Extension Factory Builder

Houcine Abassi : "Notre but n'est pas de prendre le pouvoir"

25/06/2012 à 17:32
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Houcine Abassi, secrétaire général de l'UGTT. Houcine Abassi, secrétaire général de l'UGTT. © SIPA

Entretien avec Houcine Abassi, secrétaire général de l'Union générale tunisienne du travail (UGTT).

Jeune Afrique: Quelles augmentations salariales demandez-vous ?

Houcine Abassi: Le gouvernement Essebsi avait accordé une prime de 76 dinars (37,50 euros) par mois aux fonctionnaires de la primature, en 2011. Tout naturellement, le reste de la fonction publique tunisienne a demandé la même chose, et les grèves se sont multipliées. Le gouvernement a d'abord dit qu'il n'avait pas les moyens en 2012. Puis, il en a accepté le principe, mais il a proposé une application en deux étapes. Nous maintenons le principe d'une hausse de 76 dinars en une seule fois. Quand nous aurons bouclé ce dossier, il nous faudra ouvrir des négociations dans les entreprises publiques. Ensuite viendra le tour du privé.

N'est-il pas malsain que les grèves se multiplient ?

Il y a des grèves légitimes pour défendre des droits légitimes. Quand un patron du textile ne paie pas pendant trois mois le salaire de ses 600 ouvriers, on comprend que ceux-ci bloquent toute activité dans leur zone. Nous ne sommes pas partisans de l'anarchie et nous avons contacté les ministères de l'Intérieur et des Affaires sociales pour obliger ce patron à trouver une solution.

D'autres grèves ne sont pas sous notre contrôle. Les sit-in et les barrages de routes ou de voies ferrées sont le fait de jeunes chômeurs. Nous ne les encourageons pas, bien au contraire, car nous sommes lésés par la paralysie qui en résulte, par exemple dans le bassin minier. Nos salaires s'en trouvent diminués. Nous avons condamné ces blocages et appelé le gouvernement à dialoguer avec les chômeurs pour remettre l'économie en marche.

Pouvez-vous travailler avec un gouvernement en majorité islamiste ?

Nous sommes l'organisation syndicale la plus puissante, et nos adhérents forment inévitablement une mosaïque politique. Nous nous efforçons de créer un environnement où leurs différences peuvent cohabiter. Notre indépendance est une ligne rouge.

Nous avons soutenu la révolution et contribué à abattre la dictature. Notre objectif est désormais de protéger cette révolution et de concrétiser les attentes en matière de développement des régions abandonnées, de justice sociale et de distribution équitable des richesses. Pas de prendre le pouvoir.

___

Propos recueillis par Alain Faujas

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Tunisie

Mohamed Talbi : 'L'islam est né laïc'

Mohamed Talbi : "L'islam est né laïc"

L'auteur tunisien de "Ma religion c'est la liberté" n'en démord pas : le Coran est porteur de modernité et de rationalité, mais son message a été altéré par[...]

Tunisie : deux soldats tués dans un échange de tirs avec des "terroristes"

Deux soldats tunisiens ont été tués samedi dans un échange de tirs avec des "terroristes" près de la frontière algérienne, a annoncé le ministère de la[...]

Alstom accusé de corruption au Royaume-Uni

La filiale britannique d'Alstom a été inculpée de trois délits de corruption et de trois délits de complicité de corruption. Les accusations concernent de grands projets de transport[...]

Élections en Tunisie : la mobilisation des électeurs est-elle dans l'impasse ?

À trois mois des élections législatives et présidentielle tunisiennes, le pays peine à convaincre ses électeurs de s'inscrire sur les listes électorales. Retour sur les causes -[...]

Adel Fekih : "En Tunisie, il faut dépasser les polémiques"

"Affaire du salon d'honneur", allégeance à Ettakatol... Vivement critiqué malgré un bilan plus que satisfaisant, le diplomate Adel Fekih défend son action à la tête[...]

Tunisie : craintes de "benalisation" de l'État qui durcit la lutte contre le terrorisme

La sanglante attaque qui a tué 15 militaire tunisiens mi-juillet a poussé l'État à prendre des mesures fortes contre les appels au jihad, comme la fermeture de mosquées et de médias. Entre[...]

Défense : quelles capacités militaires pour la Tunisie en 2014 ?

Adoptées au dernier trimestre de l'année 2013, les premières mesures pour pallier les carences des armées de terre et de l'air ont été mises en oeuvre par le nouveau gouvernement tunisien[...]

Tunisie : Mehdi Jomâa, en Algérie pour tenter de renforcer la coopération sécuritaire

Mehdi Jomâa, le chef du gouvernement tunisien, se trouvait mardi en Algérie pour tenter de renforcer la coopération sécuritaire face aux groupes terroristes, quelques jours après une attaque qui[...]

Tunisie : Mehdi Jomâa et les leçons de Henchir Talla

L'attaque terroriste de Henchir Talla, qui a fait au moins 15 morts dans la région du mont Chaambi le 16 juillet, a laissé des traces. Le Premier ministre assure en avoir tiré toutes les conséquences.[...]

Mohamed Talbi, l'homme qui éclaire l'islam

Nous avons pourtant essayé... De vous proposer cette semaine des sujets sympas pour les vacances, ceux que l'on aime lire au bord d'une plage de sable fin ou tranquillement assis dans son jardin en sirotant un [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers