Extension Factory Builder

Tunisie - Wided Bouchamaoui : "Écoutons enfin la population !"

25/06/2012 à 17:31
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Wided Bouchamaoui : 'Qu'on ne maintienne pas quelqu'un en prison sans jugement !' Wided Bouchamaoui : "Qu'on ne maintienne pas quelqu'un en prison sans jugement !" © Hichem

Wided Bouchamaoui est présidente de l'Utica (Union tunisienne de l'industrie, du commerce et de l'artisanat).

Jeune Afrique : Comment va l'économie tunisienne ?

Wided Bouchamaoui : La situation n'est pas si catastrophique que certains le pensent. La liberté d'expression constitue un vrai progrès, tout comme celle d'entreprendre et de travailler. Pour que nous fassions fructifier notre proximité avec l'Europe et nos acquis sociaux, comme l'émancipation de la femme ou le niveau d'éducation de nos jeunes, il faut que nous soyons plus agressifs à l'international et que nous diversifiions nos marchés extérieurs en direction du Maghreb, du Golfe ou de l'Afrique subsaharienne. Avec l'Europe, pratiquons des partenariats plutôt que d'y expatrier nos travailleurs.

Il nous faut aussi changer la mentalité trop familiale de nos entreprises et introduire celles-ci en Bourse. La nouvelle génération y est prête, mais ces mutations demandent du temps.

Est-il vrai que 400 patrons sont en prison en raison de leur collaboration avec le régime Ben Ali ?

À ma connaissance, il n'y en a qu'un. Mais nombreux sont ceux qui ont interdiction de voyager. On a tout mélangé : les corrompus, les fraudeurs du fisc et les proches de la famille Ben Ali. De grâce, que le gouvernement nous dise ce qu'il en est vraiment. Qu'on sanctionne les coupables, mais qu'on ne maintienne pas quelqu'un en prison sans jugement ! Et que l'on rende au chef d'entreprise sa liberté de voyager sans laquelle il ne peut travailler !

Qu'attendez-vous du gouvernement tunisien ?

D'abord un signal fort sur la sécurité afin de recadrer ceux qui se croient tout permis en matière de blocages de routes ou de brimades religieuses, tout en respectant la liberté et la religion. Je crois aussi qu'il est urgent de répondre à la détresse des populations de l'intérieur, qu'il ne faut plus marginaliser. Pour leur redonner confiance, il faut leur dire quand, où et avec quel responsable le premier coup de pioche d'un équipement ou d'une infrastructure sera donné. Tout ne doit plus passer par Tunis, et les populations ont besoin d'une réelle autonomie afin qu'elles puissent déterminer les routes, les zones industrielles et les connexions internet dont elles ont besoin et sans lesquelles aucun investisseur ne viendra créer des emplois dans ces contrées. Écoutons enfin la population !

________

Propos recueillis à Tunis par Alain Faujas

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : les familles des martyrs de la révolution réclament plus de justice

Tunisie : les familles des martyrs de la révolution réclament plus de justice

Les familles des martyrs de la révolution se mobilisent ce mercredi dans la capitale tunisienne. Objectif : protester contre la sentence rendue en appel, le 11 avril, par le tribunal militaire de Tunis contre d'ex-responsa[...]

Tunisie - Rached Ghannouchi : moi, diplomate

Fort de ses nombreux contacts noués dans le monde arabe, le leader islamiste tunisien se rêve en médiateur sur la scène politique libyenne.[...]

Stéphanie Pouessel : "Beaucoup de Tunisiens reconnaissent l'existence d'un vrai problème de racisme"

Docteur en anthropologie, Stéphanie Pouessel a dirigé l’étude "Noirs au Maghreb. Enjeux identitaires", publié aux éditions Karthala en 2012. Résidente en Tunisie[...]

Microsoft : Jamel Gafsi, numéro 8

Tunisien formé en Allemagne et en France, Jamel Gafsi dirige le Centre d'ingénierie de Microsoft, à Issy-les-Moulineaux. Portrait.[...]

Maghreb : Ô Rap ! Ô désespoir !

De Rabat à Tripoli, ils traduisent, avec des paroles parfois très crues, la colère et les frustrations de la jeunesse face à l'oppression et à l'injustice, mais aussi sa[...]

Street art : Zoo project en toute liberté

L'artiste franco-algérien qui avait rendu hommage aux martyrs de la révolution tunisienne a été retrouvé mort.[...]

Algérie - Tunisie : quand le business finance le terrorisme

En Tunisie, non loin de la frontière avec l'Algérie, le massif du Chaambi sert de repaire à des contrebandiers et à des groupes armés. Et souvent le business finance le terrorisme.[...]

Tunisie : avec Jomâa, la revanche des diplomates

Mis à rude épreuve par les errements de l'ex-troïka au pouvoir, ils forment désormais l'ossature du gouvernement de Mehdi Jomâa, qui a fait de la restauration de l'image de la Tunisie l'une[...]

Leekens en Tunisie : "Il faut regagner la confiance des supporteurs"

Nommé sélectionneur de la Tunisie pour les deux prochaines années, le Belge Georges Leekens s’est installé à Tunis afin de préparer les qualifications pour la CAN 2015 au Maroc.[...]

Tunisie : à Ben Guerdane, un vent de colère souffle sur la route de la contrebande

La fermeture prolongée du poste-frontière de Ras el-Jdir, entre la Tunisie et la Libye, nuit gravement à l'économie de la région de Ben Guerdane, fondée sur la contrebande d'armes et[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers