Extension Factory Builder
02/07/2012 à 10:04
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Deux dates et deux sommets à retenir pour les quatre prochains mois, dans la vie de ce grand corps malade du continent qu'est l'Afrique centrale. La première, à la mi-octobre, aura pour théâtre Kinshasa, où se tiendra le sommet de l'Organisation internationale de la francophonie (OIF). Le président français François Hollande s'y rendra-t-il ? Si l'on en croit les conditionnalités publiquement énoncées par le Quai d'Orsay, il faudrait pour cela qu'auparavant la gouvernance congolaise ait enregistré « des progrès concrets » dans presque tous les domaines. Et de les égrener : « libertés fondamentales », « droits de l'homme », « liberté de la presse », « transparence électorale »... Pourquoi pas. Reste qu'avec de tels critères, qu'on imagine applicables partout ailleurs sauf à croire qu'il existe deux poids et deux mesures, François Hollande devrait oublier toute idée de visite officielle à Pékin, Moscou, Riyad, Doha (la liste est loin d'être exhaustive) et ne voyager que dans les pays certifiés fréquentables par les ONG et la Banque mondiale. Difficilement imaginable. D'où cette recommandation de bon sens : le président Hollande doit aller à Kinshasa et y prononcer ce grand discours « refondateur » de la relation franco-africaine que tout le monde attend de lui. Toute autre solution serait, vue d'Afrique, illisible.

Deuxième date, deuxième sommet : celui des six pays membres de la Cemac, le 20 juillet, à Brazzaville. Cette fois, la France n'est pas concernée, et c'est entre eux que les chefs d'État de la région devront résoudre un vrai problème de crédibilité : l'actuelle présidence de la commission a failli à ses responsabilités, son titulaire doit être remplacé, la double obligation de compétence et de transparence doit être mise au centre de la maison et primer enfin sur les ­égoïsmes nationaux. Au risque de continuer à être à la traîne de ses homologues d'Afrique australe, d'Afrique de l'Est et d'Afrique de l'Ouest, la Cemac n'a d'autre choix que de balayer devant sa porte. Et ce n'est pas tout : après la banque centrale - la BEAC -, dont les écuries ont été nettoyées en 2010, l'heure est venue de se pencher sur la gestion de la banque de développement commune, la BDEAC, laquelle vient d'enregistrer une perte de 5 milliards de F CFA sur son exercice 2011. Selon des documents internes et externes auxquels J.A. a eu accès, les symptômes de mal-gouvernance qui ont touché les deux précédentes institutions sont, ici aussi, à l'oeuvre. Il est grand temps, pour les six leaders régionaux, de les traiter.

Et puisque votre journal consacre cette semaine sa couverture à la sorcellerie au coeur des pouvoirs, cette anecdote significative en guise de conclusion. Selon des sources directes - c'est-à-dire oculaires -, deux étranges personnages revêtus de toges blanches ont été vus le 23 juin au soir devant le bureau du président de la Commission à Bangui, en train de se livrer à de drôles d'incantations. Paniqué, le jeune directeur qui les a surpris est allé se confier aux gardes de sécurité, lesquels ont haussé les épaules : « Chef, ce n'est rien, c'est l'habitude. Ici, les sorciers entrent comme ils veulent. » Sur l'agenda des chefs d'État, à la date du 20 juillet, penser à ajouter ceci : désenvoûter la Cemac. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Editorial suivant :
Calvaires maliens

Editorial précédent :
Le Mali peut attendre...

Réagir à cet article

RD Congo

'Mbata ya bakolo' : au Congo, la vie sans les 'Zaïrois' de RDC

"Mbata ya bakolo" : au Congo, la vie sans les "Zaïrois" de RDC

Comment vivre sans les "Zaïrois" ? Lancée début avril, l’opération "Mbata ya bakolo" ("La gifle des aînés" en lingala) a laissé des traces dans le[...]

Bling-bling : mariage fastueux, mariage malheureux...

Alors que les cérémonies nuptiales africaines sont des démonstrations de force financière, une récente étude américaine indique qu’une bague de fiançailles trop[...]

RDC : après les massacres à Béni, la ville n'a plus confiance dans l'armée

Les rebelles ougandais de l'ADF-Nalu (Forces démocratiques alliées – Armée de libération de l’Ouganda) sèment la terreur à Beni, dans l'est de la RDC.[...]

Ebola : l'épidémie en RDC est dûe à une nouvelle souche

Le virus Ebola qui sévit actuellement en RDC est issu d'une nouvelle souche. C'est la conclusion d'une étude publiée dans la revue américaine The New England Journal of Medicine.[...]

RDC : nouveau massacre de civils par les rebelles ougandais

Vingt-deux personnes, majoritairement des femmes et des enfants, ont été massacrées vendredi soir lors d'une nouvelle tuerie commise par des rebelles ougandais dans l'est de la République[...]

RDC : Kinshasa veut expulser le responsable des droits de l'homme de l'ONU

Kinshasa a demandé jeudi le rappel de Scott Campbell, chef du bureau de l'ONU pour les droits de l'homme en RDC, au lendemain de la publication d'un rapport de ses services dénonçant des crimes commis par[...]

RDC : 26 morts dans une attaque à Beni, attribuée à l'ADF-NALU

Des rebelles ont attaqué le village de Beni, à l'est de la RDC, dans la nuit de mercredi à jeudi. Vingt-six personnes ont été tuées.[...]

RDC : Lambert Mende répond à Linda Thomas-Greenfield

Lambert Mende Omalanga est ministre des Médias et porte-parole du gouvernement de la RDC.[...]

Prostitution et sexe 2.0 en Afrique

Nouvelles technologies, marketing, offre et demande, concurrence... À bien des égards, en Afrique aussi, les relations tarifées ressemblent de plus en plus à un business comme un autre.[...]

Comment l'Europe empêche le retour des migrants africains dans leur pays d'origine

Selon une étude de l'Ined publiée mercredi, les restrictions de la politique migratoire européenne constituent la principale barrière au retour des migrants dans leur pays d'origine.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers