Extension Factory Builder

Abel Kouvouama : "La sorcellerie est un langage des conflits sociaux"

10/07/2012 à 18:15
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Abel Kouvouama, Professeur franco-congolais d'anthropologie à l'université de Pau. Abel Kouvouama, Professeur franco-congolais d'anthropologie à l'université de Pau. © DR

Entretien avec Abel Kouvouama, professeur franco-congolais d'anthropologie à l'université de Pau, auteur de "Modernité africaine. Figures du politique et du religieux" et de "Sorcellerie, écrits, images", à paraître, aux éditions Paari.

Jeune Afrique : Quelle est selon vous l'importance des pratiques occultes dans les milieux du pouvoir ?

Abel Kouvouama : La question sorcellaire a toujours été au coeur des logiques de puissance, et le sacré a toujours côtoyé le pouvoir. Dans l'Afrique traditionnelle, la religion, la politique et le sacré ne sont que des instances qui organisent la relation de l'individu au monde. Dit autrement, la sorcellerie est un langage des conflits sociaux. La question n'est pas d'y croire ou non, cela peut être une mise en scène ou une pratique assumée... Quoi qu'il en soit, ces récits traduisent une tension au sein de la société et interagissent sur les comportements des individus. 

Quand ces pratiques sont-elles les plus fréquentes ?

Dès lors qu'il y a une lutte pour le pouvoir. Il peut s'agir d'élections, mais je me souviens également des réunions du comité central de l'ancien parti unique au Congo-Brazzaville, les rumeurs de sacrifices humains abondaient. Aujourd'hui, selon les enquêtes que j'ai menées, ces pratiques reposent essentiellement sur des sacrifices d'animaux, ou bien à partir d'ossements humains. Le sacrifice humain est exceptionnel, car la surveillance des organisations de défense des droits de l'homme est très dissuasive. 

Les décideurs politiques sont-ils instigateurs ou victimes ?

Ces pratiques occultes sont plutôt le fait des entourages. Par tactique, le décideur politique laisse faire tant que cela ne va pas à l'encontre de ses intérêts. Il ne faut jamais oublier que les luttes politiques peuvent entraîner des conflits sorcellaires... Et ça, tout le monde le redoute. 

Au-delà d'une réalité sociologique, pensez-vous que ce recours à la magie parasite le discours politique ?

Bien évidemment. La politique consiste à organiser le vivre-ensemble. Si les acteurs ne sont plus des citoyens actifs mais des agents sous influence, c'est dangereux. Cela dit, si la sorcellerie vise à intimider l'adversaire ou l'électeur, elle ne pèse pas lourd face à un déferlement populaire. Dans les années 1990, les dirigeants et leurs marabouts n'ont rien pu faire contre les Conférences nationales...

Aujourd'hui, les nouvelles générations cherchent à s'affranchir de ces pratiques, car elles ont conscience que le rapport des forces politiques - ou éventuellement militaires - est beaucoup plus opérant. Les dynamiques occultes ou magiques qui perdurent ne remettent pas en question la modernité africaine.

___

Propos recueillis par Philippe Perdrix

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Afrique Subsaharienne

Ebola : des vaccins seront testés dans les pays d'Afrique les plus touchés

Ebola : des vaccins seront testés dans les pays d'Afrique les plus touchés

Des vaccins contre la fièvre Ebola seront testés, si possible en décembre, dans les trois principaux pays d'Afrique de l'Ouest touchés par l'épidémie selon l'OMS, alors qu'au Mali, la fill[...]

Mali : mort de la fillette, premier cas d'Ebola dans ce pays

Le premier cas d'Ebola identifié au Mali, une fillette de deux ans récemment revenue de Guinée, est morte vendredi, a annoncé le gouvernement.[...]

Nigeria : la soeur de la ministre du Pétrole enlevée par des hommes armés

La sœur de la ministre du pétrole du Nigeria a été enlevée par des hommes armés dans la plaque tournante pétrolière de Port-Harcourt, dans le Delta du Niger, au sud du pays.[...]

Qui est vraiment Filipe Nyusi, le prochain président du Mozambique ?

D'après les décomptes finaux des votes publiés hier, jeudi 23 octobre, Filipe Jacinto Nyusi, le candidat du Frelimo, remporterait dès le premier tour la présidentielle du 15 octobre au[...]

Ligue des champions : Lusadisu (AS Vita Club) et Zerara (ES Sétif), l'interview croisée

Les milieux de terrain Guy Lusadisu - qui a remporté deux fois le trophée avec le TP Mazembe - et Toufik Zerara sont deux des hommes forts de l’AS Vita Club et de l’ES Sétif, qui[...]

Ebola : des possibles tests de vaccins dès décembre en Afrique, selon l'OMS

Des tests de vaccins anti-Ebola pourraient être menés dès décembre, selon une annonce de l'Organisation mondiale de la Santé, vendredi.[...]

Nigeria - Boko Haram : peut-on encore espérer quelque chose du cessez-le-feu ?

Le 17 octobre, un accord de cessez-le-feu avec Boko Haram, incluant la libération des 200 lycéennes enlevées il y a six mois, était annoncé par les autorités tchadiennes et[...]

Ebola - Dr Eric Leroy : "L'épidémie continue d'évoluer dans le mauvais sens"

Le Dr Éric Leroy est l'un des plus grand spécialistes du virus Ebola. Selon lui, l'épidémie ne sera pas endiguée avant plusieurs mois. Interview.[...]

RDC : retour à Kinshasa du proche de Bemba, Fidèle Babala

Libéré mardi par la Cour pénale internationale (CPI), qui le soupçonne de subornation de témoins, le secrétaire général adjoint du Mouvement de libération du Congo[...]

Lesotho : un accord trouvé par les négociateurs sud-africains

Fin août, un coup d’État contre le Premier ministre Tom Thabane avait échoué. Hier, les négociateurs sud-africains ont annoncé être parvenus à mettre d’accord les[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers