Extension Factory Builder

Tunisie - Wided Bouchamaoui : "Écoutons enfin la population !"

25/06/2012 à 17:31
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Wided Bouchamaoui : 'Qu'on ne maintienne pas quelqu'un en prison sans jugement !' Wided Bouchamaoui : "Qu'on ne maintienne pas quelqu'un en prison sans jugement !" © Hichem

Wided Bouchamaoui est présidente de l'Utica (Union tunisienne de l'industrie, du commerce et de l'artisanat).

Jeune Afrique : Comment va l'économie tunisienne ?

Wided Bouchamaoui : La situation n'est pas si catastrophique que certains le pensent. La liberté d'expression constitue un vrai progrès, tout comme celle d'entreprendre et de travailler. Pour que nous fassions fructifier notre proximité avec l'Europe et nos acquis sociaux, comme l'émancipation de la femme ou le niveau d'éducation de nos jeunes, il faut que nous soyons plus agressifs à l'international et que nous diversifiions nos marchés extérieurs en direction du Maghreb, du Golfe ou de l'Afrique subsaharienne. Avec l'Europe, pratiquons des partenariats plutôt que d'y expatrier nos travailleurs.

Il nous faut aussi changer la mentalité trop familiale de nos entreprises et introduire celles-ci en Bourse. La nouvelle génération y est prête, mais ces mutations demandent du temps.

Est-il vrai que 400 patrons sont en prison en raison de leur collaboration avec le régime Ben Ali ?

À ma connaissance, il n'y en a qu'un. Mais nombreux sont ceux qui ont interdiction de voyager. On a tout mélangé : les corrompus, les fraudeurs du fisc et les proches de la famille Ben Ali. De grâce, que le gouvernement nous dise ce qu'il en est vraiment. Qu'on sanctionne les coupables, mais qu'on ne maintienne pas quelqu'un en prison sans jugement ! Et que l'on rende au chef d'entreprise sa liberté de voyager sans laquelle il ne peut travailler !

Qu'attendez-vous du gouvernement tunisien ?

D'abord un signal fort sur la sécurité afin de recadrer ceux qui se croient tout permis en matière de blocages de routes ou de brimades religieuses, tout en respectant la liberté et la religion. Je crois aussi qu'il est urgent de répondre à la détresse des populations de l'intérieur, qu'il ne faut plus marginaliser. Pour leur redonner confiance, il faut leur dire quand, où et avec quel responsable le premier coup de pioche d'un équipement ou d'une infrastructure sera donné. Tout ne doit plus passer par Tunis, et les populations ont besoin d'une réelle autonomie afin qu'elles puissent déterminer les routes, les zones industrielles et les connexions internet dont elles ont besoin et sans lesquelles aucun investisseur ne viendra créer des emplois dans ces contrées. Écoutons enfin la population !

________

Propos recueillis à Tunis par Alain Faujas

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : 74 migrants venus de Libye recueillis par des pêcheurs

Tunisie : 74 migrants venus de Libye recueillis par des pêcheurs

Des pêcheurs tunisiens ont recueilli jeudi soixante-quatorze migrants qui tentaient de gagner l'Italie depuis la Libye. Ils avaient erré cinq jours en mer.[...]

Diaporama : "Djerbahood", le street art s'invite en Tunisie

Cet été, des graffeurs du monde entier ont investi les ruelles d'Erriadh, une petite bourgade de l'île de Djerba, pour réaliser une expérience inédite de street art en Tunisie. Armés[...]

Tunisie : frictions entre la Défense et la présidence pour la succession du général Hamdi

La question de la succession du chef d'état-major de l'armée de terre, le général Mohamed Salah Hamdi, remplacé le 12 août par Ismaïl Fathalli, a opposé le président[...]

Douze chefs d'État africains avec Hollande aux cérémonies du débarquement en Provence

François Hollande accueille ce vendredi 13 chefs d'État, dont douze africains, à bord du Charles-de-Gaulle pour les commémorations du 70e anniversaire du Débarquement de Provence avec en point[...]

IIe guerre mondiale : les victoires oubliées des "indigènes"

Avant le grand débarquement, la reconquête des Alliés est amorcée par la Corse et l'Italie. Des batailles aussi épiques que méconnues menées par les[...]

Salma Hamza, architecte tunisienne : "La modernité peut très bien respecter le traditionnel"

L'architecte tunisienne Salma Hamza milite pour la réhabilitation des matériaux traditionnels. Et la restauration du patrimoine de son pays. Interview.[...]

Tunisie : des balles et des morsures

Depuis la révolution (des épines) du jasmin, les Tunisiens comptent plus de journées de deuil que de fêtes nationales (mises sous éteignoir), créant un climat[...]

Tunisie : Mondher Zenaidi va-t-il revenir sur la scène politique ?

Exilé volontaire à Paris depuis trois ans, l'ex-ministre du Commerce de Ben Ali reste populaire dans son fief de Kasserine comme dans les milieux destouriens. Cédera-t-il à la tentation de[...]

Tirailleurs : le chagrin des indigènes

Tierno Monénembo est un écrivain guinéen, Prix Ahmadou-Kourouma 2012 pour Le Terroriste noir, sur Addi Bâ, héros méconnu de la Résistance..[...]

La Tunisie commence l'examen d'une nouvelle loi antiterroriste

La nouvelle loi antiterroriste, dont l'examen a débuté lundi, doit remplacer la législation jugée liberticide adoptée sous le régime de Zine el-Abidine Ben Ali.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers