Extension Factory Builder

Abdessamad Kayouh : "Les produits marocains gagnent en qualité et s'adaptent au goût des consommateurs"

02/08/2012 à 13:52
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Abdessamad Kayouh, ministre de l'Artisanat du maroc. Abdessamad Kayouh, ministre de l'Artisanat du maroc. © DR

En prenant ses fonctions en janvier, le ministre marocain de l'Artisanat, Abdessamad Kayouh, a voulu d'abord évaluer le résultat des actions engagées pour dynamiser le secteur. L'état des lieux s'avère plutôt satisfaisant, même si quelques freins persistent.

Jeune Afrique : Quelles sont les principales caractéristiques du secteur ?

Abdessamad Kayouh : L'artisanat est le premier pourvoyeur d'emploi du royaume, il occupe en effet quelque 2,2 millions de personnes, soit 20 % de la population active, et constitue une école de formation et de qualification pour la jeunesse.

Les activités sont regroupées en deux sous-secteurs, à commencer par l'artisanat d'art et de production, lui-même segmenté en artisanat à fort contenu culturel et en artisanat utilitaire tel que la confection de chaussures et de meubles. Le secteur englobe aussi des services comme la coiffure, la peinture, la réparation de voitures, la plomberie, la tôlerie, etc. Les services emploient plus de 1,2 million de personnes, l'artisanat utilitaire 600 000 et l'artisanat à fort contenu culturel 371 000. 

Où en sont la « Vision 2015 » et les plans de développement régionaux ?

On est en avance. L'Observatoire national de l'artisanat est opérationnel, un cadre juridique a été élaboré (notamment pour l'organisation des chambres d'artisanat), les 16 plans de développement régionaux sont mis en oeuvre, 31 villages et espaces consacrés aux artisans ont été créés, 25 centres de formation ont été construits ou réhabilités, etc.

L'avantage est que l'on travaille de manière globale, sur tous les aspects (production, commercialisation, innovation, formation et recherche, certification, organisation du travail des artisans), sans oublier de mettre en valeur des métiers particuliers comme la reliure-dorure, le zellige de Tétouan, la poterie de Meknès, ou encore la sellerie traditionnelle et la marqueterie fine de Fès. 

Profil

46 ans, homme d'affaires, il est le fils d'Ali Kayouh, l'un des plus anciens parlementaires du pays

Député de sa province natale de Taroudant depuis 1997, il a été réélu en 2011 pour un quatrième mandat

Membre du comité exécutif de l'Istiqlal depuis 2009

Il a effectué deux mandats consécutifs en tant que vice-président de la région de Souss-Massa-Draa et conseiller municipal d'Ouled Teïma.

Mais certaines contraintes n'ont pas été résolues...

Oui, en particulier l'absence d'une couverture sociale adaptée aux attentes des artisans, les difficultés d'accès au financement bancaire, d'approvisionnement en matières premières, et à préserver les métiers en voie de disparition. Des sujets sur lesquels le ministère consulte régulièrement les professionnels et les banques pour trouver des solutions. 

Quelles sont les filières porteuses concernées par la « Vision 2015 » ?

Il s'agit de la décoration, de l'habillement, de l'ameublement, de la bijouterie et du bâtiment traditionnel. Cinq filières qui englobent nombre de métiers porteurs : bois, habillement, chaussure, maroquinerie, bijouterie, tapisserie, fer forgé, dinanderie, poterie-céramique, vannerie... Cela représente 97 % du chiffre d'affaires global de l'artisanat à fort contenu culturel et 98 % des emplois. 

Justement, comment ce chiffre d'affaires évolue-t-il ?

Il est passé de 10,3 milliards de dirhams [environ 900 millions d'euros, NDLR] en 2007 à près de 16 milliards en 2010, soit une croissance moyenne de plus de 15 % par an. Ce dynamisme se traduit par la création de plus de 600 PME depuis 2007. Pour l'instant, 98 % des ventes sont réalisées au Maroc, mais notre nouvelle stratégie vise à renforcer les marchés classiques à l'export, notamment européens, et à en développer de nouveaux dans les pays arabes, en Europe de l'Est, en Asie et sur le continent américain. Une stratégie qui s'appuie sur l'amélioration de la qualité des produits et leur adaptation au goût des consommateurs, aussi bien nationaux qu'étrangers.

À cet égard, le ministère de l'Artisanat s'est engagé dans un programme normatif, qui a déjà permis d'enregistrer 142 normes et 8 marques collectives de certification « Madmoun ». Cela nous a déjà permis d'introduire des produits de l'artisanat marocain dans les grands réseaux de distribution, comme les Galeries Lafayette en France, KDW en Allemagne et Harrods en Angleterre.

___

Propos recueillis par Pascal Airault

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Maroc

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Cameroun : le marocain Cosumar choisi pour développer un nouveau complexe sucrier

Cosumar plantera de la canne à sucre et construira une raffinerie entre Batouri et Bertoua, à l’est du pays. Le leader marocain du sucre bat lors de l'appel d'offres le groupe français Somdiaa qui[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Maroc : Abdellatif Hammouchi, de l'ombre à la lumière

Il y a un an, le patron du renseignement intérieur marocain était convoqué par une juge française, ce qui provoquait une crise diplomatique entre Paris et Rabat. Aujourd'hui, la France le[...]

Libye : suspension du dialogue pour une sortie de crise

Le Parlement libyen siégeant à Tobrouk (Est), reconnu par la communauté internationale, a décidé lundi de suspendre sa participation au dialogue sur une sortie de crise parrainé par[...]

Mustapha Hadji : "En football, le Maroc a pris du retard... mais nous pouvons revenir au sommet"

Ballon d’Or africain 1998, Mustapha Hadji est un des meilleurs joueurs de l’histoire du football du continent. Aujourd’hui sélectionneur-adjoint du Maroc, l’ancien milieu de terrain de Nancy, du [...]

Maroc : les nouvelles filières de Daesh

Une série de coups de filet opérés récemment par la DGST d'Abdellatif Hammouchi a révélé une évolution préoccupante des cellules jihadistes dans le nord du[...]

Maroc : les régularisations à l'heure du bilan

Un premier bilan de l'opération de régularisation des migrants clandestins au Maroc a été présenté par le CNDH à Rabat, le 7 février.[...]

Maroc, Tunisie : le bras de fer avec la CAF ne fait que commencer

Durement sanctionné après son refus d'organiser la CAN Orange 2015, le Maroc n'a pas l'intention de se laisser faire. Tout comme la Tunisie, elle aussi visée.[...]

Moi, Aïssatou, Guinéenne régularisée au Maroc, mais toujours en sursis

Aïssatou Barry est une migrante guinéenne qui a survécu à l'enfer du tristement célèbre camp de Gourougou, dans le nord du Maroc, qui abrite les migrants clandestins voulant rallier [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers