Extension Factory Builder

Sénégal : Aminata Touré, la justicière

31/07/2012 à 10:32
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Aminata Touré, militante des droits de l'homme et nouvelle garde des Sceaux. Aminata Touré, militante des droits de l'homme et nouvelle garde des Sceaux. © Sylvain Cherkaoui pour J.A.

Nouvelle garde des Sceaux, c'est elle qui supervise les audits censés faire la lumière sur la gestion du Sénégal pendant les années Wade. Avec une certitude affichée : Aminata Touré ira jusqu'au bout.

Les Sénégalais ne l'attendaient pas au poste de ministre de la Justice. Mais ils le reconnaissent : Aminata Touré (49 ans) en a l'étoffe. Personnalité forte au discours offensif, cette proche de Macky Sall n'hésite pas à ruer dans les brancards, apparaissant comme la pièce maîtresse de l'opération anticorruption à la sénégalaise. Premières victoires pour cette fille de médecin : l'audition les 3 et 5 juillet de Karim Wade, le fils de l'ancien président, et la transmission au parquet de plusieurs dossiers. Aujourd'hui c'est une nouvelle vague d'audits qui se profile. « Quelque 400 millions de F CFA [environ 610 000 euros, NDLR] manquent dans les caisses de l'État ; il faut les restituer s'ils sont dans des comptes privés... », prévient la ministre.

L'entourage de l'ancien président crie à la chasse aux sorcières. Aminata Touré réfute la théorie, précise que c'est au parquet de décider des suites judiciaires à donner aux différentes affaires et jure que la présomption d'innocence et les droits de la défense seront respectés. La militante des droits de l'homme, jadis active dans les milieux universitaires français de gauche, assure que la traque des détournements de fonds publics n'est pas devenue une obsession, mais un combat de principe. « Il faut briser le cercle vicieux corruption - pauvreté - sous-développement dans lequel les pays africains sont enfermés », insiste l'ancienne fonctionnaire des Nations unies, qui vient de déclarer un patrimoine de 777 millions de F CFA.

De nombreux chantiers

Bio express

1962 Naissance à Dakar

1982 Études en France

1988 Cadre à la Sotrac, la compagnie sénégalaise des transports publics

2003 Directrice au Fonds des Nations unies pour la population (Fnuap)

2010 Dirige le cabinet de Macky Sall

2011 Intègre l'équipe de campagne du candidat

2012 Ministre de la Justice.

Mais si la plupart des Sénégalais apprécient la détermination de cette économiste, nombre d'observateurs se demandent jusqu'où elle sera autorisée à aller, les politiques sénégalais ayant coutume de naviguer d'un parti à l'autre. L'ancienne directrice de cabinet de Macky Sall ne doute pas que le président, dont elle a la confiance, lui laisse toute liberté. Elle a contribué à l'élaboration de son programme électoral, la lutte contre les biens mal acquis en étant l'un des points essentiels. La Dakaroise sourit : « La transhumance n'est pas un vaccin contre le recouvrement des sommes détournées. » Être dans le camp présidentiel ou proche d'elle non plus. Son ex-mari, Oumar Sarr, ministre de l'Habitat sous Wade et coordonnateur du Parti démocrate sénégalais (PDS), figure au nombre des personnes susceptibles d'être inquiétées. « Lorsqu'on administre la justice, on le fait avec froideur. Parfois aussi avec déchirement », reconnaît cette mère de trois enfants qui, au passage, ne cache pas ses difficultés à concilier vie privée et vie professionnelle.

Mais la véritable victoire serait sans doute de permettre à la Cour de répression de l'enrichissement illicite d'entrer enfin en action. Votée en 1981 sous Abdou Diouf, la loi qui a instauré cet organe s'avère aujourd'hui inapplicable parce que mal ficelée. Une révision de la loi permettrait de légiférer notamment sur les notions de blanchiment d'argent ou de conflit d'intérêts. Mais l'ancienne footballeuse ne veut pas voir son action réduite à cette opération mains propres. Elle insiste sur les nombreux chantiers en cours, comme ceux de la modernisation de la justice et de l'assainissement de l'environnement des affaires.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Sénégal

Coupe du monde de basket-ball : que peuvent faire les Africains ?

Coupe du monde de basket-ball : que peuvent faire les Africains ?

À partir du 30 août, trois équipes africaines participent à la Coupe du monde de basket-ball, en Espagne. Si les Américains sont favoris, et que les Espagnols espèrent également re[...]

RDC - Affaire Chebeya : plainte contre Mwilambwe confirmée au Sénégal

À la suite de la plainte déposée par la FIDH et les familles des victimes dans l'affaire Chebeya début juin, la justice sénégalaise a ouvert mardi une information judicaire à[...]

Assane Dioma Ndiaye : "La CREI viole les principes élémentaires des droits de la défense"

Le président de la Ligue sénégalaise des droits humains voit dans le procès du fils de l'ancien président un "règlement de comptes" orchestré par le régime[...]

Sénégal : colère sur le campus de Dakar

La tension qui régnait depuis des mois à l'université de Dakar est montée d'un cran, le 14 août, avec la mort d'un étudiant lors d'une intervention musclée des forces de[...]

Sénégal : la CREI refuse de laisser partir Bibo Bourgi

La Cour de répression de l'enrichissement illicite (CREI) a refusé à l'homme d'affaires Bibo Bourgi, considéré comme le principal complice de Karim Wade, d'aller se faire soigner en France[...]

Sénégal : l'opposant Samuel Sarr arrêté pour offense au chef de l'État

L’opposant et ex-ministre sénégalais de l'Énergie Samuel Sarr, proche de l’ancien président Abdoulaye Wade, a été inculpé et emprisonné pour offense au chef de[...]

Architecture : pourquoi s'approprier l'héritage colonial est une bonne chose

L'héritage achitectural colonial a souvent été délaissé en Afrique. Mais la tendance commence à s'inverser.[...]

CPI : Botswana, Sénégal et Sierra Leone se disputent la présidence de l'Assemblée

L'Assemblée des États parties au statut de Rome doit être présidée par un État africain en 2015. Mais aucun des trois candidats en lice ne se désiste pour un autre.[...]

Tragédie de Thiaroye : réponse à Julien Fargettas

Armelle Mabon est maître de conférences en histoire contemporaine à l'Université de Bretagne-Sud. Elle apporte ici ses commentaires à la lettre ouverte de Julien Fargettas au président de [...]

Sénégal : poussée de fièvre politico-militaro-judiciaire

Affaires Karim Wade, Abdoulaye Baldé ou Aissata Tall Sall : le thermomètre politico-judiciaire sénégalais indique une température singulièrement élevée. Et voilà que[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex