Extension Factory Builder

Houcine Abassi : "Notre but n'est pas de prendre le pouvoir"

25/06/2012 à 17:32
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Houcine Abassi, secrétaire général de l'UGTT. Houcine Abassi, secrétaire général de l'UGTT. © SIPA

Entretien avec Houcine Abassi, secrétaire général de l'Union générale tunisienne du travail (UGTT).

Jeune Afrique: Quelles augmentations salariales demandez-vous ?

Houcine Abassi: Le gouvernement Essebsi avait accordé une prime de 76 dinars (37,50 euros) par mois aux fonctionnaires de la primature, en 2011. Tout naturellement, le reste de la fonction publique tunisienne a demandé la même chose, et les grèves se sont multipliées. Le gouvernement a d'abord dit qu'il n'avait pas les moyens en 2012. Puis, il en a accepté le principe, mais il a proposé une application en deux étapes. Nous maintenons le principe d'une hausse de 76 dinars en une seule fois. Quand nous aurons bouclé ce dossier, il nous faudra ouvrir des négociations dans les entreprises publiques. Ensuite viendra le tour du privé.

N'est-il pas malsain que les grèves se multiplient ?

Il y a des grèves légitimes pour défendre des droits légitimes. Quand un patron du textile ne paie pas pendant trois mois le salaire de ses 600 ouvriers, on comprend que ceux-ci bloquent toute activité dans leur zone. Nous ne sommes pas partisans de l'anarchie et nous avons contacté les ministères de l'Intérieur et des Affaires sociales pour obliger ce patron à trouver une solution.

D'autres grèves ne sont pas sous notre contrôle. Les sit-in et les barrages de routes ou de voies ferrées sont le fait de jeunes chômeurs. Nous ne les encourageons pas, bien au contraire, car nous sommes lésés par la paralysie qui en résulte, par exemple dans le bassin minier. Nos salaires s'en trouvent diminués. Nous avons condamné ces blocages et appelé le gouvernement à dialoguer avec les chômeurs pour remettre l'économie en marche.

Pouvez-vous travailler avec un gouvernement en majorité islamiste ?

Nous sommes l'organisation syndicale la plus puissante, et nos adhérents forment inévitablement une mosaïque politique. Nous nous efforçons de créer un environnement où leurs différences peuvent cohabiter. Notre indépendance est une ligne rouge.

Nous avons soutenu la révolution et contribué à abattre la dictature. Notre objectif est désormais de protéger cette révolution et de concrétiser les attentes en matière de développement des régions abandonnées, de justice sociale et de distribution équitable des richesses. Pas de prendre le pouvoir.

___

Propos recueillis par Alain Faujas

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : frictions entre la Défense et la présidence pour la succession du général Hamdi

Tunisie : frictions entre la Défense et la présidence pour la succession du général Hamdi

La question de la succession du chef d'état-major de l'armée de terre, le général Mohamed Salah Hamdi, remplacé le 12 août par Ismaïl Fathalli, a opposé le président [...]

Douze chefs d'État africains avec Hollande aux cérémonies du débarquement en Provence

François Hollande accueille ce vendredi 13 chefs d'État, dont douze africains, à bord du Charles-de-Gaulle pour les commémorations du 70e anniversaire du Débarquement de Provence avec en point[...]

IIe guerre mondiale : les victoires oubliées des "indigènes"

Avant le grand débarquement, la reconquête des Alliés est amorcée par la Corse et l'Italie. Des batailles aussi épiques que méconnues menées par les[...]

Salma Hamza, architecte tunisienne : "La modernité peut très bien respecter le traditionnel"

L'architecte tunisienne Salma Hamza milite pour la réhabilitation des matériaux traditionnels. Et la restauration du patrimoine de son pays. Interview.[...]

Tunisie : des balles et des morsures

Depuis la révolution (des épines) du jasmin, les Tunisiens comptent plus de journées de deuil que de fêtes nationales (mises sous éteignoir), créant un climat[...]

Tunisie : Mondher Zenaidi va-t-il revenir sur la scène politique ?

Exilé volontaire à Paris depuis trois ans, l'ex-ministre du Commerce de Ben Ali reste populaire dans son fief de Kasserine comme dans les milieux destouriens. Cédera-t-il à la tentation de[...]

Tirailleurs : le chagrin des indigènes

Tierno Monénembo est un écrivain guinéen, Prix Ahmadou-Kourouma 2012 pour Le Terroriste noir, sur Addi Bâ, héros méconnu de la Résistance..[...]

La Tunisie commence l'examen d'une nouvelle loi antiterroriste

La nouvelle loi antiterroriste, dont l'examen a débuté lundi, doit remplacer la législation jugée liberticide adoptée sous le régime de Zine el-Abidine Ben Ali.[...]

Le Maghreb des misogynes

Dignes descendantes des moudjahidate algériennes, nobles battantes du Maroc, filles de Bourguiba, vous pouvez être fières de vos élus ! Si, si. Je vais vous donner trois exemples qui vont vous[...]

Tunisie : 90 migrants clandestins interceptés au large de Zarzis

Quatre-vingt-dix migrants africains, partis des côtes libyennes pour rallier clandestinement l'île italienne de Lampedusa, ont été interceptés samedi en mer au large de Zarzis, une ville dans le[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers