Extension Factory Builder
25/06/2012 à 15:35
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Le Mali s'enfonce inexorablement dans un insondable abîme de violence, de barbarie et d'irresponsabilité. Chaque jour apporte son lot de nouvelles effarantes. Dans le Nord, dernier avatar en date de cette région qui bascule vers ce que le nouveau président sénégalais Macky Sall appelle un « Africanistan » : l'application de la charia à tout prix. Ainsi à Tombouctou, l'ex-« perle du désert », un jeune couple, Hamaradane et sa douce, Zebou, s'est-il vu infliger cent coups de cravache pour avoir entretenu une relation hors mariage qui a donné naissance à un enfant. Une punition d'un autre âge, administrée en public devant une foule conviée pour l'occasion, « sous contrôle médical », a tenu à préciser, sans doute dans un élan irrépressible d'humanisme, un responsable d'Ansar Eddine... Puis le couple a été contraint au mariage, devant le même cadi qui avait prononcé la sentence.

« Pour nous, la charia doit être appliquée, que la population l'accepte ou non. [...] Nous ne sommes vraiment pas des démocrates », a expliqué un des représentants du groupe intégriste à Tombouctou. Peut-être pourrait-il disserter avec le brillant historien et penseur tunisien Mohamed Talbi, qui lui expliquera, après l'avoir fait dans nos colonnes (lire sa tribune intitulée « La première laïcité musulmane ? » dans J.A. no 2648), que la charia, cela ne veut rien dire, et qu'« elle n'a aucun fondement coranique ». De conception humaine et relativement tardive, elle n'oblige aucun musulman en conscience et a pris, grâce à nos pseudo-exégètes moyenâgeux, une forme coercitive voire terroriste incompatible avec la liberté et la démocratie. Il pourrait également réfléchir avec notre professeur émérite sur les raisons profondes de l'obsession maladive des femmes en général et du sexe en particulier chez de nombreux islamistes...

Dans le Sud, si on n'en est pas encore là, et c'est heureux, il n'y a cependant guère plus de motifs d'espoir ; un petit capitaine qui suinte l'acrimonie se prend pour le sauveur de la nation sans régler quoi que ce soit et qui rappelle chaque jour un peu plus Moussa Dadis Camara ; un Premier ministre dont on finit par se demander s'il n'est pas la plus grosse erreur de casting proposée par la médiation ; un président de la transition, le malheureux Dioncounda Traoré, que la junte a laissé - c'est le moins que l'on puisse dire - se faire lyncher par une foule de jeunes désoeuvrés qui ont perdu tout repère et dont des politiciens cyniques et immoraux ont savamment attisé la haine pour parvenir à leurs fins et assouvir leurs petites ambitions personnelles.

Il faut mettre un terme à ce scénario cauchemardesque, à cette insupportable litanie d'horreurs et à ces comportements veules et inhumains. Dans ces conditions, où l'indéfendable le dispute à l'ubuesque, il n'existe hélas aucune autre solution qu'une intervention militaire, africaine évidemment.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Editorial suivant :
Winnie et Valérie

Editorial précédent :
Deux Congos, deux sommets

Réagir à cet article

Mali

Mali : l'ONU appelle les groupes rebelles à parapher l'accord d'Alger

Mali : l'ONU appelle les groupes rebelles à parapher l'accord d'Alger

Le Conseil de sécurité de l'ONU a appelé mercredi les groupes armés du nord du Mali à signer l'accord de paix conclu dimanche à Alger. Cet accord encore inachevé a ét&eacu[...]

Mali : le Gatia, drôle de milice

Le Groupe autodéfense touareg imghad et alliés (Gatia) est devenu incontournable dans le Nord-Mali, mais son statut n'est pas clair. La présence de soldats dans une Mission de formation de l'UE prouverait[...]

Mali : les ravisseurs de Lazarevic, libres comme l'air...

Alors que le président Ibrahim Boubacar Keïta promettait de les traquer, après les avoir libérés, les auteurs de l'enlèvement de Serge Lazarevic et Philippe Verdon se promènent au vu[...]

Mali : vers un accord de paix définitif ?

Le 5e et dernier round des négociations intermaliennes de paix engagées en juillet à Alger se sont soldées dimanche par un accord inachevé, paraphé par le gouvernement mais pas par[...]

Un accord de paix au Mali signé avec une partie des groupes armés

Le gouvernement malien a signé dimanche à Alger avec une partie des groupes armés du nord du pays un "accord de paix et de réconciliation" pour mettre fin aux violences.[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Afrique francophone : chef de l'opposition, un statut à double tranchant

Plusieurs pays d'Afrique francophone ont adopté un statut officiel de "chef de file de l'opposition". D'autres ont voté des textes mais attendent toujours la désignation de leur opposant en chef.[...]

Mali : procès en vue pour Sanogo

Attendu depuis des mois, le procès d'Amadou Haya Sanogo et de plusieurs autres membres de l'ex-junte malienne pourrait se tenir prochainement. "Peut-être en juin", estime une source judiciaire[...]

L'Afrique a-t-elle l'alimentation la plus saine du monde ?

Selon une étude de l'université de Cambridge, qui casse les clichés sur l'Afrique, le continent africain abriterait neuf des dix pays qui mangent le plus sainement au monde. Parmi eux, certains[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces