Extension Factory Builder

Abdessamad Kayouh : "Les produits marocains gagnent en qualité et s'adaptent au goût des consommateurs"

02/08/2012 à 13:52
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Abdessamad Kayouh, ministre de l'Artisanat du maroc. Abdessamad Kayouh, ministre de l'Artisanat du maroc. © DR

En prenant ses fonctions en janvier, le ministre marocain de l'Artisanat, Abdessamad Kayouh, a voulu d'abord évaluer le résultat des actions engagées pour dynamiser le secteur. L'état des lieux s'avère plutôt satisfaisant, même si quelques freins persistent.

Jeune Afrique : Quelles sont les principales caractéristiques du secteur ?

Abdessamad Kayouh : L'artisanat est le premier pourvoyeur d'emploi du royaume, il occupe en effet quelque 2,2 millions de personnes, soit 20 % de la population active, et constitue une école de formation et de qualification pour la jeunesse.

Les activités sont regroupées en deux sous-secteurs, à commencer par l'artisanat d'art et de production, lui-même segmenté en artisanat à fort contenu culturel et en artisanat utilitaire tel que la confection de chaussures et de meubles. Le secteur englobe aussi des services comme la coiffure, la peinture, la réparation de voitures, la plomberie, la tôlerie, etc. Les services emploient plus de 1,2 million de personnes, l'artisanat utilitaire 600 000 et l'artisanat à fort contenu culturel 371 000. 

Où en sont la « Vision 2015 » et les plans de développement régionaux ?

On est en avance. L'Observatoire national de l'artisanat est opérationnel, un cadre juridique a été élaboré (notamment pour l'organisation des chambres d'artisanat), les 16 plans de développement régionaux sont mis en oeuvre, 31 villages et espaces consacrés aux artisans ont été créés, 25 centres de formation ont été construits ou réhabilités, etc.

L'avantage est que l'on travaille de manière globale, sur tous les aspects (production, commercialisation, innovation, formation et recherche, certification, organisation du travail des artisans), sans oublier de mettre en valeur des métiers particuliers comme la reliure-dorure, le zellige de Tétouan, la poterie de Meknès, ou encore la sellerie traditionnelle et la marqueterie fine de Fès. 

Profil

46 ans, homme d'affaires, il est le fils d'Ali Kayouh, l'un des plus anciens parlementaires du pays

Député de sa province natale de Taroudant depuis 1997, il a été réélu en 2011 pour un quatrième mandat

Membre du comité exécutif de l'Istiqlal depuis 2009

Il a effectué deux mandats consécutifs en tant que vice-président de la région de Souss-Massa-Draa et conseiller municipal d'Ouled Teïma.

Mais certaines contraintes n'ont pas été résolues...

Oui, en particulier l'absence d'une couverture sociale adaptée aux attentes des artisans, les difficultés d'accès au financement bancaire, d'approvisionnement en matières premières, et à préserver les métiers en voie de disparition. Des sujets sur lesquels le ministère consulte régulièrement les professionnels et les banques pour trouver des solutions. 

Quelles sont les filières porteuses concernées par la « Vision 2015 » ?

Il s'agit de la décoration, de l'habillement, de l'ameublement, de la bijouterie et du bâtiment traditionnel. Cinq filières qui englobent nombre de métiers porteurs : bois, habillement, chaussure, maroquinerie, bijouterie, tapisserie, fer forgé, dinanderie, poterie-céramique, vannerie... Cela représente 97 % du chiffre d'affaires global de l'artisanat à fort contenu culturel et 98 % des emplois. 

Justement, comment ce chiffre d'affaires évolue-t-il ?

Il est passé de 10,3 milliards de dirhams [environ 900 millions d'euros, NDLR] en 2007 à près de 16 milliards en 2010, soit une croissance moyenne de plus de 15 % par an. Ce dynamisme se traduit par la création de plus de 600 PME depuis 2007. Pour l'instant, 98 % des ventes sont réalisées au Maroc, mais notre nouvelle stratégie vise à renforcer les marchés classiques à l'export, notamment européens, et à en développer de nouveaux dans les pays arabes, en Europe de l'Est, en Asie et sur le continent américain. Une stratégie qui s'appuie sur l'amélioration de la qualité des produits et leur adaptation au goût des consommateurs, aussi bien nationaux qu'étrangers.

À cet égard, le ministère de l'Artisanat s'est engagé dans un programme normatif, qui a déjà permis d'enregistrer 142 normes et 8 marques collectives de certification « Madmoun ». Cela nous a déjà permis d'introduire des produits de l'artisanat marocain dans les grands réseaux de distribution, comme les Galeries Lafayette en France, KDW en Allemagne et Harrods en Angleterre.

___

Propos recueillis par Pascal Airault

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Maroc

Maroc : la relève de l'Amazigh Power

Maroc : la relève de l'Amazigh Power

Artistes, écrivains ou acteurs associatifs, ils incarnent une nouvelle génération de militants qui se battent pour que la composante berbère de l'identité nationale se traduise dans tous [...]

Maroc : Bouhcine Foulane, 34 ans, la musique amazigh

Ils veulent faire revivre la musique amazigh sous un aspect moderne. Ribab Fusion - le ribab est une sorte de violon à corde unique typiquement amazigh -, ce sont six musiciens âgés de 26 à[...]

Maroc : Brahim El Mazned, 47 ans, les festivals berbères

Derrière le manager culturel, connu sous la casquette de directeur artistique du festival Timitar d'Agadir, il y a l'ethnologue, celui qui a sillonné toute l'Afrique, allant à la rencontre des[...]

Maroc : Mounir Kejji, 42 ans, le désenclavement rural

Né à Goulmima, non loin d'Errachidia, il a été tour à tour militant universitaire, associatif et politique. Aujourd'hui, Mounir Kejji veut se consacrer au désenclavement des[...]

Maroc : Lahcen Amokrane, 36 ans, l'enseignement

Le secrétaire général de la Fédération nationale des associations d'enseignants du tamazight a du pain sur la planche. Depuis son introduction dans les établissements primaires en[...]

Maroc : Rachid El Hahi, 41 ans, l'action politique

Derrière le peintre, il y a le militant politique, celui qui, en 1991, comptait déjà parmi les signataires de la charte d'Agadir, premier document recensant les principales revendications amazighs et[...]

Maroc : Brahim Oummad, 31 ans, le développement durable

Sur le mont Alban, à 1 600 mètres d'altitude, les jeunes d'Imider ont improvisé un petit campement où ils organisent souvent des sit-in pour protester contre la politique d'exclusion[...]

Maroc : Khadija Arouhal, 35 ans, poète

En 1994, alors qu'elle était encore collégienne, elle écrit un poème en tifinagh - l'alphabet amazigh, qu'elle a appris toute seule - et l'épingle sur le panneau d'affichage de son[...]

Maroc : Kamal Hachkar, 37 ans, l'héritage judéo-berbère

Lorsque son film documentaire sur les Juifs de Tinghir (un village du Sud-Est) est sorti, Kamal Hachkar ne s'attendait pas à ce qu'il suscite l'ire des islamistes. Fils d'émigrés, il ne mesurait pas[...]

Maroc : Chakib El Khyari, 35 ans, militant des droits de l'homme

Connu pour son esprit rebelle, ce Rifain né à El Hoceima a, malgré son jeune âge, un passé de militant bien rempli. En 2009, il a été emprisonné pour ses[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex