Extension Factory Builder
20/07/2012 à 11:15
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Je reviens d'une semaine au Maroc. Quelques scènes, quelques « choses vues », quelques anecdotes en diront plus sur sa situation actuelle que le plus savant des discours. En voici quelques-unes. 

C'est un mariage à Marrakech qui se déroule chez des islamistes du cru. Femmes et hommes sont rigoureusement séparés. Le vendredi, les (pieuses) femmes se trémoussent sur des hymnes glorifiant le Prophète. Bizarre, dites-vous : on mélange donc le sacré et le profane ? Attendez, le pire arrive. Le lendemain, « le jour des hommes », ce sont des chikhates, ces danseuses lascives fardées à la truelle, qui viennent dévergonder les dévots. Le Prophète pour mesdames, les gourgandines pour messieurs. Et c'est ainsi qu'Allah est grand. 

Tôt le matin, à Casablanca, c'est la foule chez le boulanger. Soudain arrive un petit homme en djellaba, propre sur lui, la barbichette bien soignée, qui se fraie un chemin à coups de « pardon », « faites excuse », « 'scusez-moi ». Tout le monde s'écarte, croyant que le bonhomme travaille dans la boulangerie ou que c'est au moins un cas de force majeure. Pas du tout : arrivé devant le boulanger, il réclame tranquillement une baguette et deux croissants. À tous ceux qui pestent contre la tendance de certains Marocains à vouloir toujours resquiller, dans toutes les circonstances, on signale donc l'apparition, à Casablanca, du resquilleur courtois. Nul doute que cette mode fera bientôt fureur. 

Dimanche 8 juillet, dans la petite gare d'Aïn Sebaa, vers 22 h 10, j'attends le train en provenance de Casablanca. Un homme en uniforme de cheminot sort d'une espèce de cagibi, s'avance sur la plateforme et se met à psalmodier à pleins poumons l'appel à la prière. Dans l'air embaumé de cette nuit tranquille, ce muezzin des temps modernes rappelle aux voyageurs leur devoir religieux sans qu'aucun, sauf votre serviteur, ne trouve incongrue cette fusion du chemin de fer et de celui qui mène à Dieu. S'agit-il d'une initiative du cheminot en question ou d'une directive de la SNCF locale ? Les voies (ferrées) de la Providence sont impénétrables. 

Et pour finir, un record du monde de la bêtise. Un journaliste ayant précisé que les libertés individuelles qu'il défendait s'appliquaient aussi à sa soeur, il s'est trouvé un soi-disant prédicateur du nom de Nhari pour appeler au meurtre dudit journaliste, au prétexte surréaliste que le Prophète aurait affirmé que les « cocus » - sic - ne méritaient pas de vivre. Et les sombres crétins du type Nhari, ils méritent de vivre ? Bien sûr : il nous faut des spécimens vivants de stupidité fanatique pour nous rappeler à quel point la raison est menacée. Au Maroc et ailleurs... 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

POST-Sriptum Article suivant :
Manger chez l'indigène

POST-Sriptum Article précédent :
Bisbilles burundaises

Réagir à cet article

Maroc

Le Maroc envoie ses F-16 en Irak contre l'État islamique

Le Maroc envoie ses F-16 en Irak contre l'État islamique

Le Maroc a confirmé à "Jeune Afrique" avoir envoyé plusieurs F-16 avec leurs pilotes lutter contre l'État islamique en Irak.[...]

Tunisie - Cinéma : la guerre de l'Étoile

Parmi les quinze longs-métrages en compétition au Festival international du film de Marrakech, plusieurs belles surprises. Comme "L'Orchestre des aveugles", de Mohamed Mouftakir.[...]

Maroc : la plus grande ferme éolienne d'Afrique entre en service

 L'exploitation commerciale du parc éolien de Tarfaya, au Maroc, a démarré. D'une capacité globale de 300 mégawatts, cette ferme éolienne peut produire environ 1 000 Gwh[...]

Marocains et Sénégalais, frères spirituels

Témoins des solides liens cultuels et commerciaux entre le royaume chérifien et le Sénégal, des milliers de Marocains vivent à Dakar. Et ils y sont bien dans leurs babouches.[...]

Les pays africains les plus "risqués" pour les entreprises

 Le cabinet de conseil Control Risks présente l'édition 2015 de sa carte annuelle des risques sécuritaires et économiques à travers le monde. Intitulée "le nouveau[...]

Burkina : Blaise Compaoré, jours tranquilles à Casablanca

C'est dans une vaste villa mise à leur disposition par un ami du couple et située non loin de Casablanca que, selon nos informations, l'ancien président burkinabè Blaise Compaoré et son[...]

Maroc : après la disparition d'Ahmed Zaïdi, naufrage ou renaissance de l'USFP ?

La disparition tragique du député marocain Ahmed Zaïdi a conforté ses camarades dans leur décision de quitter l'Union socialiste des forces populaires (USFP). [...]

Le marocain Best Financière entre au capital de l'ivoirien CDCI

Co-leader de la grande distribution en Côte d'Ivoire avec 127 magasins, CDCI accueille à son tour de table son alter-ego marocain Best Financière ainsi que le capital-investisseur Amethis. De quoi doper sa[...]

Maroc : le ministre Abdellah Baha, "boîte noire" du PJD, meurt dans un accident ferroviaire

Le ministre d'État Abdellah Baha est mort dimanche soir dans un accident ferroviaire à Bouznika. Cadre influent du PJD, il était aussi un des plus proches collaborateurs du chef du gouvernement, Abdelilah[...]

Ali Benmakhlouf, libre penseur

Enseignant en France depuis trente-cinq ans, ce natif de Fès aux origines sénégalaises incarne la figure du philosophe-citoyen.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers