Extension Factory Builder

Boko Haram : Abubakar Shekau, danger public n°1 au Nigeria

03/07/2012 à 18:13
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Shekau a succédé à Mohammed Yusuf en 2009. Shekau a succédé à Mohammed Yusuf en 2009. © Sipa

Traqué par les forces de sécurité dans le Nord du Nigeria, Abubakar Shekau est le chef de la secte Boko Haram. Les images de lui sont rarissimes.

Pour les membres de la secte islamiste Boko Haram, c'est le « connaisseur du Coran » mais, pour les forces de sécurité nigérianes, c'est surtout l'homme à abattre. Abubakar Shekau est un ex-lieutenant de Mohammed Yusuf, le fondateur de Boko Haram mort en 2009 entre les mains de la police. C'est lui qui a repris le flambeau du djihad. C'est lui aussi que Washington a ajouté, le 21 juin, sur sa liste noire antiterroriste.

Début juin à Maiduguri (État de Borno), la traque lancée contre Shekau et ses hommes a tourné à la guerre de religion dans toute la moitié nord du pays : violences policières, attentats islamistes contre des églises et représailles de la part des chrétiens... Mi-juin, en moins d'une semaine, et en dépit du couvre-feu total décrété par les autorités, les affrontements interconfessionnels ont fait une soixantaine de morts dans l'État de Kaduna.

Brigand opportuniste

On sait peu de chose sur le nouveau leader de Boko Haram, si ce n'est qu'il vient de Shekau, un village situé non loin de la frontière nigérienne. Âgé de 34 ans pour les uns, 43 ans pour les autres, il est présenté tantôt comme un fondamentaliste, tantôt comme un brigand opportuniste et violent. Solitaire, il vit reclus dans un lieu tenu secret et n'a pas fait d'apparition publique depuis 2009.

Il a signé son grand retour dans une vidéo diffusée sur internet en janvier, une espèce de discours d'orientation générale : guerre sans merci contre les politiques, les policiers et surtout les chrétiens, notamment le président Goodluck Jonathan. « Je prends plaisir à tuer tous ceux qu'Allah me demande de tuer, de la même façon que je prends plaisir à tuer un poulet ou un bélier », a-t-il déclaré dans une deuxième vidéo revendiquant les attentats de Kano, les plus meurtriers depuis la création du mouvement (180 morts le 20 janvier).

Abubakar Shekau ne serait toutefois pas sur la même ligne que Mohammed Yusuf. « Yusuf était capable de comprendre les conséquences économiques et politiques de sa démarche. Alors qu'avec Shekau on risque d'aboutir à une somalisation du nord du Nigeria », analyse un fin connaisseur de la secte.

Le 6 juin, le grand imam de Bauchi, Sheikh Dahiru Bauchi, avait essayé de jouer les médiateurs. Il avait annoncé une trêve et le début de négociations entre les islamistes et le gouvernement. Onze jours plus tard, trois églises de Kaduna et Zaria (Nord) étaient la cible d'attentats.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Nigeria

Présidentielle nigériane : Buhari en tête dans le Nord, suspense avant la proclamation des résultats

Présidentielle nigériane : Buhari en tête dans le Nord, suspense avant la proclamation des résultats

Les résultats complets, et toujours provisoires, ne seront annoncés, au mieux, que dans le courant de la journée. Mais d'ores et déjà, les premières annonces font état d'une avanc[...]

Nigeria : vote jugé "démocratique" par l'UA, mais le dépouillement reste sujet à caution

Les premières tendances de l'élection présidentielle au Nigeria sont attendues dans la journée. Un scrutin d'ores et déjà jugé démocratique par l'Union africaine et[...]

Boko Haram : les soldats nigérians introuvables

Les États-Unis, le Cameroun, le Tchad mais aussi désormais le Niger, s'irritent de la passivité de l'armée nigériane face à Boko Haram.[...]

Présidentielle nigériane : dépouillement sous haute tension, résultats attendus lundi

Les premiers résultats de l'élection présidentielle au Nigeria sont attendus lundi. Bien que les opérations de vote aient été jugées satisfaisantes, la tension est encore palpable[...]

Nigeria : le vote se poursuit dimanche dans 300 bureaux pour une présidentielle serrée

Quelque 300 bureaux de vote ont rouvert dimanche au Nigeria, au lendemain d'une première journée marquée par de nombreux problèmes techniques, mais aussi par une forte participation à la[...]

Nigeria : frappes aériennes sur des positions de Boko Haram

L'armée nigériane a lancé dimanche des frappes aériennes et une opération terrestre contre des membres du groupe islamiste Boko Haram aux abords de la ville de Bauchi, dans le nord-est, selon[...]

Présidentielle nigériane : poursuite du scrutin pour 300 bureaux

Les électeurs de quelque 300 bureaux de vote au Nigeria se rendent à nouveau aux urnes dimanche, après une première journée marquée par des problèmes techniques et des violences[...]

Élections sous tension au Nigeria - le scrutin prolongé jusqu'à dimanche

La journée électorale au Nigeria ne s'est pas déroulé sans encombres. Des dysfonctionnements, des violences et des victimes sont à déplorer. Le scrutin a même été[...]

Nigeria : élections suspendues dans certains bureaux à cause de problèmes techniques

Les opérations de vote pour les élections présidentielle et législatives au Nigeria ont été suspendues samedi en raison de problèmes techniques dans certains bureaux, où[...]

Nigeria : au moins sept morts dans des attaques contre des bureaux de vote

Au moins sept personnes ont été tuées samedi dans plusieurs attaques menées par des islamistes présumés dans le nord-est du Nigeria contre des bureaux de vote le jour des[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces