Extension Factory Builder

Hélène Dumas : "Les gacaca n'ont pas rendu une justice ethnique"

09/07/2012 à 12:39
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Hélène Dumas, spécialiste de l'histoire du génocide rwandais. Hélène Dumas, spécialiste de l'histoire du génocide rwandais. © DR

Entretien avec Hélène Dumas, doctorante à l'École des hautes études en sciences sociales (Paris), spécialiste de l'histoire du génocide rwandais

Jeune Afrique : En quoi les tribunaux gacaca étaient-ils novateurs ? 

Hélène Dumas : Ils sont uniques parce que l'événement sur lequel ils s'appliquent est unique. Le nombre de victimes du génocide de 1994, qui a été très bref, montre qu'il a été fulgurant et surtout populaire. Il y avait non seulement de nombreux tueurs, mais aussi des gens qui dénonçaient, qui encourageaient, qui pillaient... Les gacaca ont mis en évidence ce phénomène. Ils ont parfois été comparés à la Commission Vérité et Réconciliation en Afrique du Sud. Mais il y a de grandes différences : les gacaca ne négociaient pas l'amnistie. Il y avait une dimension pénale très forte. En Afrique du Sud, la Commission était le fruit d'un compromis entre le nouveau et l'ancien gouvernement, alors qu'au Rwanda il y a eu une victoire militaire du Front patriotique rwandais

Les accusés ont-ils pu se défendre pendant leur procès ? 

Plus qu'on pourrait le penser. D'abord parce que les rescapés étaient beaucoup moins nombreux qu'eux. Les accusés étaient souvent soutenus par leurs familles. Et puis, en prison, ils ont été informés, ils ont appris à connaître les subtilités de la loi et ont mis en place des stratégies précises. C'est d'ailleurs sans doute une limite : les accusés étaient parfois focalisés sur la manière d'obtenir une réduction de peine, sans prendre tout à fait conscience de la gravité de leurs actes. 

Les rescapés étaient-ils surreprésentés parmi les juges ?

Dans les juridictions que j'ai pu voir, oui, clairement. Mais je n'ai pu m'en rendre compte qu'a posteriori, en m'intéressant à leur parcours. Lorsqu'ils étaient en exercice, ils menaient les audiences de manière assez impartiale. Ce ne fut pas une justice ethnique. J'ai assisté à des cas de procès où des Tutsis étaient auditionnés sur leur comportement pendant le génocide. Inversement, les gacaca ont permis aux Hutus qui ont risqué leur vie pour sauver des gens d'être reconnus. C'était extrêmement important.

___

Propos recueillis par Pierre Boisselet

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Rwanda

Rwanda : fermeture différée pour le TPIR ?

Rwanda : fermeture différée pour le TPIR ?

Basé à Arusha, en Tanzanie, le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) ne devrait pas fermer ses portes avant août 2015.[...]

Génocide au Rwanda : quel bilan pour le TPIR, vingt ans après sa création ?

Après 20 ans de travail et 61 condamnations, le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) s'apprête à fermer ses portes. Avec un bilan en demi-teinte.[...]

Attentat du 6 avril 1994 au Rwanda : les révélations contradictoires d'Émile Gafirita

Le témoignage de dernière minute que le Rwandais Émile Gafirita – porté disparu depuis le 13 novembre – entendait apporter aux juges français chargés de l'instruction sur[...]

Affaire Gafirita - J. Busingye : "Le gouvernement rwandais fait confiance aux magistrats français"

Kigali nie être impliqué dans l'enlèvement d'Émile Gafirita, témoin de la dernière heure dans l'attentat contre l'avion de l'ancien président rwandais Juvénal Habyarimana,[...]

Rwanda : l'étrange affaire Gafirita

C'est l'histoire d'un ancien sergent qui disait détenir des informations compromettantes pour Kagamé et qui a disparu, le 13 novembre. Enquête sur un dossier plein de contradictions.[...]

Rwanda : des membres des FDLR condamnés à de la prison ferme en Allemagne

Trois Allemands d'origine rwandaise ont été condamnés vendredi à des peines de 4 à 2 ans de prison ferme pour appartenance ou soutien aux rebelles hutu rwandais des FDLR (Forces[...]

Rwanda - Me Cantier : "J'ignore qui a enlevé Émile Gafirita"

Me François Cantier, avocat du Rwandais Émile Gafirita, répond aux questions de "Jeune Afrique" au sujet de l'enlèvement de son client, au Kenya, mi-novembre. L'ancien sous-officier devait[...]

RDC : les premiers combattants FDLR désarmés sont arrivés à Kisangani

Après plusieurs mois de tergiversations, les premiers combattants FDLR ayant déposé les armes sont arrivés jeudi à Kisangani. Au total,  217 personnes, ex-combattants, leurs femmes et[...]

France - Rwanda : Sonia Rolland, Miss et ambassadrice

Dans un documentaire diffusé sur France Ô le 26 novembre, la comédienne franco-rwandaise évoque avec une tendresse teintée d'admiration la résurrection de son pays natal, vingt ans[...]

Rwanda - Affaire Habyarimana : un témoin disparaît au Kenya

Émile Gafirita, ancien militaire de l'armée rwandaise qui doit être entendu par la justice française dans le cadre de l'affaire de l'attentat contre l'avion de l'ancien président, Juvenal[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers