Extension Factory Builder

Abdessamad Kayouh : "Les produits marocains gagnent en qualité et s'adaptent au goût des consommateurs"

02/08/2012 à 13:52
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Abdessamad Kayouh, ministre de l'Artisanat du maroc. Abdessamad Kayouh, ministre de l'Artisanat du maroc. © DR

En prenant ses fonctions en janvier, le ministre marocain de l'Artisanat, Abdessamad Kayouh, a voulu d'abord évaluer le résultat des actions engagées pour dynamiser le secteur. L'état des lieux s'avère plutôt satisfaisant, même si quelques freins persistent.

Jeune Afrique : Quelles sont les principales caractéristiques du secteur ?

Abdessamad Kayouh : L'artisanat est le premier pourvoyeur d'emploi du royaume, il occupe en effet quelque 2,2 millions de personnes, soit 20 % de la population active, et constitue une école de formation et de qualification pour la jeunesse.

Les activités sont regroupées en deux sous-secteurs, à commencer par l'artisanat d'art et de production, lui-même segmenté en artisanat à fort contenu culturel et en artisanat utilitaire tel que la confection de chaussures et de meubles. Le secteur englobe aussi des services comme la coiffure, la peinture, la réparation de voitures, la plomberie, la tôlerie, etc. Les services emploient plus de 1,2 million de personnes, l'artisanat utilitaire 600 000 et l'artisanat à fort contenu culturel 371 000. 

Où en sont la « Vision 2015 » et les plans de développement régionaux ?

On est en avance. L'Observatoire national de l'artisanat est opérationnel, un cadre juridique a été élaboré (notamment pour l'organisation des chambres d'artisanat), les 16 plans de développement régionaux sont mis en oeuvre, 31 villages et espaces consacrés aux artisans ont été créés, 25 centres de formation ont été construits ou réhabilités, etc.

L'avantage est que l'on travaille de manière globale, sur tous les aspects (production, commercialisation, innovation, formation et recherche, certification, organisation du travail des artisans), sans oublier de mettre en valeur des métiers particuliers comme la reliure-dorure, le zellige de Tétouan, la poterie de Meknès, ou encore la sellerie traditionnelle et la marqueterie fine de Fès. 

Profil

46 ans, homme d'affaires, il est le fils d'Ali Kayouh, l'un des plus anciens parlementaires du pays

Député de sa province natale de Taroudant depuis 1997, il a été réélu en 2011 pour un quatrième mandat

Membre du comité exécutif de l'Istiqlal depuis 2009

Il a effectué deux mandats consécutifs en tant que vice-président de la région de Souss-Massa-Draa et conseiller municipal d'Ouled Teïma.

Mais certaines contraintes n'ont pas été résolues...

Oui, en particulier l'absence d'une couverture sociale adaptée aux attentes des artisans, les difficultés d'accès au financement bancaire, d'approvisionnement en matières premières, et à préserver les métiers en voie de disparition. Des sujets sur lesquels le ministère consulte régulièrement les professionnels et les banques pour trouver des solutions. 

Quelles sont les filières porteuses concernées par la « Vision 2015 » ?

Il s'agit de la décoration, de l'habillement, de l'ameublement, de la bijouterie et du bâtiment traditionnel. Cinq filières qui englobent nombre de métiers porteurs : bois, habillement, chaussure, maroquinerie, bijouterie, tapisserie, fer forgé, dinanderie, poterie-céramique, vannerie... Cela représente 97 % du chiffre d'affaires global de l'artisanat à fort contenu culturel et 98 % des emplois. 

Justement, comment ce chiffre d'affaires évolue-t-il ?

Il est passé de 10,3 milliards de dirhams [environ 900 millions d'euros, NDLR] en 2007 à près de 16 milliards en 2010, soit une croissance moyenne de plus de 15 % par an. Ce dynamisme se traduit par la création de plus de 600 PME depuis 2007. Pour l'instant, 98 % des ventes sont réalisées au Maroc, mais notre nouvelle stratégie vise à renforcer les marchés classiques à l'export, notamment européens, et à en développer de nouveaux dans les pays arabes, en Europe de l'Est, en Asie et sur le continent américain. Une stratégie qui s'appuie sur l'amélioration de la qualité des produits et leur adaptation au goût des consommateurs, aussi bien nationaux qu'étrangers.

À cet égard, le ministère de l'Artisanat s'est engagé dans un programme normatif, qui a déjà permis d'enregistrer 142 normes et 8 marques collectives de certification « Madmoun ». Cela nous a déjà permis d'introduire des produits de l'artisanat marocain dans les grands réseaux de distribution, comme les Galeries Lafayette en France, KDW en Allemagne et Harrods en Angleterre.

___

Propos recueillis par Pascal Airault

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Maroc

Le Maroc hôte du deuxième Forum mondial des droits de l'homme

Le Maroc hôte du deuxième Forum mondial des droits de l'homme

Du 27 au 30 novembre, le Maroc organise le Forum mondial des droits de l'homme. Un événement chargé de symboles pour un pays qui sort d'un passé marqué par de nombreuses violations des droits h[...]

Football : les fédérations d'Afrique australe boudent le Maroc

Dans un communiqué publié le 22 novembre, les fédérations d'Afrique australe expliquent qu'elles déclinent l'invitation de Rabat à venir assister, en décembre, à la Coupe du[...]

Entrepreneuriat : le prochain GES aura lieu en Afrique subsaharienne

 Organisée à Marrakech du 19 au 21 novembre, la cinquième édition du GES a connu un franc succès. Plus de 6000 participants ont pris part à l'événement, qui reviendra[...]

Maroc : CGI entame sa sortie de la Bourse de Casa

Le holding CDG Développement vient de déposer un projet d'offre publique de retrait sur les titres CGI. L'autorité de marché a dix jours pour statuer sur le projet. Les premiers détails d'une[...]

Maroc : le corps du délit

En se mettant elles-mêmes en scène, de jeunes artistes marocaines bousculent les stéréotypes liés au statut de la femme. Issues d'une génération décomplexée par[...]

État islamique : Fatiha Mejjati, la veuve noire

Les combattants marocains de l'État islamique (EI) ont leur star. Son nom : Fatiha Mejjati, veuve de Karim Mejjati, membre d'Al-Qaïda tombé en Arabie saoudite en avril 2005. Véritable[...]

Maroc : enquête sur le contrat controversé de Sicpa

Au Maroc, la société suisse chargée du marquage fiscal des boissons et du tabac est loin de faire l'unanimité. Outre des tarifs jugés excessifs, l'opacité de sa gestion pose[...]

Maroc : inondations meurtrières dans le Sud

La région du Sud-est du Maroc a connu des intempéries exceptionnelles dimanche 23 novembre. Bilan provisoire : au moins 32 personnes tuées et 6 portées disparues.  [...]

Le Maroc face à la "Daesh connection"

Plus d'un millier de Marocains ont décidé de rejoindre les rangs de l'État islamique. Qui sont-ils ? Quelles sont leurs motivations ? Comment sont-ils recrutés ? Comment les autorités[...]

Blaise Compaoré a quitté la Côte d'Ivoire pour le Maroc

L'ancien président burkinabè, Blaise Compaoré, qui a démissionné le 31 octobre avant de s'exiler en Côte d'Ivoire, a quitté Yamoussoukro pour le Maroc.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers