Extension Factory Builder

Tunisie - Wided Bouchamaoui : "Écoutons enfin la population !"

25/06/2012 à 17:31
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Wided Bouchamaoui : 'Qu'on ne maintienne pas quelqu'un en prison sans jugement !' Wided Bouchamaoui : "Qu'on ne maintienne pas quelqu'un en prison sans jugement !" © Hichem

Wided Bouchamaoui est présidente de l'Utica (Union tunisienne de l'industrie, du commerce et de l'artisanat).

Jeune Afrique : Comment va l'économie tunisienne ?

Wided Bouchamaoui : La situation n'est pas si catastrophique que certains le pensent. La liberté d'expression constitue un vrai progrès, tout comme celle d'entreprendre et de travailler. Pour que nous fassions fructifier notre proximité avec l'Europe et nos acquis sociaux, comme l'émancipation de la femme ou le niveau d'éducation de nos jeunes, il faut que nous soyons plus agressifs à l'international et que nous diversifiions nos marchés extérieurs en direction du Maghreb, du Golfe ou de l'Afrique subsaharienne. Avec l'Europe, pratiquons des partenariats plutôt que d'y expatrier nos travailleurs.

Il nous faut aussi changer la mentalité trop familiale de nos entreprises et introduire celles-ci en Bourse. La nouvelle génération y est prête, mais ces mutations demandent du temps.

Est-il vrai que 400 patrons sont en prison en raison de leur collaboration avec le régime Ben Ali ?

À ma connaissance, il n'y en a qu'un. Mais nombreux sont ceux qui ont interdiction de voyager. On a tout mélangé : les corrompus, les fraudeurs du fisc et les proches de la famille Ben Ali. De grâce, que le gouvernement nous dise ce qu'il en est vraiment. Qu'on sanctionne les coupables, mais qu'on ne maintienne pas quelqu'un en prison sans jugement ! Et que l'on rende au chef d'entreprise sa liberté de voyager sans laquelle il ne peut travailler !

Qu'attendez-vous du gouvernement tunisien ?

D'abord un signal fort sur la sécurité afin de recadrer ceux qui se croient tout permis en matière de blocages de routes ou de brimades religieuses, tout en respectant la liberté et la religion. Je crois aussi qu'il est urgent de répondre à la détresse des populations de l'intérieur, qu'il ne faut plus marginaliser. Pour leur redonner confiance, il faut leur dire quand, où et avec quel responsable le premier coup de pioche d'un équipement ou d'une infrastructure sera donné. Tout ne doit plus passer par Tunis, et les populations ont besoin d'une réelle autonomie afin qu'elles puissent déterminer les routes, les zones industrielles et les connexions internet dont elles ont besoin et sans lesquelles aucun investisseur ne viendra créer des emplois dans ces contrées. Écoutons enfin la population !

________

Propos recueillis à Tunis par Alain Faujas

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Tunisie

Religion : le pape François reçoit le président tunisien Marzouki

Religion : le pape François reçoit le président tunisien Marzouki

Le pape François a reçu jeudi dans la matinée en audience privée au Vatican le président tunisien, Moncef Marzouki. Les deux hommes se sont engagés en faveur du dialogue interreligieux, [...]

En Tunisie, Syphax vote Blanc

La compagnie aérienne Syphax Airlines a choisi comme nouveau patron Christian Blanc, ancien PDG d'Air France de 1993 à 1997.[...]

Tunisie : Kamel Morjane, la force tranquille

Respecté, compétent, homme de consensus s'il en est, l'ex-ministre des Affaires étrangères de Ben Ali, Kamel Morjane, hésite pourtant à briguer la magistrature suprême.[...]

Diplomatie : l'axe Tunis-Riyad passe par Paris

Alors que les Saoudiens s'intéressent à de grands projets en Tunisie, un axe diplomatico-économique semble se dessiner de plus en plus nettement entre Rabat, Tunis, Riyad et Paris.[...]

Le jeune homme retrouvé mort démembré en septembre à Paris était tunisien

Plusieurs sources concordantes ont affirmé, mardi, que le corps démembré retrouvé début septembre dans des sacs poubelles déposés en pleine rue à Villepinte, en[...]

Tunisie : "entreprise d'avenir" cherche partenaires

Co-organisée avec la France, la conférence « Investir en Tunisie : start up democracy » a rassemblé le 8 septembre Etats, institutions internationales et investisseurs. 22 projets  pour une[...]

"Investir en Tunisie" : grand oral pour le gouvernement de Mehdi Jomâa

Devant les acteurs majeurs du monde de l'économie, le gouvernement tunisien a entamé lundi, à Tunis, son grand oral du colloque "Investir en Tunisie, une start-up démocratie".[...]

Législatives tunisiennes : et si Mohamed Abbou créait la surprise ?

Transfuge du Congrès pour la République (CPR), parti qu'il cofonda en 2001 avec l'actuel président Moncef Marzouki, Mohamed Abbou pourrait créer la surprise lors des législatives du[...]

Cinéma : pas de "Blessure" pour Kechiche

Le réalisateur français Abdellatif Kechiche a été contraint d'ajourner le tournage en Tunsie de son prochain film. [...]

Tunisie : Ennahdha ne présentera pas de candidat à la présidentielle

Le parti islamiste Ennahdha, majoritaire à la Constituante tunisienne, a décidé dimanche de ne pas présenter de candidat à la présidentielle prévue le 23 novembre, a[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex