Extension Factory Builder
30/07/2012 à 09:50
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Le sommet des chefs d'État de la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (Cemac) tout juste achevé et le président de la Commission, Antoine Ntsimi, remercié après un ultime baroud que l'on peine à qualifier d'honneur et voici que ressurgissent les mêmes récriminations contre J.A., accusé d'avoir « mené campagne » contre une personnalité africaine et, en définitive, « obtenu sa tête », afin d'enrichir on ne sait quel tableau de chasse. Ce n'est pas nouveau : chaque fois que nos enquêtes et révélations ont joué un rôle dans le limogeage, la démission ou le départ forcé de tel ou tel responsable, c'est le même mauvais procès qui nous est fait.

Il faut dire qu'en un demi-siècle de journalisme indépendant la liste de ceux qui doivent à J.A. leur disgrâce ou leur fin de carrière est plutôt longue. De Nzo Ekangaki, éphémère secrétaire général de l'Organisation de l'unité africaine (OUA) dans les années 1970, pris la main dans le sac d'un contrat qu'il n'aurait jamais dû signer, aux dirigeants compromis dans le scandale de la Banque des États de l'Afrique centrale (Beac) en 2009, en passant par les Ivoiriens Emmanuel Dioulo et Mohamed Diawara, qui défrayèrent la chronique financière au milieu des années 1980, tous ceux que J.A. a empêchés de continuer à mal gouverner en rond rejoignent dans le choeur des procureurs tous ceux qui s'estiment injustement critiqués dans nos colonnes - Jean Ping et Cheick Modibo Diarra, derniers exemples en date. Pour qui vous prenez-vous, à J.A. ? Qui vous paie ? Quels intérêts servez-vous ? Pourquoi vous en prendre à un tel et pas à un tel ? Vous ternissez l'image de l'Afrique aux yeux du monde ! Voire, comme nous l'écrit un lecteur malien, « vous insultez le peuple tout entier »...

Même si ces griefs émanent en général de puissants qui redoutent d'être les prochains à figurer au palmarès, beaucoup plus que des citoyens, qui eux se frottent les mains sous cape, redisons ce qui suit. Un : le responsable d'un scandale ou d'une affaire n'est pas celui qui les révèle, mais celui qui en est l'auteur et le coupable. On sait depuis l'Antiquité que tuer le messager d'une mauvaise nouvelle ne sert à rien : elle sera, tôt ou tard, connue. Deux : nous ne tirons, à J.A., aucune gloire ni aucune jouissance de ce type d'exercice. Nous faisons notre travail, qui n'est pas de présenter une Afrique de conte de fées sur papier glacé, dans lequel les happy few aiment se mirer, mais l'Afrique telle qu'elle est, avec ses réussites et ses échecs, ses héros et ses salauds. Trois : qu'Antoine Ntsimi, Jean Ping et les autres se rassurent : nous serons tout aussi vigilants - et au besoin sévères - envers les performances de leurs successeurs que nous l'avons été avec eux.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Continental

Abidjan, Kinshasa, Le Cap : trois 'spots' tendance pour sortir

Abidjan, Kinshasa, Le Cap : trois "spots" tendance pour sortir

Être riche, c'est aussi connaître les derniers lieux à la mode, là où il faut absolument se montrer. Jeune Afrique a sélectionné les trois "spots" du moment.[...]

Racisme au Maroc : à Tanger, un pogrom anti-migrants fait au moins un mort

À Tanger, une expédition sauvage menée par des Marocains contre des migrants à fait au moins un mort, le 29 août. Un drame qui met à nouveau en lumière le problème du racisme[...]

Jérémy Hodara : "Il ne faut pas copier la Silicon Valley"

Jérémy Hodara, co-fondateur de Africa Internet Holding, le promoteur de Jumia, Hellofood, Carmudi et Easy Taxi, entre autres, a accepté de répondre aux questions de "Jeune Afrique" au sujet de[...]

Football : quand Ebola perturbe les compétitions en Afrique

Le virus Ebola, dont la progression implacable en Afrique de l'ouest effraie le monde entier, perturbe les rencontres internationales de football sur le continent, parfois délocalisées par crainte de contamination,[...]

Ces pionniers qui chamboulent le business en Afrique

Dans la production, les services ou le commerce, une nouvelle génération d'entrepreneurs a su faire bouger les lignes en s'adaptant aux réalités africaines. Un mélange de nouvelles[...]

Urbanisme : quand les architectes africains font leur révolution

Fini le tout-climatisation et les constructions grandes consommatrices d'énergie ! Place dorénavant aux bâtiments respectueux de l'environnement et des populations africaines. Du nord au sud du[...]

Braconnage en Afrique : Bring back our elephants !

Malgré les arrestations, le braconnage menace l'espèce. En Asie et au Moyen-Orient, l'ivoire vaut de l'or. Du Darfour au Congo, il finance les groupes armés.[...]

Élite africaine : l'École des riches, euh... des roches !

Cet établissement français, où une année d'internat coûte plus de 25 000 euros, accueille depuis toujours les fils et les filles de personnalités africaines. À ce tarif,[...]

Ces magnats africains qui dament le pion aux multinationales

Ils ont mis en place des services, une production et une distribution locale : une poignée d'hommes d'affaires dominent leur marché et partent à la conquête du continent.[...]

Wikipédia : Kagamé, Kabila, ADO, Sissi, Boutef... Qui détient la biographie la plus souvent modifiée ?

Les biographies Wikipédia des chefs d’État sont modifiées tous les mois, voire tous les jours. Non seulement pour ajouter de nouveaux éléments, mais aussi pour supprimer les paragraphes[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex