une partie des prestations de la campagne électorale de s[...]

Gaza : les bombardements israéliens redoublent d'intensité

Les bombardements de l'armée israélienne sur la bande de Gaza se sont renforcés dans la nuit de lundi à mardi. Les désaccords restent profonds sur les termes d'un accord durable entre Israël[...]

Sommet US-Africa : Bloomberg sur le coup

La fondation de Michael Bloomberg, l'ancien maire de New York, déjà largement engagée sur le continent, coorganise le premier US-Africa Business Forum qui se tient début août à Washington.[...]

Russie : Poutine, paria en Europe... latin lover en Amérique du Sud

Après le crash du vol MH17 en Ukraine, Vladimir Poutine est en passe de devenir un paria en Europe... mais pas en Amérique du Sud. De La Havane à Brasília, le maître du Kremlin fait[...]

Milliardaires africains : l'argent ne fait pas le bonheur... des pauvres

La récente étude du Wealth Report sur la multiplication des milliardaires africains et le nouveau rapport du PNUD sur les mauvais résultats du continent en terme de développement humain ne sont pas[...]

L'analyse des boîtes noires du vol AH 5017 pourrait prendre "plusieurs semaines"

Selon Frédéric Cuvillier, secrétaire d'État français aux transports, l'analyse des boîtes noires de l'avion d'Air Algérie qui s'est écrasé jeudi dernier au Mali[...]

Ramadan 2014 : Aïd mabrouk !

Un peu partout dans le monde, les musulmans ont commencé à fêter l’Aïd el-Fitr, la fête de la fin du mois sacré de ramadan. Si certains ont débuté les festivités[...]

Vol AH 5017 : les deux boîtes noires transférées à Paris

Les deux boîtes noires de l'avion d'Air Algérie qui s'est écrasé au Mali ont été transférées dimanche soir de Bamako à Paris, où elles doivent être[...]

Vol AH 5017 : les enquêteurs au travail

Les experts enquêtant sur le crash d'un avion d'Air Algérie dans le nord du Mali poursuivaient dimanche leur travail dans une zone d'accès difficile où l'appareil s'est désintégré[...]

Football : indignation suite aux propos racistes de Carlo Tavecchio

Le monde du ballon rond en Italie est en pleine effervescence après des propos racistes tenus en fin de semaine par le favori au poste de président de la Fédération italienne de football, Carlo[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers