Extension Factory Builder

Joseph Tonda : la sorcellerie, "c'est une quête de rationalité"

03/07/2012 à 17:13
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Joseph Tsonda. Joseph Tsonda. © DR

Entretien avec Joseph Tsonda, anthropologue, professeur à l'université Omar-Bongo de Libreville, auteur de "Le souverain moderne. Le corps du pouvoir en Afrique centrale (Congo, Gabon)", aux éditions Karthala.

Jeune Afrique : Les hommes de pouvoir ont-ils besoin de pratiques occultes pour diriger ?

Joseph Tonda : Dans l'imaginaire collectif, pouvoir et sorcellerie sont synonymes. Le pouvoir signifie un dépassement, une excroissance, voire un déficit. Pour être puissant, il faut posséder un organe de plus, notamment dans le ventre. D'un point de vue organique, on ne peut exercer le pouvoir sans l'existence et la mise en activité de cet organe. Ainsi, un individu peut être le chef de tout le monde. 

En recourant à la sorcellerie, le chef cherche-t-il à faire peur ou, simplement, à se conforter dans l'idée qu'il est puissant ?

Si l'on dit qu'il veut uniquement faire peur, cela signifie que ces pratiques n'ont aucune importance. Quand un chef boit du sang humain, comme Sakombi Inongo l'a dit à propos de Mobutu - mais il y en a d'autres -, c'est parce qu'il pense que c'est important pour lui s'il veut commander, dominer. Donc, il y croit. 

Est-il avéré que des ministres s'adonnent à la sorcellerie avant chaque remaniement afin de ne pas perdre leur portefeuille ?

C'est avéré et n'importe qui à Libreville peut le confirmer. Depuis quelques mois, il y a des affaires de crimes rituels devant les tribunaux. Il s'agit de députés, de ministres, de sénateurs qui, pour accéder au pouvoir ou le conserver, envoient des mercenaires capturer des gens auxquels ils enlèvent la langue, les mains, les organes génitaux, remis ensuite à des féticheurs qui leur fabriquent des charmes. 

Ces pratiques relèvent-elles de l'obscurantisme ou, au contraire, d'une "tradition africaine" ?

Ce n'est pas parce qu'elles relèveraient de nos traditions qu'elles ne seraient pas obscurantistes. Tout ce qui sépare de la moyenne est considéré comme anormal et s'explique par le surnaturel. Les gens sont confrontés à ce qui est obscur et difficilement explicable. Donc, d'une certaine manière, ces pratiques relèvent d'une quête de rationalité. 

Peut-on dire d'une telle démarche qu'elle est africaine ou simplement humaine ?

Ce n'est pas africain mais humain. Sauf que l'Afrique vit une mutation accélérée où tout se précipite, notamment les valeurs et le manque de maîtrise sur le destin des individus et des nations. 

Y a-t-il sur le continent des hommes de pouvoir qui ne recourent pas à la sorcellerie ?

Il est difficile de l'imaginer. Pour une raison simple : s'ils n'y croient pas eux-mêmes, il y a leur entourage.

___

Propos recueillis par Tshitenge Lubabu M.K

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Afrique Subsaharienne

Mali : au Nord, c'est le far west

Mali : au Nord, c'est le far west

À Alger, on négocie depuis le 16 juillet, mais dans le Septentrion, on se bat. Entre l'armée, les milices et les rebelles touaregs, rien ne va plus... Seuls les jihadistes et les trafiquants parai[...]

"Les Africains pourraient menacer de rompre leurs relations diplomatiques avec Israël"

En poste à Dakar depuis 2008, Abdalrahim Alfarra, ambassadeur de l'État de Palestine pour le Sénégal, la Guinée, la Guinée-Bissau, le Burkina Faso et le Cap-Vert, a pu mesurer la[...]

Burundi : Amnesty dénonce la "hausse de la violence politique" contre l'opposition

L’élection présidentielle de juin 2015 approche alors que les "actes d’intimidation, de harcèlement et de violence" contre l’opposition se multiplient au Burundi, dénonce[...]

Ebola : le Liberia ferme partiellement ses frontières, le Nigeria en alerte

Une partie des frontières du Liberia vont être fermées afin d'essayer de juguler l'épidémie d'Ebola, la plus meurtrière depuis la découverte du virus. La présidente Ellen[...]

Barack Obama : "Nous devons saisir le potentiel extraordinaire de l'Afrique d'aujourd'hui"

Devant 500 étudiants africains qui participent au programme "Washington Fellowship for Young African Leaders" aux États-Unis, Barack Obama a affirmé lundi que le monde avait besoin d'une Afrique[...]

Afrique du Sud : Twitter fustige la fille Zuma, devenue "dircab" de ministère à 25 ans

Depuis les révélations du "Mail and Guardian" le week-end dernier sur le parachutage de Thuthukile Zuma, la fille du président sud-africain, au poste de directrice de cabinet au ministère des[...]

Troisième attentat en deux jours dans le nord du Nigeria

Un nouvel attentat a été commis par une femme kamikaze lundi à Kano, le troisième perpétré en deux jours dans cette ville du nord du Nigeria.[...]

L'analyse des boîtes noires du vol AH 5017 pourrait prendre "plusieurs semaines"

Selon Frédéric Cuvillier, secrétaire d'État français aux transports, l'analyse des boîtes noires de l'avion d'Air Algérie qui s'est écrasé jeudi dernier au Mali[...]

Nord du Cameroun : 15 personnes tuées et 12 enlevées, dont la femme du vice-Premier ministre

La double attaque perpétrée dimanche par des membres présumés du groupe armé Boko Haram dans le nord du Cameroun a fait au moins 15 morts, selon un dernier bilan. Douze personnes au moins[...]

Tchad : une préfecture pour Baba Laadé, un cadeau empoisonné ?

L’ancien rebelle Abdelkader Baba Laadé, revenu à la légalité il y a plus d'un an, a été nommé préfet de la Grande Sido, région frontalière avec la [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers