Extension Factory Builder
09/07/2012 à 10:35
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

C'est tout de même étrange... Voilà une situation on ne peut plus claire : un coup d'État dans le Sud, une rébellion qui ne vise désormais qu'à installer un État théo­cratique d'un autre âge dans le Nord, Aqmi et consorts qui narguent le monde entier, leurs chefs, parmi les plus recherchés de la planète, qui se baladent tranquillement à Tombouctou ou à Gao et dont les crimes en série les enverraient aussi sûrement à la CPI que tous ceux qui attendent leur procès dans les geôles de Scheveningen, à La Haye.

À Bamako, le président de la transition, qui n'a pas grand-chose à se reprocher dans l'épreuve que traverse son pays, s'est fait lyncher pendant près de une heure, devant des bidasses passifs voire hilares, par de jeunes désoeuvrés dont des politiciens, qui n'avaient aucune chance d'exister en dehors du chaos actuel, ont savamment lavé le cerveau pour les inciter à commettre ce crime impardonnable (voir la vidéo exclusive de l'agression de Dioncounda Traoré sur notre site). Le « sauveur de la nation », Amadou Haya Sanogo, chef d'une junte qui a arraché le pouvoir des mains d'un président sur le départ, ne sauve rien du tout. Pis, sa responsabilité dans l'agression barbare dont a été victime Traoré semble engagée. Et ses troupes ne se privent pas de torturer, bastonner et emprisonner arbitrairement tous ceux qui n'adhèrent pas à la « cause ». Ou avec qui Sanogo a des comptes personnels à régler...

Le Mali coule. Et, contrairement aux réactions suscitées par l'aventure libyenne, aucune voix ne s'est élevée pour s'opposer à une intervention militaire : pas de dos Santos ou de Zuma pour protéger de soi-disant pourfendeurs du néocolonialisme, pas de Chine ou de Russie qui bloquent toute résolution. Les grands de ce monde se sont précipités en Afghanistan, en Irak, en Libye, voire en Côte d'Ivoire. Excepté en Syrie, véritable casse-tête géopolitique qu'il vaut mieux comprendre avant de faire n'importe quoi, quand on veut, visiblement on peut.

Dans le cas qui nous préoccupece Mali qui sombre chaque jour un peu plus -, on nous explique que tous les ingrédients d'une véritable bombe à retardement sont réunis. Qu'une nouvelle Somalie, plus proche et plus inquiétante, est en gestation. Tout le monde clame sa détermination à ne pas laisser Aqmi s'installer et son indignation face à une telle descente aux enfers. Des chefs d'État africains se bousculent devant les médias pour réclamer de l'aide, dans le respect des règles internationales en vigueur, avant qu'il ne soit trop tard. Résultat ? Rien, ou si peu. Il faut discuter, dialoguer, peut-être en espérant convertir les djihadistes aux vertus de la démocratie, de la laïcité et du libéralisme... C'est toujours la même antienne pour ceux qui n'ont pas de pétrole ou dont le pays ne revêt aucun intérêt stratégique : souffrez en silence, votre cas peut attendre...

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Editorial suivant :
Deux Congos, deux sommets

Editorial précédent :
Union africaine : femme, femme, femme...

Réagir à cet article

Mali

Les pays du 'G5 du Sahel' appellent l'ONU à intervenir en Libye

Les pays du "G5 du Sahel" appellent l'ONU à intervenir en Libye

Les dirigeants des cinq pays du "G5 du Sahel" (Tchad, Niger, Burkina Faso, Mali, Mauritanie), réunis vendredi en sommet à Nouakchott, ont appelé l'ONU à mettre en place une force internationa[...]

Mali : retour en cinq dates sur la vie d'Intalla Ag Attaher, aménokal des Ifoghas

Intalla Ag Attaher, chef traditionnel de la tribu touarègue des Ifoghas, est mort dans la nuit de jeudi à vendredi à Kidal. Retour en cinq dates sur sa vie, intimement liée aux différentes[...]

Hervé Ladsous : "En Centrafrique, il faut des autorités nouvelles issues d'élections avant août 2015"

Présent au forum international de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique (15 et 16 décembre), Hervé Ladsous, secrétaire général adjoint aux opérations de[...]

Ebola : trois choses à savoir sur la tournée de Ban Ki-moon en Afrique de l'Ouest

Ban Ki-moon a annoncé mercredi à New York qu'il se rendra à partir du 18 décembre en Afrique de l'Ouest. Une tournée dans les pays qui ont été touchés par le virus Ebola.[...]

Mali : IBK assume la libération de quatre jihadistes

Très critiqué dans son pays pour avoir ordonné la libération de quatre jihadistes afin d’obtenir celle de l’otage français Serge Lazarevic le 9 décembre, Ibrahim Boubacar[...]

Mali - France : Lazarevic et Sofara

Un Français vaut-il plus qu'un Malien ? Certains jugeront la question déplacée. Elle mérite pourtant qu'on s'y arrête au vu des circonstances qui ont mené à la[...]

Jean-Yves Le Drian : "Au Mali comme en Centrafrique, l'heure de vérité approche"

Un an après le déclenchement de l'opération Sangaris, et deux ans après celui de l'opération Barkhane, le ministre français de la Défense affiche ses objectifs : des[...]

Paris veut un accord de paix au Mali en janvier

Paris souhaite que les négociations de paix maliennes entre Bamako et les groupes armés du Nord, sous médiation algérienne, aboutissent en janvier, a déclaré le ministre français de[...]

Sahel : Lazarevic pense avoir été capturé pour une rançon et nie être un mercenaire

L'ex-otage français Serge Lazarevic, libéré mardi après plus de trois ans de captivité au Sahel, a estimé dimanche, dans le journal de 20 heures de France 2, que ses ravisseurs l'avaient[...]

Mali : le Tunisien Mongi Hamdi nommé à la tête de la Minusma

Le ministre tunisien des Affaires étrangères, Mongi Hamdi, remplace le Néerlandais Bert Koenders à la tête de la Minusma, a annoncé vendredi un communiqué des Nations unies.  [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers